| |

CONDITIONS D’INCARCERATION DE SBM : Les chefs d’Etat de la Cédéao préoccupés

lundi 13 septembre 2021

Les chefs d’Etat de la Cédéao se sont préoccupés des conditions de détention de l’ancien Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maiga.

La conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO réunie, en session extraordinaire, le 8 septembre 2021 par visioconférence sous la présidence de Nana Ado Dankwa Akufo, président en exercice de la CEDEAO, a examiné le rapport soumis par le Médiateur au terme de sa Mission du 5 au 7 septembre 2021 au Mali. Destinée à évaluer le processus de transition, et particulièrement les progrès dans la préparation des élections prévues pour se tenir en février 2022, la conférence s’est intéressée à plusieurs sujets brulants de l’heure. Il s’agit notamment de l’impréparation des élections de février 2022.

La conférence des chefs d’Etat a demandé au Président en exercice « de rester saisi de la question et des conditions de détention des anciens hauts dignitaires, notamment de l’ancien Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maiga, une personne d’un âge avancé ».

Cette question de détention de SBM au centre des discussions des chefs d’Etat ne doit-t-elle pas interpellée les autorités du pays à revoir leur copie ? Selon certains avocats de SBM, « leur client séjourne depuis le 26 août 2021 dans un dortoir occupé par 77 détenus sans aucune disposition de nature à garantir la protection de sa vie, de son intégrité physique, ni de sa santé, dans les conditions inhumaines et dégradantes ».

On se souvient que le pôle d’Avocat de l’ancien Premier ministre, composé de Me Kassoum Tapo, Me Moriba Diallo, Me Ibrahim Ben Mamata Touré et autres, dans un communiqué rendu public, que suite à une convocation de leur client par la chambre d’accusation de la cour suprême qui lui a décerné un mandat de dépôt qu’ils ont été surpris de son placement immédiat et injustifié sous mandat de dépôt ».

Les avocats de la défense ont enfin adressé une correspondance au ministre de la Justice, afin de l’informer des conditions de détention de leur client. Selon la défense de SBM, leur client a été directeur général de la sécurité d’État, ministre de la Défense, Premier ministre, Secrétaire général de la présidence. Il ne peut être dans ces conditions à la Maison centrale d’arrêt où séjournent des malfrats et des terroristes.

Une telle personnalité doit être détenue ailleurs puisqu’il peut être la proie à toute sorte d’insécurité.

La MCA, c’est 3000 prisonniers dont des présumés terroristes.

Djibril Diallo
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav