Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Concours de transparence du programme de gouvernance locale redevable : La commune de Ouenkoro de Cheik Harouna Sanagaré, remporte le 1er prix

mardi 10 avril 2018

La commune de Ouenkoro dans la région de Mopti a remporté le 1er prix d’un montant de 30 millions FCFA suite au concours de transparence du programme de gouvernance locale redevable (PGLR). Elle a été suivie par celle de la commune de Diallassagou et de Pélengana dans la région de Ségou. Les lauréats ont été révélés lors d’une rencontre organisée à l’ex CRESS sise à Badalabougou.

Le vendredi 6 avril 2018, s’est déroulée à l’ex CRESS sise à Badalabougou, la cérémonie de remise de prix à 3 communes d’intervention du programme de gouvernance locale redevable (PGLR). Le PGLR est un programme de 6 ans financé à hauteur de 16,77 millions d’euro par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas.

Les trois prix ont été remis par le ministre de la jeunesse et de la construction citoyenne, le ministre des collectivités territoriales, et par la directrice mondiale de l’organisation néerlandaise de développement-Mali (SNV) aux 3 maires des communes primées qui sont Ouenkoro, Diallassagou et Pelengana. C’était en présence de l’ambassadeur du Royaume des pays Bas au Mali, ainsi que d’autres personnalités.

Les trois communes citées ci-dessus gagnent ainsi chacune un prix de 30 millions de FCFA à utiliser pour des investissements prévus en 2018 dans leur plan de développement social, économique et culturel (PDSEC), d’où une somme globale de 90 millions FCFA.

Il faut noter qu’en plus des trois communes gagnantes, une mention honorable est décernée à toutes les communes qui ont fait preuve de leur transparence et qui ont ainsi débuté l’utilisation de ce moyen innovant avec les populations de leur commune. Il s’agit des communes : Baye, Tominian, Bara Sara, Touna, Bla, SirifilaBoundy, Ténè, Yangasso, Sony Aly Ber, Madiama et Siribala. Aussi une mention d’encouragement est décernée aux communes qui se sont inscrites dans le système d’information, mais qui n’avaient pas débuté le postage de document : Alafia, Kokry centre, Massala, Koubaye, Tombouctou, Anderamboukane, Gounzoureye, Kolongo, Kalakè, Kava, Kourani, Siadougou, Konobougou, San et Niono.

Jean de Matha Ouedrago, directeur Mali/Niger SNV, a souligné que le programme de Gouvernance Locale Redevable s’inscrit dans un contexte de crise politique, sécuritaire, humanitaire et sociale qui occupe le devant de l’actualité du Mali depuis 2012. L’ampleur des conséquences sociales, humaines et économiques sur les populations et les institutions du Pays, selon lui, interpelle une analyse de ses causes profondes et offre une opportunité de refondation du pays basée sur les aspirations des Jeunes et de leurs raisons de « vivre ensemble » dans un avenir apaisé et constructif.

Il a expliqué que ce programme est mis en œuvre par ICCO, Oxfam et SNV, dont la force de travail est démultipliée et enrichie par l’expertise et les expériences de 14 partenaires locaux de mise en œuvre (PMO) qui accompagnent 3960 jeunes leaders dont 50% de femmes pour la réalisation des plans d’action communaux des Jeunes leaders et l’atteinte des résultats recherchés et cela dans 180 communes.

« L’objectif global du programme est la contribution au développement des services sociaux de base par l’amélioration de la gestion des affaires publiques locales, à travers la mise en marche d’un mouvement pérein (une culture) de Jeunes citoyens et citoyennes actifs et engagés dans la gouvernance, par l’influence des citoyens et citoyennes sur les décisions locales, par le relèvement du niveau de redevabilité des autorités locales et des Organismes de Gestion des Services Publics dans la gestion des fonds », a indiqué le directeur de SNV. Il a ajouté que ce programme met progressivement en place un Système d’Information sur la Transparence (SIT) des élus et des responsables communaux, coiffé d’un concours annuel de transparence doté de trois prix attractifs de trente millions de FCFA pour les Communes les plus transparentes afin de financer certaines interventions prévues dans leur Programme de Développement Social, Economique et Culturel (PDSEC).

M. Ouédrago a remercié l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas pour son soutien inlassable au développement du Mali et particulièrement pour le financement de ce programme. Il a félicité grandement tous les membres du Jury du concours et l’équipe du programme pour le travail accompli et la réussite de ce processus. Il a également saisi l’occasion pour inviter l’ensemble des partenaires au développement du Mali à emboîter le pas à l’Ambassade des Pays-Bas au Mali afin de donner une plus grande envergure à ce concours sur la transparence au Mali.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en