Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Défense des droits de l’enfant : Une nouvelle COMADE pour renforcer le combat

mercredi 6 mars 2019

Le lundi 4 mars 2019, s’est déroulé au siège du groupe de recherche action droit de l’enfant, la 1ère rencontre du nouveau bureau de la Coalition Malienne des Droits de l’Enfant (COMADE). Le but de la rencontre était la prise de contact avec le partenaire technique et financier (PTF) qu’est la coordination de Terre des Hommes Suisse Genève dans la logique de présenter la COMADE et d’envisager ensemble des partenariats féconds.

Cette rencontre était une occasion favorable à la COMADE de présenter sa feuille de route 2019-2020 aux partenaires. Quelques actions envisagées dans ce sens sont entre autres : l’élaboration et la validation d’une feuille de route pour le nouveau bureau, organisation d’une prise de contact avec les structures membres, faire l’état des lieux de l’adhésion de structures membres et dresser un répertoire et la liste des besoins pour le renforcement des capacités, Initier et coordonner la mobilisation pour les 30 ans de mise en œuvre de la CDE, renforcer les capacités des acteurs de la protection de l’enfant sur les violences abus, exploitation et négligence (VAEN), la redynamisation des acteurs de protection dans les capitales régionales du Mali. Aussi, la vulgarisation des textes sur les droits de l’enfant, la formation, la sensibilisation, l’information des acteurs, et des médias, des autorités scolaires, traditionnelles et des communautés. La production de rapport complémentaire ou contradictoire de CDE et CADBE. Faire le plaidoyer auprès du gouvernement pour l’élaboration et la soumission des rapports périodiques de l’application de la CDE et CADBE.

Selon Antoine Akplogan, président nationale de la Coalition Malienne de Défense des Droits de l’Enfant du Mali (CAMADE), composée de plusieurs membres issus de différentes structures, le nouveau bureau a été élu le 15 décembre passé, avec comme objectif de coordonner les actions de ses structures membres travaillant dans le domaine des droits de l’enfant, d’encourager et assurer la participation de ses structures aux activités initiées en faveur des enfants, d’œuvrer pour la mise en application des lois et textes existants en faveur des enfants, de renforcer la participation des enfants à la promotion, à la protection et à la vulgarisation des droits de l’enfant, etc.

« Nous sommes en train de faire l’état des lieux pour voir que vaut la COMADE, identifier les membres, leurs besoins, pour retrouver notre puissance d’avant », a-t-il souhaité. A travers ses explications, l’ancienne COMADE a été créé le 9 mars 1995, une organisation qui s’est imposée de par sa carrure et ses interventions. Il a ajouté qu’elle s’est fondue ces dernières années. « aujourd’hui, notre priorité est de la reconstruire pour avoir un poids sur toutes les questions de l’enfance au Mali », a-t-il déclaré. Sur la même ligne, il dira qu’elle a manqué de visibilité, de fédérer les organisations, de protection des droits de l’enfant, de porter haut le flambeau de la coalition en mettant en avant les structures membres. Pour cela, par la voix de son président le nouveau bureau souhaite rencontrer d’autres structures pour renforcer et pour combler le manque de l’ancien bureau.

La COMADE veut faire une reconstitution de ses membres, de les valoriser en une redynamisation, tout en mettant au centre les structures membres, et de mettre en avant les questions de protection de l’enfant sur la table pour qu’ensemble décider. Pour cela, il a lancé un appel aux PTF, les structures qui évoluent dans ce domaine, pour l’atteinte des objectifs. « Nous rêvons grand, nous rêvons une COMADE qui serait le support de toutes les structures qui ont besoin d’appui pour se ressourcer ou pour aller en avant », a-t-il déclaré.

Pour sa part, Alessandra Genini, chargé de programme pour Terre des Hommes suisse pour le Burkina et le Mali, fortement impressionnée par le dynamisme de la nouvelle COMADE qui sera un espoir pour les enfants, a témoigné qu’ils sont prêts a accompagné la COMADE. En donnant tout leur soutien pour le processus de renforcement interne et le diagnostic qui est en train d’être fait par la coalition pour faire l’état des lieux des organisations membres.

« On sent un renouveau et un dynamisme », a-t-elle constaté. Pour cela, elle a souhaité à la COMADE de continuer sur cette lancée. Pour ce renouveau, elle a proposé de faire le recensement des besoins et des ressources existantes. Qu’en le faisant, il pourrait y avoir de la synergie, de la dynamique de renforcement mutuel entre les membres. Avant de remarquer qu’il y a toutes les bases pour qu’elle puisse retrouver le rôle qu’elle avait au passé.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de