Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Commissaire Divisionnaire Abou Sidibé : « La composante police du G5 Sahel n’est pas une unité combattante »

lundi 24 décembre 2018

Lors de l’atelier organisé du 17 au 21 décembre 2018, par l’Office central de lutte contre les stupéfiants (OCS), en partenariat avec l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), à Selingué, sur la composante police de la force conjointe du G5 Sahel, les journalistes ont été édifiés par Abou Sidibé, Commissaire divisionnaire de Police.

La communication présentée par Abou Sidibé, commissaire divisionnaire de police, chef du Bureau Central National d’INTERPOL-Mali, était intitulée : « Présentation de la force conjointe du G5 sahel et les missions de sa composante police ».

Dès l’entame de ses propos, il a indiqué que « la composante police (CP) n’est pas une unité combattante ». Selon lui, elle intervient pour « la judiciarisation des actions militaires effectuées par la Force Conjointe du G5 Sahel sur le théâtre des opérations ». Il a précisé que le renforcement de la paix et de la sécurité ainsi que la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée ont figurés aux premières loges, des priorités exprimées dans la convention portant création du G5 sahel, signée par les chefs d’Etat du Burkina-Faso, Mali, Niger, Mauritanie, et le Tchad. Partant de cela, il s’est prononcé sur les missions de la Composante Police. Ce sont : la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée, le rétablissement de l’autorité de l’état, le retour des déplacés et réfugiés, la facilitation des opérations humanitaires, la contribution aux activités de développement des pays du G5 sahel.

L’expert a ensuite éclairé que la relation entre la composante police et la composante militaire obéit à deux principes, à savoir : la subsidiarité pour tout ce qui est opérationnel et la complémentarité pour tout ce qui est application des lois et de la justice pénale.

Bintou Coulibaly

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.