Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Anciens tirailleurs sénégalais demandent nationalité française

lundi 14 novembre 2016

Comme Ndongo Dieng et d’Alioune Mbodji, un millier d’ex-soldats de l’Empire colonial ayant combattu pour la France attendent leur naturalisation.

« Je ne comprends pas pourquoi on n’a pas la nationalité française, on est nés français, on a combattu pour la France ! » Ndongo Dieng, Sénégalais, 81 ans, scrute des photos d’une cérémonie officielle de Bondy à laquelle il participait, en juin 2016, en tant qu’ancien combattant français. « Tous les ans, on y dépose une gerbe, nous, les tirailleurs. » Aujourd’hui, celui qui était colonel dans l’Algérois est logé dans un 17 mètres carrés du foyer social de la ville, et touche 335 euros par semestre.
A côté de lui, Alioune Mbodji, 85 ans, Sénégalais et ancien sergent dans l’armée française. « Cette médaille, c’est l’Indochine, en 1953. Celle-là, l’Algérie, en 56… Les autres, c’est quand je suis rentré au Sénégal. » La tête baissée vers ses médailles qu’il accroche fièrement à sa veste dès qu’un visiteur lui rend visite, le « vieux Mbodji » raconte avec le sourire ses onze ans passés au sein de l’armée française. « En Indochine, j’ai été blessé à la jambe, on a dû me rapatrier », raconte-il chéchia vissée sur la tête et boubou vert à encolure dorée sur les épaules. Rapatrié où ? « En France ! Nous sommes français, non ? »

« Décristallisation » des pensions

Français, le vieux Mbodji l’est de cœur. Il se sent « comme d’un père sénégalais et d’une mère française ». Mais lorsqu’il en demande la nationalité, en 1998, on la lui refuse au motif que sa femme et sa famille vivent au Sénégal. « Mais je ne peux pas les faire venir ici, le studio dans lequel je suis ne le permet pas, et je ne peux payer un plus grand logement. » Ndongo Dieng reprend la parole : « Si on est rentrés à ce moment-là, c’est que le bruit courait au Sénégal que Jospin allait changer notre statut. » La même année, le premier ministre Lionel Jospin émet en effet publiquement le vœu que ces soldats réintègrent la « mémoire collective nationale ». Effet d’annonce sans suite. Il faudra attendre 2007 et Nicolas Sarkozy pour que la situation des tirailleurs change, avec la « décristallisation » des pensions, qui donne aux anciens combattants des colonies les mêmes retraites que les anciens combattants français. Mais toujours pas de naturalisation.

Aujourd’hui, Alioune Mbodji et Ndongo Dieng attendent, dans leur foyer de Bondy, en banlieue parisienne. Rentrer au Sénégal et vivre leur retraite en famille ? Cela serait perdre la pension qu’ils touchent ici, pour beaucoup leur principale source de revenus. Alors, ils restent en France, seuls, racontent leurs histoires à qui veut les entendre, et mènent ce combat pour la naturalisation, sans doute leur dernier, avec Aïssata Seck.

Cette dernière est maire adjointe à Bondy chargée des anciens combattants, elle-même petite-fille d’un tirailleur. « A force de voir les refus individuels qui s’enchaînaient, j’ai décidé de lancer une action collective, raconte-elle dans les rues de Bondy, au volant de sa voiture. Aujourd’hui, c’est très symbolique pour eux, ils ont tous plus de 75 ans, et ce n’est même plus une question d’argent depuis que les pensions ont été “décristallisées”. » Alors, la Franco-Sénégalaise écrit une pétition avec les tirailleurs, qui sont une trentaine dans la commune. « Les gens sont tous surpris qu’ils n’aient toujours pas la nationalité et, pour les tirailleurs, c’est un petit grain dans la machine qui fait mal au cœur. »

Ces anciens tirailleurs sénégalais seraient environ 500 en Ile-de-France, le double dans l’Hexagone. « Donc c’est vraiment du symbole, ça ne coûterait rien de les naturaliser », répète Aïssata Seck. Avant d’ajouter, après un silence : « Et puis ça ferait pas de mal, vu le climat social actuel. » Sa pétition a vite rencontré un large succès. D’abord, le député de Seine-Saint-Denis et président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, qui avait déjà reçu en 2014 les tirailleurs de Bondy au palais Bourbon. Ensuite, Jamel Debbouze, acteur du film Indigènes, que la maire adjointe est allée chercher au Jamel Comedy Club, « et qui a accepté tout de suite. Il a voulu s’engager très vite ». Mais aussi l’acteur Omar Sy – dont le père est sénégalais –, le journaliste cofondateur du site d’informations Rue89, Arnaud Aubron, le directeur de l’Institut Montaigne, Laurent Bigorgne, les députés Cécile Duflot, Alexis Bachelay, Olivier Véran…

« La justice, tout simplement »

« Nous avons bon espoir », explique Alioune Mbodji en hochant la tête, dans une affirmation que confirme à l’unisson la maire de Bondy, Sylvine Thomassin : « Franchement, s’il y a la volonté politique, il n’y a aucune raison que leur naturalisation ne se fasse pas rapidement. » Et son adjointe d’ajouter, confiante : « On m’a dit que la pétition était remontée jusqu’à François Hollande. »

Les deux « dogues noirs de l’Empire » de Bondy, comme se plaisait Léopold Sédar Senghor à surnommer les tirailleurs, eux, n’en démordent pas. « Notre problème n’est pas un problème de naturalisation mais de réintégration, on a été français plus de trois cents ans », martèle l’ancien colonel Dieng, qui raconte, comme s’il y était et avec fierté, la bataille de Saint-Louis qui, en 1758, opposa le royaume de France de Louis XV au royaume d’Angleterre de George II, et à laquelle il affirme que, pour la première fois, des Sénégalais combattirent pour la France.

En visite officielle au Sénégal, le ministre des affaires étrangères français Jean-Marc Ayrault a rappelé, jeudi 10 novembre, le « devoir d’égalité, le devoir de reconnaissance » de la France à l’égard de ses anciens tirailleurs. Au cimetière de Thiaroye, en banlieue de Dakar, où 35 tirailleurs sont inhumés, M. Ayrault a fustigé la « repentance » et en a appelé à « la justice, tout simplement ».

Aujourd’hui, jour de célébrations du 11-Novembre, auxquelles les anciens tirailleurs de Bondy, comme chaque année, participent, Ndongo Dieng espère que la pétition, qui a d’ores et déjà rassemblé plus de 2 500 signatures, fera changer les choses pour qu’enfin, il puisse se dire français.

Amaury Hauchard
http://www.lemonde.fr/afrique

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de