Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Commune rurale de Kalaban-coro : L’engagement du Maire Tiécoura Diarra terni par un problème de personne

mercredi 4 décembre 2019

Depuis quelque temps, du côté de la commune rurale de Kalaban-Coro, nous assistons à une polémique autour du morcellement de 5 hectares, précisément à Kabala. Tout porte à croire que cette polémique est entretenue par 6 conseillers communaux, qui s’opposent à tout bout de champ à Tiécoro Hamadoun Diarra, actuel Maire de la commune rurale de Kalaban-coro. Ils ne ratent aucune occasion pour l’accusé d’avoir effectué un morcellement illicite. Face à cette polémique qui enfle de jour en jour, 31 conseillers communaux solidaires du Maire, ont décidé de sortir de leur silence. En chœur, ils ont dénoncé l’un de leurs collègues qui s’est donné pour mission de nuire à l’image du Maire par un dénigrement systématique.

« Le Conseil communal de Kalaban-coro se voit aujourd’hui en droit de réagir aux nombreuses attaques proliférées sur lui, à travers la presse, traitant souvent notre conseil de brigand, corrompu, bref de tous ces maux qui ternissent notre image, nous décrédibilisent face à nos populations et aux autorités de l’Etat ». Cette déclaration a été faite par Lamine Sangaré, porte parole des 31 conseillers communaux de la Mairie de Kalaban-coro.

Estimant que cette situation n’a que trop durée, il a indiqué que le conseil a décidé de sortir de son silence pour donner la vraie information. « En 2017, suite à la révocation du Maire de la Commune 6 du District de Bamako, certains de nos conseillers ont nourri des ambitions démesurées de parvenir à une succession, en créant du désordre au sein du conseil et en se lançant dans des campagnes de dénigrement à travers la presse, et auprès des autorités de tutelle », a-t-il indiqué. Avant de rappeler qu’en témoigne les nombreuses correspondances envoyées au niveau des services dans le seul but de parvenir à la révocation du Maire, à l’instar de son homologue de la commune 6, pour le succéder.

Une cabale de Mahamadou Keita, 2ème adjoint au Maire, dénoncée

Sans passer par 4 chemins, il a accusé le 2ème adjoint au Maire, Mahamadou Keita d’être l’instigateur principal de ce mouvement. Selon lui, leur stratégie est de véhiculer des informations erronées dans la presse écrite, relayées par les radios privées, créant ainsi la psychose au sein de la population. « Nous voulons que la population comprenne que derrière tous les bruits et tapages autour de notre gestion, se cache le goût démesuré de certains de nos collègues, de vouloir jouer les premiers rôles, à tout prix », a-t-il déclaré. Avant d’annoncer que le conseil communal a donné mandat au Maire, à travers une délibération, pour effectuer des opérations de morcellement à chaque fois que cela s’avère nécessaire.

Il a ensuite rappelé que la presse parle beaucoup de l’Affaire Sibiri Coulibaly, à propos du morcellement d’une concession rurale sise à Kabala. Selon lui, Sibiri Coulibaly n’est pas opposé au Maire dans cette Affaire, mais à son frère Mamadou Coulibaly, à qui les décisions de justice rendues, ont confirmé la propriété coutumière et annulé tout acte de cession. « C’est suite aux jugements que Mamadou Coulibaly a rapproché nos services pour morceler la dite concession rurale », a-t-il précisé. Avant d’estimer que ce qui est curieux, ce sont ceux-là mêmes qui alimentent les journaux par ces informations, qui ont géré en son temps ce dossier à la Mairie, ce qui n’a jamais été dit.

« Dans vos colonnes, ils ont beaucoup parlé d’achat d’engins lourds. Ces engins sont-là dans la cour de la Mairie et en très bon état. Il s’agit d’une niveleuse, d’un tractopelle, d’un compacteur et des accessoires », a-t-il précisé. Avant de préciser qu’ils pour eux une fierté, et servent la commune à merveille. « Ils nous ont coûté 99 417 360 FCFA, toutes taxes comprises et non 20 millions de FCFA, comme ils aiment raconter dans les journaux », a-t-il précisé.

Un bilan éloquent en si peu de temps

Rappelle pour rappelle, il dira qu’en Avril 2017, au moment de l’arrivée de leur équipe à la tête de la Commune, la Mairie était dans l’obscurité. Selon lui, aucune machine ne fonctionnait au niveau de la Mairie, faute d’électricité. « Il nous a fallu travailler d’abord pour éponger une facture d’électricité de plus de 17 millions FCFA », a-t-il révélé. Avant d’ajouter qu’il n’y avait aucun véhicule de service en bon état. Selon pour faire face à tous ces problèmes, il a fallu qu’ils travaillent pour améliorer les recettes pour se procurer par la suite 4 Toyota Hillux, toutes neuves pour les missions de la Mairie. Il a aussi précisé que dans le souci d’améliorer le cadre e vie des populations, ils ont crée de nouveaux services, tels que le service d’assainissement, le service d’urbanisme et le service de recensement. « Nous avons doté la Mairie de 10 nouveaux bureaux, tous équipés pour permettre au personnel de travailler plus efficacement au service de la population », a-t-il indiqué. Avant de rappeler que toutes les dispositions ont été prises pour donner de l’eau potable aux populations par la réalisation d’adduction d’eau sommaire dans les villages et la réalisation de radiés pour la circulation des gros porteurs, de façon à rendre la circulation plus fluide. Il a aussi annoncé l’éclairage de certaines artères isolées pour lutter contre l’insécurité, sans oublier les appuis constant aux services de sécurité pour mieux protéger les personnes et leurs biens.

Toujours au titre du bilan, il a mis un accent sur la réhabilitation des salles de classe et la réhabilitation de certaines pistes et artères de la commune. « Et, c’est tout cela qui a valu un prix international décerné au Maire : le Prix africain du développement, top 100 des Maires de la CEDEAO et de l’Union africaine », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que ce prix récompense toute une équipe (personnel et élus), résolument engagés pour le développement de la commune.

« Aujourd’hui, nous sommes sur le point de lancer le projet de construction de six centres secondaires d’état civil à travers la commune et de 6 salles de classe à Tiébani », a-t-il annoncé. Pour ajouter que toutes ces réalisations sont faites sur fonds propres de la Mairie.

« Jamais un conseil corrompu ne pourra réaliser tous ces investissements. Et, nous demandons à la population de nous faire confiance et qu’elle comprenne que nous sommes-là pour elle », a-t-il déclaré. Avant d’inviter les dissidents à rejoindre le groupe.

Mohamed CAMARA
ASSANE KONE

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav