| |

Bamako : Le Casino des enfants en prolifération

mardi 10 novembre 2015

Bamako devient la capitale des jeux de hasard pour les grands et pour les petits. L’appât du gain devient de jour en jour une maladie contagieuse dans la cité des trois caïmans. Depuis le bas âge, ils s’essayent à ce jeu dangereux. Pour cela les casinos taillés à leur mesure inondent peu à peu les quartiers. Il n’est pas sans savoir qu’il y’a un Casino implanté dans la cour de l’hôtel de l’amitié.

De nos jours nos rues sont infestées de casino pour enfants importé par les chinois. La totalité des joueurs sont des mineurs et les machines sont installées dans la rue au vu et au su de tout le monde. Les joueurs ne sont animés que par la volonté de se faire facilement et rapidement des sous. Avoir coûte que coûte de l’argent est devenu une obsession pour eux. Du matin au soir sans interruption ils viennent en bande munis de pièces de monnaie pour tenter leur chance. La mise est de 100 FCFA. Le plus vexant est que ces machines sont installées dans la rue et obstruent souvent le passage. Un de ces Casino est localisé dans un kiosque dans la rue 7 Porte 637 du quartier populaire de Medina coura. Déjà une grande part d’enfants est confrontée à l’échec scolaire. Si déjà ils commencent à s’adonner à ce jeu dangereux c’est la catastrophe assurée. Quelle bande de racailles peut-on s’attendre dans l’avenir ?

Il est urgent que nos autorités, à commencer par les Maires des communes prennent leur responsabilité pour débarrasser dans les meilleurs délais nos quartiers de ces engins qui à la longue finiront par former des voyous en puissance. La délinquance juvénile vient de trouver son terrain favorable avec des machines à sous dédiées aux enfants. La plupart des clients ne sont âgés que de 13 à 17 ans. Quelle catastrophe… A l’heure actuelle si rien n’est fait ce jeu deviendra l’attraction phare et le centre d’intérêt des enfants qui résident non loin de ces machines diaboliques. Il y’a trois jours un des enfants ayant perdu la somme de 300F s’est donné en spectacle en vociférant de toutes ses forces dans la rue. La déroute et la descente des enfants en enfer est désormais pris en charges par ces entreprises chinoises et leurs partenaires complices au cœur des quartiers.

Après l’implantation des bars, des maisons de prostitution, les enfants sont devenus leur cible afin de leur soutirer de l’argent cash. Personne n’ignore que la grande offensive des entreprises chinoises est en marche. Les parents, tout comme nos autorités doivent-ils fermés les yeux sur cette mafia qui ne dit pas son nom ?

Enfin la question que je me pose est la suivante :
Les tenants de ces entreprises de jeu ont-ils eu une quelconque autorisation émanant de l’Etat ou de la Commune pour s’adonner à cette exploitation des mineurs en plein cœur de Bamako ?

Dieu seul sait que des lois existent autant que des sanctions pour éradiquer ces pratiques mais aussi pour punir les auteurs qui font de leur métier l’illégalité la plus totale.

Affaire à suivre…

Aboubacar Eros Sissoko

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav