• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Assemblée permanente des chambres de métiers du Mali : Des acquis enregistrés pendant les 10 derrières années

    mardi 27 mars 2018 , par Assane Koné

    Le vendredi 23 mars 2018, s’est tenue dans la cours du nouveau bâtiment de l’Assemblée permanente des chambres de métiers du Mali (APCMM), une conférence de presse portant sur ses acquis des 10 dernières années. Cette conférence a été animée par Mamadou Minkoro Traoré, Président de l’APCMM. Il avait à ses côtés Oumar Maiga, directeur des impôts du district de Bamako, des artisans, du représente du ministre de l’artisanat et du tourisme.

    Mamadou Minkoro Traoré, à l’entame de ses propos a rappelé que l’APCMM a été créée après la CCIM et l’APCAM, qu’elle n’était pas connue ou était confondue avec d’autres chambres consulaires. A travers son Président, pendant les 10 ans derrières années de sa mandature, l’APCMM s’est attelée à une grande campagne de communication, de lobbying et de plaidoyer pour sa visibilité auprès des plus hautes autorités, des partenaires techniques et financiers (PTF) et des populations. Il a ajouté qu’elle a parrainé des évènements qui rentrent dans le cadre de la promotion des métiers de l’artisanat et de la promotion de l’emploi des jeunes et des femmes.

    Parlant des acquis pendant ces 10 dernières années, le Président de l’APCMM dira que la participation des artisans aux formations professionnelles, aux foires et salons et l’accès aux financements ont été conditionnés à la possession de la carte professionnelle d’artisan en cours de validité. Pendant ces 10 derrières année grâce à l’APCMM, les artisans ont participé massivement à l’exposition universelle de Shanghai en 2010 en Chine. Selon lui, en 2012, ils étaient à l’exposition internationale YEOSU en Corée du sud et en 2015 à l’exposition Universelle Milan en Italie. Selon lui l’APCMM a également entrepris des actions pour innover et sécuriser la carte professionnelle d’artisan, qui est devenue Biométrique. Egalement, il dira qu’elle a entrepris des démarches d’obtentions de titres fonciers (TF) pour les artisans, afin qu’ils aient des lieux de travail fixes et sécurisés dans toutes les régions et des maisons des artisans dans tous les cercles. « Depuis l’indépendance, il n’y avais jamais eu un salon de l’artisanat. Les commerçants ont leur espace de promotion qu’est la FEBAK. Les paysans ont leur espace de promotion qu’est le SIAGRI. Les artisans n’en avaient point », a déclaré le Président de l’APCMM. Avant de dire que chaque année, ce sont les artisans maliens qui animent, agrémentent les foires et salons dans nos pays voisins et dans la sous-région et même dans d’autres continents. Au regard de ces constats selon lui, il était nécessaire que les artisanats maliens aient leur propre espace de promotion. Pour cela, grâce aux efforts au cours de ce mandant auprès des plus hautes autorités du Mali, un Salon de l’artisanat a vu le jour, dénommé ‘’salon international de l’artisanat du Mali SIAMA’’.

    « Nous souhaitons que l’Etat nous donne de l’espace pour permettre aux artisans de s’installer », a-t-il dit. Pour ce qui concerne le payement des impôts, grâce aux négociations des élus de l’APCMM auprès de la direction générale des impôts selon lui, l’on a abouti à réduire les coûts pour tous les artisans. Il dira qu’aujourd’hui l’impôt c’est déclaratif et individuel et au taux de 3% du Chiffre d’affaire annuelle.

    Lors de cette conférence le Président de l’APCMM a parlé de son nouveau département et a expliqué les activités qui seront entreprises dans le nouveau chantier. Il dira que Cet espace est l’extension de l’APCMM, sur une superficie de près d’un hectare composé de 5 bâtiments et pour un montant de plus d’un milliards de FCFA sur financement BSI, son équipement est estimé à hauteur de 2 milliards de FCFA. Cette extension selon lui est composée des pôles suivants : un pôle ressource informatique, un pôle coupe-couture, un pôle diagnostic en mécanique, un pôle laboratoire pour la formation à distance, un pôle pour la formation théorique, un pôle administratif, un pôle accueil et hébergement. Selon M. Traoré tous les équipements ne sont pas acquis d’abord, mais le projet est en cours. Pour cela, il a sollicité une fois de plus l’appui du Chef de l’Etat pour l’obtention du reste de l’équipement. « Nous avons plein d’espoir, nous allons créer assez d’emplois si l’Etat nous aide à nous équiper rapidement », a-t-il précisé. Le Président Minkoro est convaincu que ce chantier donnera beaucoup de travaille à tous les artisans. Car selon lui beaucoup de métiers vont se retrouver dans cet espace.

    « Il n’existe malheureusement pas de données chiffrées fiables des emplois créés par la méthode traditionnel au Mali, mais sa prédominance en tant que pourvoyeur d’emplois est incontestable », a-t-il dit. Pour les acquis en termes de la formation traditionnelle, il a indiqué que les apprentis concernés par cette pratique, sont estimés aujourd’hui à 46 000 jeunes. Au niveau de la formation professionnelle par apprentissage FPA de type dual, l’effectif dans la FPA est évalué de 20 apprentis par an. Environs 36 910 apprentis ont été formés par la méthode du type dual, dont 7 267 apprentis certifiés aux examens de fin d’apprentissage. En ce qui concerne la formation de perfectionnement, environ 18 500 maitres artisans ont été formés dans les corps de métiers développés sur financement FAFPA et d’autres partenaires. Il a indiqué que pour la formation qualifiante, environ 10 000 femmes artisanes ont été formées en activités génératrices de revenus grâce au financement de l’Etat et de ses partenaires.

    Au 31 décembre 2017, selon M. Traoré des artisans ont bénéficié des financements à hauteur de 322 033 706 FCFA. Il a indiqué qu’en 2018, il est prévu le financement des artisans pour un montant de 550 000 000FCFA.

    Les perspectives selon lui sont entre autres : la mise en œuvre intégrale de la lettre du Premier ministre relative à la promotion des meubles locaux, l’adoption d’un véritable programme de l’artisanat.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce