| |

CERCLE DE KOLOKANI : Des hommes en armes aperçus dans plusieurs villages et hameaux

mercredi 6 octobre 2021

Dans le cercle de Kolokani, dans plusieurs villages et hameaux, il est signalé quotidiennement la présence d’hommes en armes sur des motos.

Les attaques contre les personnes et leurs biens, les porteurs d’uniformes sur la route Bamako-Kayes se multiplient. C’est sur le tronçon Bamako-Diéma que toutes les attaques ont eu lieu. Pour l’heure, Diéma-Kayes semble être épargné.

Après l’attaque des camions de transports de marchandises marocains qui s’est soldée par deux chauffeurs tués, le 28 septembre 2021, ce fut l’attaque d’un convoi de voitures d’une société minière bien escorté par des forces spéciales maliennes vers Sébabougou. Là aussi, on dénote 6 militaires tués et des blessés sans oublier des dégâts matériels très importants.

Qui sont les auteurs ? Pour l’heure, tout porte à croire que les agressions sont loin d’être l’œuvre d’individus isolés. Elles portent plutôt la signature des terroristes appartenant à des organisations terroristes d’Amadou Kouffa ou d’Iyad.

Selon nos informations, le cercle de Kolokani pourrait être cette zone où les terroristes veulent dicter leurs lois à cause de leur présence remarquée dans plusieurs villages et en brousse.

Un habitant de Kolokani affirme que plusieurs dizaines de personnes enturbannées sur des motos sanily passent nuitamment et se dirigent vers des villages. C’est bien dans le village de Guihoyo, dans la commune du même nom, qu’il y aurait plus de présence d’individus en armes, la plus part des personnes de teint noir. Ils arrivent les soirs par petits groupes de 3 sur des motos et demandent le chemin de tel ou tel village, confie une source. Une autre source révèle que ce n’est pas un secret de dire que les hommes en armes sont bien présents dans le cercle. « Parfois, nous croisons certains en pleine brousse ».

Les autorités sécuritaires sont-elles informées de cette présence d’hommes en armes dans le secteur ? Oui, affirme notre source, des éléments de la gendarmerie à l’entrée de la ville ont été mainte fois informés.

Selon certains habitants de Kolokani, les autorités doivent avoir l’esprit d’anticipation en procédant à une descente dans les villages et hameaux du cercle. « Ce n’est pas pour faire peur aux gens, nous pensons qu’il faut agir alors qu’il est temps ».

Il faut dire que nos autorités militaires ont ce défaut de ne pas prendre au sérieux les alertes des populations sur tel ou tel cas. A preuve, en 2011, avant que le Mujao n’attaque Diabali, des éléments des services de renseignements du Mali avaient été bien informés. Rien ne fut fait et le lendemain, Diabali a été sous les balles des terroristes tuant plusieurs de nos hommes en uniformes.

Si on y prend garde, cette insécurité qui a déjà embrasé le nord, le centre, une partie du sud, risque de s’étendre à l’ouest du pays. Et en le réussissant, les terroristes auront atteint un des objectifs : créer la psychose dans tout le pays.

Il urge pour les autorités civiles et militaires de prendre à bras le corps l’information selon laquelle des petits groupes d’hommes en armes viennent à compte goute dans le cercle de Kolokani. Qui sont-ils ? Et, que veulent-t-ils ?

Djibril Diallo
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav