Version imprimable de cet article Version imprimable | |

« Corps pour XXII ème siècle » : Quand Don Sen Folo lève le voile sur le vivier d’emplois que constitue la danse

dimanche 14 octobre 2018

"Avec son initiative de « Corps pour XXII ème siècle », Lassina Koné et l’Association Don Sen Folo, sont en passe de réussir un grand challenge : Faire la promotion de la danse en valorisant la profession de danseur, mais en même temps prouver que l’art et la culture, notamment la danse, peut jouer pleinement un rôle dans l’immigration et la radicalisation".

Depuis quelques années, le problème de l’immigration clandestine se pose avec beaucoup d’acuité dans les pays d’Afrique au Sud du Sahara. Il ne se passe plus de jour que l’on apprenne qu’une flottille transportant des migrants a chaviré dans la méditerranéen. Chose bizarre, ces nombreuses morts n’arrivent pas à dissuader les jeunes à entreprendre cette aventure meurtrière. « Nous n’avons pas d’emplois et aucune perspective ne s’offre à nous pour espérer une vie meilleure chez nous. Or, en Europe nous avons plus de chance d’avoir un travail et de nous réaliser ». Comme une berceuse, ce sempiternel argumentaire doit pousser les pays au sud du Sahara à explorer toutes les pistes qui pourront offrir des perspectives à leur jeunesse, afin de la mettre à l’abri de cette hécatombe de la méditerranéen.

Mais, en entendant que les états veuillent se réveiller de leur long sommeil, des initiatives privées, qui ne sont pas loin d’initiatives individuelles, souvent avec très peu de moyens, essaient de faire bouger les lignes, pour que la jeunesse africaine reste sur le continent. Et, si d’aventure, elle devait partir, ce n’est pas pour y rester.

Parmi ces initiatives, du côté du Mali, l’on peut citer le cas de l’Association culturelle « Don Sen Folo ». Sous l’impulsion de Lassina Koné, Jeune danseur malien, qui n’est plus à présenter sur la scène nationale et internationale de la danse contemporaine, l’Association Don Sen Folo ne ratte aucune occasion pour dire que la culture, notamment la danse, peut énormément contribuer à aider notre pays à endiguer le fléau de l’immigration, mais aussi à éloigner les jeunes de la l’oisiveté qui poussent certains dans des réseaux de radicalisation.

Travailler pour l’avenir de la danse au Mali

« Nous travaillons sur la préparation de l’avenir de la danse contemporaine au Mali afin que les danseurs puissent eux-mêmes œuvrer à la compréhension et à la diffusion de leur Art. Mais, surtout pour que vivre de son Art soit possible au Mali », nous a indiqué Lassina Koné.

Pour cela, dans le cadre de l’Association Don Sen Folo, Lassina Koné vient d’initier un programme ambitieux de formation de 3 ans de 18 danseurs et de 3 musiciens maliens. Chaque année, pendant 20 semaines, la vingtaine d’artistes sera formée à travers un certain nombre de modules : Le yoga, la danse, l’administration, la composition musicale, le théâtre et l’informatique.

Il faut dire que ces modules n’ont été choisis au hasard. « Danser, c’est maîtriser son corps. Et, le Yoga permet à l’artiste de connaître son corps et cela est très important pour le danseur qui prend conscience de ses potentialités », a indiqué Lassina Koné. Et, pour cette session qui a démarré le 1er octobre 2018 et prévue pour prendre fin le 9 décembre 2018, Fémanda Kanaté a été mise à contribution pour dispenser les cours de Yoga du 1er au 14 octobre 2018, à la vingtaine d’artistes regroupés.

De l’avis de Salamata Maïga, étudiante en 3ème année de danse au Conservatoire Balla Fasséké Kouyaté, et stagiaire du programme « Corps pour le 22ème siècle », le cours de Yoga vient de conforter la sensation de paix qu’elle retrouve dans la danse. « Ces cours de Yoga, ont été bien pensés. Ils m’ont permis de mieux maîtriser mon corps et surtout de connaître mes limites », a-t-elle ajouté.

Et, il n’y a aucun doute, comme le Yoga, les autres modules vont amener la vingtaine d’artistes à devenir meilleur dans la pratique leur métier d’artiste danseur. Ainsi, selon Lassina koné, « aujourd’hui, en plus de la maîtrise de son art, il faut que l’artiste ait des rudiments en administration et en informatique. Pour donner des aptitudes à nos stagiaires, nous avons décidé de mettre à contribution Agnès Quillet pour les cours en Administration et Ibrahim Issa Maiga pour cours d’Informatique ».

En ce qui concerne le module de la composition musicale, il dira que l’objectif n’est pas de faire des danseurs stagiaires des musiciens, mais c’est de les amener à prendre conscience que nos cultures regorgent d’un fond musical impressionnant qui n’attend qu’à être valorisé. Ici, les artistes danseurs bénéficieront de l’accompagnement de Bomou Aboubakar Bassa.

« Danser sur une musique de notre patrimoine culturel malien, permet à nos spectateurs de mieux comprendre l’histoire que nous racontons dans nos gestuelles », a indiqué Lassina Koné. Avant d’ajouter qu’il est aussi prévu de donner des notions de dramaturgie aux stagiaires. « Salif Berthé sera là pour aider la vingtaine d’artistes à travailler leurs émotions sur scène. La danse étant la synthèse de toutes les disciplines artistiques, il faut que l’artiste danseur soit capable avec son corps de rendre toutes les émotions », a-t-il annoncé. Lassina Koné dira qu’en plus de la danse à proprement parlé où des dans danseurs comme Fatoumata Bagayogo, Véronirina Julie Iarisoa, Lassina Koné, Alou Cissé et Aly Karembé, seront mis à contribution, des disciplines comme la communication et l’histoire sont au programme de la formation.

En réalité, ce sont les deux premières années du programme qui sont consacrées à la création. Etant entendu que la troisième année sera consacrée à des créations individuelles de spectacles de danse. Le tout couronné par une tournée dans le Mali. « Chaque participant va créer son spectacle. Et, chaque spectacle sera programmé dans 30 localités de la région dont est originaire le stagiaire », nous indiqué Lassina Koné. Et, dans le souci de vulgariser la danse à travers le Mali, dans une démarche qui se veut pédagogique, il est prévu que dans les 30 localités qui recevront le spectacle, le stagiaire devra prendre toutes les dispositions pour y organiser 3 heures d’initiation à la danse et organiser un débat sur le métier du danseur.

La danse, créatrice d’emplois pour occuper une bonne partie de la jeunesse malienne

Intitulé « projet "Corps pour XXIIème siècle" », cette initiative est financée par la Fondation Doen, l’Institut Français du Mali, l’Association Bilou Toguna, le Centre Culturel Koré de Ségou, Instruments4Africa, Art Moves Africa, la MINUSMA et les familles de KALABAN Coro.

A travers son programme « Corps pour XXII ème siècle », l’Association Don Sen Folo, voudrait faire comprendre à la jeunesse malienne que le corps est un outil de communication, un haut-parleur pour le Monde.

« La danse doit pouvoir être créatrice d’emplois pour occuper une bonne partie de la jeunesse malienne », a indiqué Lassina Koné. Avant de soutenir que l’Art et la culture, dans le contexte malien, peuvent participer à la création de la richesse économique pour notre pays.

Partant du constat que toutes les opportunités sont aujourd’hui centralisées à Bamako, Lassina Koné est persuadé que l’initiative de l’Association Don Sen Folo, va offrir une égalité de chances aux artistes de notre pays, en leur offrant les outils et en les aidant à concentrer leurs énergies sur un véritable projet de vie artistique chez eux, auprès de leurs concitoyens.

