Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Circulation routière au Mali : Interdiction du support à trois à moto

jeudi 9 février 2017

La police malienne décide d’assainir la circulation routière devenue trop meurtrière. Que pensez-vous de l’interdiction du support à trois en moto ? Réactions du public.


Boubacar Fané :
« C’est une bonne initiative, les motos n’ont pas été conçu pour trois personnes »

C’est une bonne initiative, les motos n’ont pas été conçu pour trois personnes plutôt deux. En faisant du support à trois le conducteur s’expose aux risques d’accident et expose les autres à cette même tragédie. La police a bel et bien raison sur ce coup. C’est une infraction à part entière punissable par la loi qui de surcroit multiplie les accidents de la route.

Madame Ba Rosemonde Fatou Sissoko, Promotrice d’école Privée  : « Cette volonté de la police malienne est salutaire »

Cette volonté de la police malienne est salutaire. C’est une très bonne décision dans la mesure où elle assure la sécurité des usagers de la route.

Bayi Kanté, Menuisier à Medina-coura : « La mesure est très normale… »

La mesure que vient de prendre la police malienne est très normale dans la mesure où c’est pour sécuriser la vie d’un maximum de personnes. Ces derniers temps les jeunes prennent de plus en plus de risques sur la voie publique. C’est la meilleure initiative au monde que la police est en cours d’entreprendre. Cela va considérablement diminuer les victimes d’accidents de la route déjà que l’expérience de vie est moindre dans notre pays. En prenant le risque de rouler en cas d’accident les victimes deviennent nombreuses. Généralement celui de devant appelé dans le jargon populaire « Bebeni » ou celui situé derrière la moto perdent la vie. C’est une mesure encourageante.

Tidiane Sissoko, Contrôleur de gestion EDM : « Le support à trois a été interdit de longue date »

Le support à trois a été interdit de longue date. L’application de la mesure a pris du temps à se concrétiser. Mais hélas, ce sont les enfants des dignitaires se croyants intouchables qui bravent la loi au vu et au su de tous. Les enfants n’ont pas conscience du danger auxquels ils s’exposent et exposent autant les autres.

Fayel Ly, Ménagère à Medina-coura : « Ce n’est pas prudent de circuler à trois sur un engin à deux roues"

C’est une excellente idée. Ce n’est pas prudent de circuler à trois sur un engin à deux roues. Cette façon d’agir provoque des accidents. Les cortèges de mariage sont spécialisés en la matière. La police doit veiller scrupuleusement sur eux. S’il le faut arrêter les coupables. Enfin le public pourrait respirer un peu.

Fatoumata Sakiliba, Missira : « … la police a mis trop de temps avant d’agir… »

A mon avis la police a mis trop de temps avant d’agir de la sorte. La moto est conçue pour supporter deux personnes. Celui qui prend le risque de monter à trois dessus s’expose à des risques. Ils doivent payer des amendes seul à ce prix la sécurité des maliens sera renforcé.

Ahmed Diagouraga, Opérateur économique
 : « Cette indiscipline accentue les accidents mortels »

Le support à trois est très dangereux. C’est un facteur qui multiplie les risques d’accident. Cette indiscipline accentue les accidents mortels. Les motos ne sont pas adaptées pour supporter trois individus. Tous ceux qui roulent sur des engins à deux roues avec trois personnes ou plus sont hors la loi. La police est en plein droit de les arrêter.

Sofa Ibrahima Diarra ; Avocat défenseur de la police nationale du Mali : « La moto n’est pas faite pour prendre trois personnes »

La moto n’est pas faite pour prendre trois personnes. Les individus qui s’adonnent au support à trois font de l’abus. C’est une question de conscience civique. Toute personne à qui son âme lui coute cher et qui aspire à vivre longtemps ne va jamais se prêter à ce jeu. Nous devons être notre propre police pour s’interdire certaines pratiques. A mon avis l’interdiction du support à trois sur un engin de deux roues est une mesure encourageante. Il faudra que la mesure soit continuelle. Tout contrevenant doit payer cher la contravention.

AES

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !

Travaux de réaménagement de l’Agence de Boulkassoumbougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de l’Agence de Boulkassoumbougou. Lisez le document d’Appel d’offres ouvert !