Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Attaque terroriste au campement de Kangaba : Le Film de l’intervention de la Forsat

mardi 20 juin 2017

Le dimanche 18 Juin 2017, aux environs de 16 heures, des individus armés ont pris d’assaut le Campement Kangaba, situé dans la périphérie de Bamako. Un lieu prisé, particulièrement par les occidentaux. Le bilan publié par le ministère de la sécurité et de la protection civile fait état de 9 morts, de 36 victimes dont 4 enfants de 5 à 14ans. Mais n’eut été l’intervention rapide des forces spéciales maliennes, le bilan aurait pu être plus lourd. Lisez le film d’une intervention risquée !

Les forces de sécurité et de défense maliennes ont été dépêchées sur le lieu à 16 h 30 min, pour donner l’assaut. Elles ont abattu 2 assaillants et sont parvenues à exfiltrer une vingtaine de personnes (personnel et client) du lieu. Les éléments de la Forsat épaulés par l’armée de l’air pour le renseignement ont pu évacuer de 4 blessés dont 2 clients et 2 éléments des forces de sécurité.

A 18 heures, 2 cas de décès ont été signalé (une Franco-malienne et une franco-gabonaise) et 2 suspects ont été systématiquement interpellés.

Dans le cadre de l’opération « Faaba Lakana », la garnison de Kati et le 33ème Régiment de Camp Para ont été mis en alerte.

Aux environs de 22 h, les éléments des forces spéciales françaises sont arrivés de Ouagadougou (Burkina-Faso).

Peut avant minuit, le nombre des otages libérés s’est élevé à une quarantaine. Malheureusement, les forces maliennes ont perdu un élément (Garde nationale) et déploré 6 blessés graves dont 4 gardes, 1 gendarme et policier). L’opération de ratissage se poursuit, 4 assaillants abattus et 2 corps (Chinois et portugais) ont été retrouvés.

Le lendemain, lors d’une conférence de presse, le département de la sécurité a annoncé 9 morts, 36 victimes dont 4 enfants de 5 à 14ans.

« Parmi les victimes, nous déplorons la mort de 9 personnes dont 1 franco-malienne, 1 franco-gabonaise, 1 chinois et 1 portugais), 1 élément de la garde nationale et 4 assaillants », a regretté le General de Brigade Salif Traoré, ministre de la sécurité et de la protection civile.

Puis, il a énuméré le nombre de victimes exfiltrés par nationalité. « 11 maliens, 13 français, 1 italien, 1 camerounais, 1 ivoirien, 1 espagnol, 1égyptien, 2 kenyans, 1 islandais, 2 norvégiens, 1 néerlandais, 1 hongrois. Ce qui fait 36 personnes dont 11 nationaux et 25 expatriés dont 4 enfants de 5 à 14 ans », a-t-il détaillé.

Moussa Mallé SISSOKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de