« Nous voulons former des personnes qui réfléchissent et construisent leur avenir dans leurs régions à partir de ce qu’ils ont. Nous pensons qu’il est important de leur montrer les perspectives qu’ils peuvent y avoir. Mais, il est également important de les accompagner à la réalisation de leurs projets », a-t-il déclaré. Selon lui, cette démarche que justifie que la formation soit étalée sur trois ans. « Nous voulons que leurs réflexions et leurs idées murissent et s’enrichissent de leurs expériences et de leurs rencontres. C’est pourquoi, nous avons sélectionné des stagiaires qui ont le désir d’apprendre et d’entreprendre pour le futur de leur pays », a-t-il ajouté.

Mieux, il espère qu’une telle initiative qui vient s’ajouter à des initiatives déjà existantes comme celles initiées par de nombreuses structures comme Donko Seko, le Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Fasséké Kouyaté, la compagnie Welekan, la Maison des Arts ou la compagnie Graine de Danseurs, à faire reconnaître la profession de danseur.

« Nous souhaitons avec cette formation changer les mentalités en formant les artistes dans leur domaine spécifique qu’est la danse et l’écriture chorégraphique, mais aussi en les formant pour qu’ils deviennent les entrepreneurs de leur propre futur », a-t-il précisé. Avant d’ajouter « nous voulons travailler sur leur engagement véritable envers leur Art, mais aussi envers leur société ». Dans tous les cas, Lassina Koné ne souhaite pas que cette formation produise de simples interprètes ou créateurs, mais qu’elle aide à avoir bâtisseurs d’avenir, engagés pour le futur culturel de leur pays.

« Nous voulons à travers cette formation montrer qu’il est possible de vivre de son Art en faisant les choses avec ce que l’on a. Aujourd’hui les artistes doivent être créatifs sur scène, mais aussi au niveau de la médiation avec le public, de l’administration, de la recherche de financements... », a-t-il indiqué. Et, comme pour joindre l’acte à la parole, dans le cadre de cette formation, toutes les dispositions sont prises pour que les jeunes stagiaires rencontrent des acteurs culturels confirmés pour des échanges constructifs.

Quand le vécu inspire un programme

Tout porte à croire que Lassina koné est parti de son propre exemple pour construire le programme « Corps pour le 22ème siècle ». Il ne veut pas que les jeunes passent par tous les chemins difficiles qui lui ont été imposés. Et, c’est sûr, s’il avait pu bénéficier d’une telle formation à ses débuts, il a allait pourvoir éviter bon nombre de difficultés qu’il a rencontré dans son parcours artistique de danseur. Mais, comme à cœur vaillant rien n’est impossible, Lassina Koné est aujourd’hui un nom sur la scène de la danse dans le monde.

C’est en 2010, que Lassina Kone a décidé de construire son propre centre de danse dans son quartier à Kalaban-Coro à Bamako. Quartier périphérique, pour ne pas dire excentré, Kalaban-Coro n’avait pas d’offres culturelles. L’accès à la culture n’y était pas encore à l’ordre du jour.

Et, quand la détermination de Lassine Koné a rencontré des partenaires soucieux de la promotion des activités culturelles, son projet de Centr’Art Don Sen Folo y devient une réalité. Et, depuis sa création, le centre conscient de sa mission, ne rate aucune occasion pour des programmations culturelles.

Ainsi, en février 2017 l’association organise, grâce aux soutiens financiers de partenaires comme la Coopération Suisse, l’Institut Français du Mali, le Cercle Culturel germano-malien et Acte Sept Bamako, sa première formation dédiée aux danseurs professionnels des régions du Mali. Cette initiative a permis de former 18 artistes en danse et en administration durant trois semaines.

Ensuite de mai à juillet 2017, dans le souci de faire la promotion de la danse et surtout de rendre accessible le produit culturel, l’association Don Sen Folo a initié son programme « Ton-Spectacle » pour proposer des spectacles aux femmes des Tontines de Kalaban-Coro, avec le soutien de personnalités locales, la Coopération Suisse et Acte Sept. Ensuite, il eut le concept de spectacle « Sougou Taa Wati », où des spectacles de danse étaient proposés dans les marchés aux heures de pointe.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en