| |

Bounti/Douentza : Le Parti SADI accuse l’armée française d’avoir commis une tragique bavure

lundi 18 janvier 2021

« Nous ne demandons pas la mise en place d’une Commission d’enquête. Nous demandons à l’Etat français reconnaisse que ses militaires au Mali ont tout simplement commis une bavure à Bounty le 3 janvier 2020, en tuant des maliens regroupés pour la célébration d’un mariage ». La déclaration a été faite par Dr Oumar Mariko, Président du Parti SADI, le 18 janvier 2021, lors d’une conférence de presse.

Au cours d’une Conférence de Presse animée le 18 janvier 2021, le Bureau politique du Parti SADI a clairement condamné la frappe de l’armée française contre la localité de Bounti. Mieux, le Parti SADI a exprimé sa solidarité et son soutien aux victimes de « cette tragique bavure ».

Après la condamnation du bombardement de la localité de Bounti par l’armée française, le parti SADI a exigé la prise en charge des blessés et des orphelins, leur indemnisation par les autorités maliennes et françaises. Il a aussi exigé du Gouvernement de Transition, une évaluation de l’Accord de Coopération militaire entre la France et le Mali et de la présence des armées étrangères avec l’ensemble des forces politiques et sociales. Avant de demander aux autorités maliennes la dénonciation de l’accord de défense inique. Enfin, il a exigé que la France reconnaisse la bavure et présente solennellement ses excuses publiques aux familles des défunts, aux blessés, et à tout le peuple malien.

Pour la circonstance, Dr Oumar Mariko, Président du Parti SADI, avait à ses côtés Babara Bocoum, secrétaire politique du Parti SADI ; Me Mariam Diawara, secrétaire chargée des luttes sociales et Nouhoum Keita, secrétaire administratif du Parti SADI, qui a du reste lu la déclaration liminaire.

Dès l’entame de ses propos, Nouhoum Keita a déclaré que « le Parti SADI condamne la frappe de l’armée française contre la localité de Bounti et exprime sa solidarité et son soutien aux victimes de cette tragique bavure ». Avant de rappeler que « le Parti SADI a invité à son siège les représentants, les parents de victimes des localités de Bounti et de Douentza pour échanger sur l’ampleur de la tragédie qui a frappé le village de Bounti, au pied de la Falaise, au Nord-Ouest de Douentza, le dimanche 3 Janvier 2021 entre 14H30 et 15 Heures, suite à des frappes d’une rare violence de l’armée française ayant visé des populations qui célébraient un mariage ».

Il dira qu’ « à l’issue de nombreuses séances d’écoute, de recoupements et de la confrontation de différentes versions, auxquels s’ajoute un faisceau de preuves irréfutables du lieu d’intervention de l’armée française, le Parti SADI déclare sans embase que l’armée française a commis une tragique bavure qui a coûté la vie à de nombreux innocents et décimé partiellement une lignée familiale ».

Dans sa déclaration liminaire, le Parti SADI soutient qu’ « Il ne s’agissait nullement de Groupes Armés Terroristes, mais d’un rassemblement festif pour célébrer un mariage ». Avant d’ajouter que le fait de « vouloir occulter cette réalité et conclure à la présence de Groupes Armés Terroristes pour justifier une quelconque frappe de l’armée française, est une insulte à l’intelligence collective de notre peuple profondément attristé par cette tragédie ».

« La version de l’Armée française est une fable »

Selon le parti SADI, « la version que l’armée française tente de nous faire avaler ressemble à une fable ». Pire, les responsables du parti SADI sont aujourd’hui convaincus que la version française « n’est ni crédible, ni acceptable ». Partant du fait que la version française soutient que les observations qui ont précédées la frappe ont établi qu’il s’agissait de Groupes Armés Terroristes, le PARTI SADI a soulevé un certains nombre de questions. Ce sont : Quels sont les éléments qui l’ont conduite à identifier formellement ces Groupes terroristes ? Des armes ont-elles été repérées ? Quelle est la nature de ces armes ? Les mouvements observés étaient-ils ceux des GAT ? Pourquoi, l’armée française d’habitude prompte à célébrer ses trophées contre les Groupes Armés Terroristes a-t-t-elle gardé le silence durant 48 heures sur les évènements de Bounti ? Quelle crédibilité peut-on accorder à sa version lorsque c’est elle même qui envoie une mission d’enquête sur les lieux de la frappe et écarte d’emblée la thèse d’une bavure ? Comment un nombre si élevé de Djihaddistes peut-il se rassembler en plein jour dans une zone où les armées françaises, maliennes, le G5 Sahel concentrent leurs efforts dans leur traque et leur élimination ? Où se trouvent les carcasses des motos repérées par la chasse française ?

Partant du fait que l’armée française ait soutenu n’avoir effectué qu’une seule frappe, le Parti SADI rappelle que « pourtant, ce sont deux Mirages 2000 basés à Niamey qui ont largué trois bombes ». Et, d’ajouter que cela confirme « les témoignages recueillis qui parlent de deux frappes : une première qui a fait 16 morts et une seconde qui a fait 3 blessés qui succomberont au cours de leur évacuation (1 est mort avant d’atteindre le Centre de santé, le second meurt au dispensaire, le 3ème, évacué à bord d’une ambulance vers Sevaré a été intercepté à un barrage tenu par la malice donso. Le blessé fut extrait et exécuté). Ces mêmes témoignages établissent qu’aucun Djihaddiste n’était présent, qu’il n’y avait ni arme, ni moto ».

« Bounti n’est pas la première bavure française au Mali »

Dans sa déclaration, le Parti SADI a indiqué : « ce n’est pas la première fois que l’armée française commet des bavures sur le territoire malien ». Il a rappelé que « dans la nuit du 23 au 24 octobre 2017, elle a bombardé un camp de groupes djihadistes dans le secteur d’Abeibara, près de la frontière algérienne où étaient détenus des soldats maliens Kidnappés par le Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans ». Malheureusement, selon le parti SADI, cette « action qui a mobilisé des chasseurs Mirage 2000, des Hélicoptères Tigre, les forces spéciales « Sabre » et des soldats de la Force Barkhane, a couté la vie à 11 soldats maliens. Il a fallu une forte pression de l’opinion publique nationale pour contraindre la France à admettre la bavure ».

Pour cette raison, le Parti SADI a dit craindre que la tragédie de Bounti ne se répète ailleurs. Le Parti SADI est plus que convaincu que « le refus d’une franche collaboration de Barkhane avec les Forces armées maliennes et celles du G5 Sahel ,contrairement aux homélies hypocrites et aux convenances diplomatiques, sa volonté affichée de continuer à se comporter en terrain conquis au Mali depuis 2013 et sous la couverture juridique de l’accord de coopération militaire qui interdit toute poursuite ni même interpellation sur d’éventuelles infractions, actes criminels et dégâts, constituent un véritable passeport à la bavure et à l’impunité ».

Le Parti SADI a dénoncé le fait que « l’armée française circule sans restriction sur toute l’étendue du territoire national », et surtout le fait qu’ « elle n’a pas besoin de solliciter l’armée malienne ». Partant du fait que « l’Etat du Mali n’a aucun droit de regard, encore moins un contrôle sur ses agissements », le Parti SADI s’interroge : « Dans ces conditions, comment croire aux propos tenus par le ministère malien de la Défense qui soutient avoir été associé à cette boucherie ? ».

« Inféodation de notre armée nationale à l’armée française »

Selon le Parti SADI, « dans la prétendue collaboration, la France ne fait qu’intégrer au sein des unités maliennes des détachements de liaison et d’appui, dans le but évident de mieux surveiller et d’espionner les unités maliennes ». Et, d’ajouter que « l’armée française peut-elle mettre sur écoute les dirigeants politiques, les acteurs sociaux ou toute autre personne pouvant représenter un danger quelconque. Une possibilité qui est également élargie à la MINUSMA ».

Pour le Parti SADI, « cette triste réalité confirme aisément le renforcement d’une situation d’inféodation de notre armée nationale à l’armée française ». Et de constater que « ceci n’a hélas pas été remis en question par le Gouvernement de Transition ».

De façon claire, selon le Parti SADI, « l’attitude du Gouvernement de Transition qui manifeste clairement son soutien à l’Accord de défense avec la France n’est pas de nature à créer les conditions d’un débat profond et serein entre les maliens qui doivent, sur la base d’une saine évaluation de cette présence française sur notre territoire, décider du destin du Mali et de son armée ». Et, pour cela, le Parti SADI pense que « le Gouvernement de Transition a raté l’occasion de se taire ». Mieux le Parti SADI pense que « ses propos sur le déroulé des faits qui s’inscrivent dans le cadre d’une opération conjointe baptisée « Eclipse », sont en nette contradiction avec son engagement et sa promesse d’envoyer une mission d’enquête sur le terrain ».

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav