Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Dialogue politique inclusif : Le Mali donne le top départ avec la validation des termes de référence

samedi 14 septembre 2019

Le samedi 14 septembre 2019, sous la présidence de Dr Boubou Cissé, Premier ministre, Chef du gouvernement, s’est déroulée la cérémonie d’ouverture des travaux de l’atelier de validation des termes de référence du Dialogue politique inclusif. C’était au Centre de conférence international de Bamako.

La crise multidimensionnelle à laquelle le Mali est confronté depuis 2012 impose le dialogue entre maliens en vue de construire une vision concertée, à la hauteur des défis de l’heure. Ces défis sont sécuritaires, économiques, politiques, institutionnels, sociaux, culturels et climatiques. Au regard de ces défis, un dialogue national réclamé sous divers formes comme stratégie de sortie de la crise multidimensionnelle que vit le pays, s’est imposé. Il est ressenti comme une nécessité par les forces vives de la nation. Le Président de la République le conçoit comme « un grand moment d’évaluation et de propositions ».

L’objectif global visé par dialogue national inclusif est d’établir un diagnostic rigoureux des problèmes auxquels notre pays est confronté, en vue de proposer des solutions avec un chronogramme et un plan d’actions de mise en œuvre. Spécifiquement, il s’agit de débattre des voies et moyens de créer autour des reformes, institutionnelles et politiques, ainsi que des questions sécuritaires les conditions d’un sursaut national fondé sur la confiance en nous-mêmes et entre nous et en nos Institutions, garant de la paix et la sécurité. En plus, d’analyser les forces et faiblisses des politiques économiques, éducatives, sociales, sanitaires et environnementales et proposer des solutions de sortie de la crise politique et sociale, de débattre des politiques sectorielles concernant les groupes les plus vulnérables et leur renforcement à travers une meilleure gouvernance. Enfin, de tirer les enseignements de la géopolitique et de la coopération internationale en vue d’œuvrer pour des rapports de force plus équilibrés entre la communauté internationale et l’Etat malien.

Les différentes thématiques qui seront débattues lors de ces deux jours (du 14 au 15 septembre 2019) sont : Quelles pistes explorer pour créer les conditions du sursaut national en vue d’asseoir et consolider la paix et le vivre ensemble ? Quelles solutions envisager pour sortir de la crise politique et sociale ? Comment améliorer la gouvernance pour assurer un avenir dans la stabilité, la solidarité et la cohésion ? Il s’agira aussi, de débattre des questions économiques, financières et de souveraineté nationale.

Il est attendu du dialogue politique inclusif les principaux résultats que sont :
• Les forces vives de la Nation ont débattu des différentes dimension de la crise et des voies et moyens d’en sortir, les grandes questions engageant l’avenir du pays notamment en matière de sécurité, paix, défense, de gouvernance, de rénovation dans une perspective de mie en œuvre à court, moyen et long terme,
• Les questions relatives à la révision constitutionnelle et aux élections ont fait l’objet de consensus dynamiques,
• Les insuffisances de la gouvernance ainsi que les responsabilités de tous les acteurs de la vie de la Nation ont été identifiées, discutées et des solutions appropriées ont été dégagées pour assurer un avenir dans la stabilité, la solidarité et la cohésion,
• Les pistes pour asseoir et consolider la paix, la sécurité et le vivre ensemble dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger ont été identifiées et font l’objet de consensus,
• Les causes, difficultés et contraintes de la crise politique, sociale et économique ont été débattues et des solutions consensuelles ont été retenues,
• Un mécanisme de veille et de suivi de la mise en œuvre des conclusions du dialogue politique inclusif est mis en place.

Notons que le dialogue politique inclusif n’est pas un évènement, c’est un processus qui va se dérouler en plusieurs phases. Il sera conduit suivant une démarche participative et inclusive aussi bien sur le plan local et régional que sur le plan national.

Le processus se déroulera de la manière suivante :

• Rencontres et échanges, l’atelier de validation des termes de référence et le lancement officiel du Dialogue politique inclusif,
• La durée des sessions des groupes de travail ne peut excéder deux (2) jours.
• Une fois les termes de référence (TDR) validés, ils feront l’objet d’une large diffusion auprès de toutes les parties prenantes, dans les meilleurs délais.

La validation des termes de référence sera suivie immédiatement du lancement officiel du Dialogue politique inclusif. Cette cérémonie sera placée sous la présidence du Premier ministre et regroupera tous les participants à l’atelier de validation des termes de référence.

Cette phase sera suivie de l’inscription des participants dans les Commissions qui examineront les différentes thématiques au moment de la phase finale.

Les participants pourront ainsi emporter les documents techniques de référence pour se préparer à une participation effective. Et enfin, interviendra la conduite de la phase décentralisée du Dialogue.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.