Version imprimable de cet article Version imprimable | |

BiBook : Une bibliothèque et une librairie s’installent dans notre téléphone

mardi 12 mai 2020

Il fut une époque, où l’on rêvait d’avoir des bibliothèques en ligne. Aujourd’hui, c’est chose faite. Et mieux, des jeunes maliens viennent de développer « Bibook », une application qui fait de nos téléphones de véritables bibliothèques et librairie. Allons à la découverte de cette nouvelle initiative dans un entretien avec Cheick Mohamed Makan Camara, administrateur général de Bibook !

« BiBook est fondé sur une application informatique mise au point et gérée par la jeune équipe bamakoise de We’re Solution », nous a indiqué Cheick Mohamed Makan Camara. Selon lui, l’abonnement à cette application est gratuit. Et, de préciser que l’abonné crée un compte personnel qui lui permet de disposer sans délai des moyens de télécharger sur son téléphone ou sa tablette les ouvrages gratuits et d’acquérir les ouvrages payants (2000 F CFA) en les réglant par Orange Money ou par carte bancaire. « Le téléchargement se fait en une fois et la consultation des ouvrages est alors hors connexion », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter que « seules les personnes disposant d’un compte personnel peuvent accéder sur leur appareil aux textes téléchargés. En cas de changement de téléphone ou de tablette, le compte personnel suit l’abonné sur le nouvel appareil ».

Selon lui, l’objectif principal est le développement de la lecture et de l’écriture dans une Afrique qui jusque là lit peu. Qu’à cela ne tienne, il dira qu’une part de l’activité de BiBook est commerciale, à travers l’édition et la vente d’ouvrage numériques. « Mais une part importante de son activité est non commerciale avec la mise à disposition gratuite d’une sélection de textes notables », a-t-il précisé.

En effet, selon Cheick Mohamed Makan Camara, les promoteurs de BiBook ont choisi de mettre régulièrement à la libre disposition des abonnés des ouvrages gratuits. « Certes, on peut trouver beaucoup de textes gratuits en navigant sur le net. Mais pour les trouver, il faut déjà avoir une bonne culture de l’écrit et pour les lire, il faut souvent de la connexion sur une longue durée. Grâce à BiBook, l’abonné bénéficie d’une sélection adaptée d’ouvrages qu’il peut télécharger sur son téléphone ou sa tablette. La connexion ne dure que le temps du chargement », a-t-il ajouté. Avant d’annoncer que « la bibliothèque numérique gratuite proposée par BiBook, le futur lecteur ne part pas au hasard à la pêche aux livres dans l’immense océan d’internet ». Selon lui, BiBook lui propose un choix réfléchi et attractif de livres susceptibles de l’intéresser et de l’instruire. « Ce choix est fait par une équipe de professionnels bons connaisseurs de tous les champs de l’écriture : fiction, essais, documents, théâtre, etc. Il prend en considération les besoins spécifiques du public malien et africain en matière d’instruction et de connaissance. Beaucoup de ces textes sont directement reliés aux réalités du Mali et de l’Afrique », a-t-il indiqué.

Après avoir affirmé que « BIBook est aussi une librairie électronique », il dira que des textes y sont régulièrement proposés à la vente pour un prix abordable par tous les amis de la lecture (2000 F CFA). « On peut en lire la présentation et l’application permet de les acheter sans délai ni complication via Orange Money ou une carte bancaire. Une fois acheté, le texte entre dans la bibliothèque numérique de l’abonné à côté des livres gratuits », a-t-il déclaré.

Ensuite, en plus d’être un réseau de militants de la lecture, il dira que BiBook incite à l’écriture. « Aujourd’hui, pour les auteurs africains, éditer un livre qu’on a écrit est un parcours du combattant. Les éditeurs « papier » du Mali et d’Afrique, courageux pionniers du livre sur le continent, manquent souvent de moyens et la vente des livres est limitée par le manque de librairies et par le prix de l’impression », a-t-il fait remarquer. Avant de soutenir que « les auteurs doivent alors mettre la main à la poche pour que leur ouvrage soit imprimé, surtout pour les premiers livres ». Et, face à cette difficulté, il dira que beaucoup de manuscrits de qualité dorment dans les placards de leurs auteurs. « Mais, avec BiBook, l’auteur n’a pas d’argent à sortir. Il perçoit des droits d’auteur au premier livre vendu, 20 % du prix de vente pour les 500 premiers exemplaires, 30 % au dessus de 500 », a-t-il annoncé.

En conclusion, il dira que BiBook aura une activité classique d’édition de textes qui lui seront proposés et qui auront été retenus pour leur qualité. « L’éditeur numérique africain mettra également à disposition des grands textes anciens d’Afrique et d’ailleurs, base d’une culture générale ouverte sur le monde. Un fonds documentaire sera constitué, avec les nombreux documents qui jalonnent le développement des sociétés africaines et qui sont difficilement consultables. A ce fonds documentaire s’ajoutera un fonds pédagogique qui fera de BiBook un outil privilégié pour tout le système d’enseignement », a-t-il déclaré.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.