Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Dialogue structuré du Fonds Vert pour le climat : Le Mali a accueilli l’Afrique du 3 au 6 avril 2018

dimanche 8 avril 2018

En prélude à la 2èmeédition du dialogue structuré du Fonds Vert pour le Climat avec la région d’Afrique, dans la soirée du lundi 2 avril 2018 une conférence de presse s’est tenue au département du ministère de l’environnement de l’assainissement et du développement durable. L’objectif était d’informer, de mieux communiquer sur l’intérêt, les enjeux, le mécanisme de résilience pour le changement climat.

Boureima Camara, directeur général de l’agence de l’environnement et du développement durable (l’AEDD) a rappelé que le fonds vert pour le climat qui a son siège en Coré, est le plus grand mécanisme financier pour prendre en charge les questions liées à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de résilience par rapport au changement climatique.

Aujourd’hui, il est doté d’environ près de 9 milliards de dollars et finance principalement des projets d’adaptations et d’atténuations. Le Mali est le deuxième pays après l’Afrique du Sud à pourvoir accueillir ce dialogue pour la région Afrique. Il a estimé que 54 Pays d’Afrique vont être représentés avec plus d’une centaine de délégations composées des ministres.

Parlant du dialogue, il dira que l’opportunité sera donnée à toutes les parties prenantes : les porteurs de projet, les entités accréditées qui autorisent les porteurs de projet à avoir accès aux ressources du fonds, le secrétariat du projet qui analyse les projets. Aussi selon lui cet espace sera une opportunité pour les parties prenantes de discuter, d’échanger sur les difficultés et les opportunités que représente le font vert pour le climat. Principalement pour les pays d’Afrique en développement.

Pendant la première journée de ce dialogue structuré du fonds vert pour le climat, il a eu une 1ère session de haut niveau composé des ministres pour donner une vision par rapport aux différentes stratégies de développement sobre en carbone, et les autres jours ont consacrés aux travaux techniques des différentes autorités nationales désignées, des représentants de la société civile, des représentants du secrétariat et représentants du secteur privé. Pendant ces quatre jours, ce dialogue sera une opportunité unique d’avoir tous les acteurs dans une même salle, d’échanger sur toutes les questions liées au Fonts Vert pour le Climat.

Howard Bamsey, directeur exécutif du fonds vert pour le climat, « c’est une très grande opportunité pour nous d’être en contact avec les pays Africains que nous servons. Notre rôle est de fournir une assistance au pays en développement en vue de mettre en œuvre les mesures pour lutter contre le changement climatique. Nous devons donc comprendre les actions et les mesures que le pays souhaite mettre en œuvre », a-t-il révélé. Il a indiqué que le conseil d’administration du fonds vert a déjà approuvé près de 900 millions de dollars de projets. Ce qui prouve que l’Afrique est un continent prioritaire pour eux. Le fonds vert à travers son directeur exécutif soutien le pays de deux manières : en renforçant les capacités institutionnelles et en faisant des investissements pour des projets significatifs pour la réduction des émissions ou pour construire la résilience contre les impacts du changement climatique.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques