• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    L’adoption de la Loi relative aux défenseurs des droits de l’homme : une avancée majeure qui nécessite des mesures d’application pour une protection effective et efficace

    Bamako, le 26 Janvier 2018 : Les organisations œuvrant au Mali pour la défense des droits de l’homme se réjouissent de l’adoption par le gouvernement malien de la loi relative aux défenseurs des droits de l’homme. Cette promulgation intervient à la suite d’un

    Le Chemin des Tirailleurs à Sorano, le samedi 10 février 2018

    La Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano du Sénégal et le Théâtre de la Mascara de France présentent la pièce de théâtre « Le Chemin des Tirailleurs », le samedi 10 février 2018 à 17 H à Sorano. Cette coproduction théâtrale est

    Littérature : Yoro Ba rime pour l’Afrique

    L’auteur Yoro Ba publie « Afrique où la rime partagée » chez Baobab Edition. La cérémonie de dédicace de l’ouvrage est prévue, le samedi 3 février 2018 à 16 heures à KeurBirago, siège de l’association des écrivains du Sénégal, sous la présidence de Monsieur Abdou Latif

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    CAFO : Le bureau exécutif national demande la démission de Oumou Touré devenue ministre

    samedi 8 juillet 2017 , par Assane Koné

    Les membres du bureau exécutif national de la CAFO demande à Mme Traoré Oumou Touré, ministre de la Promotion de la femme, de l‘enfant et de la Famille de démissionner de la tête de la Coordination des Associations et ONG féminines du Mali (CAFO) et de ne plus s’immiscer dans la gestion de la structure faitière.

    Le mercredi 5 juillet 2017, les membres du bureau exécutif national élus lors du dernier congrès de la CAFO depuis 2008, ont tenu une conférence de presse dans les locaux de ladite organisation pour demander à la Présidente sortante Oumou TOURE de démissionner et de décider d’organiser une Assemblée générale pendant le mois d’octobre 2017.

    Cette conférence a été présidée par Mme Mariko Mah Coulibaly, 2ème secrétaire administrative du bureau de la CAFO. C’était en présence de Mme Diallo Awa, 2ème secrétaire à la santé et au développement social, Fanta Sangaré, secrétaire aux relations extérieures, Yaye Malon Diawara, secrétaire à l’éducation et à la culture, Mme Kouyaté Goundo Sissoko, trésorière adjointe, Nana Coulibaly, secrétaire aux affaires économique. Ainsi que les autres membres du bureau de la CAFO.

    « Suite aux événements de Mars 1991, l’avènement de la Démocratie a favorisé l’éveil des consciences et la création de nombreuses associations et ONG féminines, ayant toutes pour objectif la promotion et l’épanouissement de la famille en général, de la femme et de l’enfant en particulier », a rappelé Mme Mariko Mah Coulibaly.

    Elle a ajouté que l’union faisant la force et compte tenu du Compte tenu du rôle prépondérant que joue la femme dans le développement, 4 grandes associations féminines dont la COFEM, l’APDF, la CADEF, l’AJM, ont décidé de se regrouper au sein d’une Coordination malgré leur diversité et leur spécificité appelée : CAFO.

    Compte tenu du rôle prépondérant que joue la femme dans le développement, ces associations et ONG féminines ont décidé de se regrouper au sein d’une Coordination malgré leur diversité et leur spécificité appelé CAFO.

    Mah Coulibaly, a indiqué qu’après la nomination de Mme Traoré Oumou Touré, comme ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille depuis le 11 Avril 2017, cette fonction étant incompatible avec toute autre fonction, elle devrait faire une passation de pouvoir comme l’indique les textes statutaires et réglementaire de notre organisation.

    « De cette date à maintenant, elle n’a ni rencontrer les membres du bureau, ni leur présenter sa lettre de démission », a-t-elle révélé.

    Avant de déduire que cela constitue une prise en otage de l’organisation faitière des femmes du Mali. « Nous constatons une prise en otage de la CAFO par Oumou Touré, la présidente sortante, aujourd’hui ministre, à qui nous lui demandons humblement de nous rendre les documents administratifs et les clés des bureaux de la CAFO », a-t-elle déclaré.

    En plus du respect des textes de la CAFO, Mme Mariko Mah Coulibaly, 2ème secrétaire administrative du bureau de la CAFO, a indiqué que Oumou Touré, sachant très bien que la CAFO est un partenaire stratégique du Ministère de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, ne peut pas être juge et partie. « Elle ne peut plus être de la société civile et être du Gouvernement », a-t-elle estimé.

    Elle a porté à la connaissance des journalistes que compte tenu de cette situation qui prévaut à la CAFO, la commission intérimaire de la CAFO a décidé : d’organiser une marche de protestation pour l’ouverture des locaux de la CAFO, avant le 10 juillet 2017, de demander à la présidente sortante Oumou TOURE de démissionner et d’organiser une Assemblée générale au mois d’octobre 2017. Et de demander avec insistance à Madame la ministre Oumou Touré de ne plus s’immiscer dans la gestion de la CAFO, depuis son ministère, en respectant la coutume instituée par celles qui l’ont précédé.

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce