Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Cour d’Assises de Kayes/première session 2017 : Au moins 78 accusés dans 50 affaires criminelles

mardi 15 août 2017

A Kayes, Maître Mamadou Ismaïla KONATÉ, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, a présidé le lundi 14 août 2017, l’ouverture de la Première session ordinaire de la Cour d’assises. Au cours de cette Session une cinquantaine d’affaires seront jugées. Elles vont de l’assassinat au vol à main armée, en passant par l’infanticide entre autres. C’était en présence du représentant du gouverneur de la région et de plusieurs autres personnalités.

L’ouverture de cette première Session ordinaire de la Cour d’Assises de Kayes a été d’abord marquée par la prestation de serment de 6 assesseurs. Au cours de ces assises, une cinquantaine d’affaires seront traitées. Elles sont relatives à des violences, des vols à main armée, des assassinats entre autres.

Selon Ibrahim Konta, Procureur général près la Cour d’Appel de Kayes, au cours de cette session qui durera 30 jours ouvrables, 50 affaires impliquant 78 accusés, 66 parties civiles, 69 témoins, seront soumises à l’examen de la Cour d’Assises.

Ces affaires criminelles à examiner se répartissent en 19 infractions d’atteinte à la vie (attentat aux mœurs, coups mortels, infanticides) ; en 13 atteintes aux biens détournés (vol qualifié, association de malfaiteurs, incendie volontaire) ; en 9 infractions contre les mœurs (vol, pédophilie, attentat à la pudeur) ; 5 trafic de stupéfiant ; une atteinte aux biens publics ; un Faux en écriture ; une infraction de traitement d’épreuve et une infraction de pratique nuisible à la santé.

« Défendre ce n’est pas mentir, défendre c’est plutôt convaincre les magistrats, les jurys afin que l’accusé avoue son crime. Défendre c’est de persuader que le mis en cause n’est pas l’auteur de l’infraction à lui reproché », a déclaré Me Minkoro, représentant du barreau de Kayes :

Aux dires du Procureur général, compte tenu de l’informatisation juridique très poussée, il est temps de faire recours aux nouvelles technologies dans nos cours et tribunaux.

Pour Maître Mamadou Ismaïla KONATÉ, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, c’est toujours bien de critiquer la justice. A en croire Maître Mamadou Ismaïla KONATÉ, il est encore mieux de s’approcher de la justice pour que ces critiques soient réels et que les populations se rendent compte que cette justice est la leur.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de