BAGUINEDA : La célébration honorifique de la délinquance financière en grande pompe

mardi 7 juillet 2020

Après avoir purgé huit longs mois en détention pour délinquance financière, le maire de la Commune Rurale de Baguinéda Salia Diarra a retrouvé la liberté provisoire en attendant son jugement prochain.

Salia Diarra, le maire de la commune rurale de Baguinéda a recouvré la liberté le vendredi 4 juillet 2020. Pendant toute la journée, des rumeurs avant-coureur faisaient état de sa libération imminente dans la localité. La liberté provisoire durement acquise dont il jouit a été obtenue suite au versement d’une caution.

Aux dernières informations pour renflouer les caisses de l’état, une de ses maisons a été vendue sans oublier son champ d’orangers situé derrière sa maison. Il fallait attendre la nuit tombante pour se rendre à l’évidence. Vendredi soir la voie goudronnée ressemblait fort bien à l’entrée triomphale de Salia Diarra en provenance de la Maison d’Arrêt Centrale de Bamako. La voiture qui transportait le maire était suivie par une longue file de cortège. On pouvait dénombrer au total, une vingtaine de véhicules escortés par des motos Jakarta. L’accueil était à la hauteur du détournement. A ce compte, chaque jour qui passe, « le voleur » est en passe de devenir un héros. Quelle honte pour notre pays censé combattre le détournement de deniers publics !

Pour rappel, Salia Diarra avait été inculpé en octobre 2019 à la demande du Procureur du Pôle économique et financier dans une affaire de détournement de 529 millions de FCFA. La dite affaire a été rendue publique à la suite du rapport du Vérificateur Général agrémenté de dénonciations anonymes. A cette occasion plusieurs collaborateurs sont tombés en sa compagnie. Si aujourd’hui la presque totalité des accusés de délinquance foncières ont retrouvé la liberté, trois restent encore sous les verrous à la prison centrale dont : Yaya Traoré (régisseur recettes de la Mairie), Daouda Cissé (régisseur dépenses de la Municipalité) et le nommé Mamadou Sinayogo dit Prince, incarcéré pour le détournement des taxes d’abattage. La raison est claire ; ceux-ci tardent à payer leur caution pour prétendre humer l’air dans l’espace public.

Pour autant, le maire n’est pas sorti de l’auberge. Il se retrouve mêlé à bien d’autres affaires dormantes sulfureuses comme celui des terres de Kolè. Les vagues émanant de celles-ci risqueront encore une fois de l’emporter. Aujourd’hui, l’association des Spoliés de Kolè est à pied d’œuvre sous la houlette de Fodé Sissoko dit Kara. Beaucoup de personnalités politiques de la localité vont devoir tôt ou tard répondre devant la justice à commencer par les dirigeants de l’ACI qui ont fait main basse sur les terres agricoles.

Affaire à suivre
LA REDACTION

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav