• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    CPI : Gbagbo refuse le soutien d’un groupe d’avocats africains

    lundi 22 janvier 2018 , par Assane Koné

    "Réunis au sein de l’Association avocats et démocrates africains sans frontières (ADASF), des avocats et un diplomate tous africains ont décidé de plaider la cause de Laurent Gbagbo à La Haye. Cependant, cette initiative n’a pas l’assentiment de l’équipe de l’ancien président ivoirien.

    Dans un document en date du 13 janvier 2018, l’Association avocats et démocrates africains sans frontières (ADASF) qui regroupe principalement des avocats africains a demandé à la Cour pénale internationale (CPI) l’autorisation d’intervenir dans le procès Gbagbo en qualité d’ Amicus Curiae (personnalité ou un organisme, non directement lié aux protagonistes d’une affaire judiciaire, qui propose au tribunal de lui présenter des informations ou pouvant l’aider à trancher l’affaire).

    Lors de l’audience du vendredi 19 janvier dernier, les différentes parties au procès ont été invitées à se prononcer sur la question par le juge Cuno Tarfusser. Parlant au nom de l’ancien président ivoirien, la défense de Laurent Gbagbo a demandé au juge de rejeter cette demande.

    Pour Me Jacobs, membre de l’équipe de conseils de l’ex-chef d’Etat, les seules personnes extérieures à la procédure qui pourraient être autorisées à intervenir sont « des experts » qui devront dans ce cas se prononcer sur des questions « spécifiques ».

    De son côté, le représentant légal des victimes s’est opposé à cette démarche jugeant que « Laurent Gbagbo est déjà bien défendu ». Dans la même veine, Eric Mc Donald au nom de la Procureure a expliqué à la Cour que cette intervention n’est pas de nature à aider la Cour à trancher.

    « Je constate qu’il y a une unanimité étrange entre les parties. Nous rendrons notre décision en temps voulu », a pour sa part déclaré le juge-président. Pour rappel, cette initiative ADASF visait, à terme, à faire annuler la procédure contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé"

    (Cpi news)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce