Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Accusée de détournement : La Conférence épiscopale du Mali réagit

jeudi 1er juin 2017

Le 31 mai 2017, restera une date particulière dans l’histoire de l’église catholique du Mali. En effet, ce jour-là, les maliens, chrétiens et non chrétiens, se réveillent avec une nouvelle très alarmante. La Conférence Épiscopale du Mali serait détentrice de « mystérieux comptes bancaires », avec au moins 7 milliards de Francs CFA dans une banque dans un pays étranger. Comme, il fallait s’y attendre la réaction de l’église ne s’est fait attendre. Lisez le communiqué publié à cet effet !

COMMUNIQUE

Suite à la publication d’un article sur de « mystérieux comptes bancaires » appartenant à la Conférence Épiscopale du Mali placé dans une banque suisse, la Conférence Épiscopale apporte les informations suivantes :

1. La Conférence Épiscopale du Mali s’inscrit en faux contre les allégations affirmant que certains Évêques auraient procédé à un détournement de fonds des fidèles catholiques.

2. La Conférence Épiscopale fonctionne en toute transparence. Elle dispose de statuts, d’un règlement intérieur et d’un manuel de procédures qui fixent les attributions de chaque évêque en fonction de la charge qui lui est confiée. A ce titre, aucun évêque n’agit à titre personnel dès lors qu’il s’agit d’une mission qui lui a été confiée par ses pairs. Une évaluation de toutes les activités est régulièrement faite.

3. La Conférence dispose en son sein d’une commission des finances chargée de la mise en œuvre de la politique de solidarité décrétée par les Évêques à l’occasion de la célébration du centenaire de l’Église en novembre 1988. Cette solidarité entre les diocèses permet d’assurer le fonctionnement de la pastorale ordinaire de l’Église : la catéchèse, les œuvres de charité, la formation des jeunes, entre autres.

4. L’Église du Mali accomplit sa mission d’évangélisation dans la dignité et ne peut utiliser de l’argent sale pour annoncer le Règne de Dieu.

Les auteurs de l’article tendancieux visent-ils plutôt un autre objectif inavoué que celui d’apporter des informations constructives à l’opinion ? Cet acte posé à un moment où cette Église vient d’être honorée par la nomination de son premier cardinal vise-t-il à salir son image et à la déstabiliser ? Dieu qui voit tout et qui sait tout saura un jour rétablir la vérité.

Bamako, le 31 mai 2017
LA CONFERENCE EPISCOPALE DU MALI

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques