Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Accord pour la Paix et la réconciliation au Mali : Un dispositif de suivi en marche

mardi 9 octobre 2018

Lassine Bouaré, Ministre de la Cohésion Sociale, de la Paix et de la Réconciliation Nationale, a organisé le samedi 6 octobre 2018 un cadre d’échange avec tous les mouvements signataires de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation Nationale issu du Processus d’Alger. Cette rencontre s’est déroulée dans la salle de conférence du ministère de la communication.

La rencontre fait suite à celle organisée à Hérémakono dans le Cercle de Kita, une rencontre intercommunautaire qui a réuni 9 communes de l’intercommunalité. elle avait comme objectif d’informer et associer pleinement les différentes composantes de la population (société civile, associations des jeunes, associations des femmes, partis politiques, légitimités coutumières et religieuses) au processus de stabilisation et de cohésion sociale, rétablir la confiance entre les pouvoirs publics et les populations dans le cadre du renforcement de leurs capacités dans la construction de la paix et de la cohésion sociale, permettre la relance du processus de développement économique, gage de la stabilisation et de la paix.

Selon le Ministre, Lassine Bouaré, ce cadre d’échange sur une démarche de Gestion Axée sur le Résultat (GAR) va concourir déjà à mettre en œuvre un dispositif de suivi rapproché entre tous les signataires dudit accord et une planification opérationnelle permettant une exécution correcte du chronogramme établi.

Il faut noter que lors de cette rencontre, l’ensemble des signataires s’est réjouit que, désormais, un ministère exclusivement interlocuteur leur soit dédié. Toute chose qui leur permettra, à l’avenir, de juguler les dysfonctionnements et défaillances qui entourent la mise en œuvre de cet accord afin que les résultats auxquels ils aspirent soient plus visibles. Et cela, à travers, une bonne coordination de contrôle, avec comme priorité, la question du DDR (Désarmement - Réintégration).

Au cours de cette rencontre, le Ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation Nationale a promis à ses hôtes et frères l’accompagnement, par l’Etat malien, de toutes les ressources bien identifiées, lesquelles seront mobilisées pour le seul intérêt de préserver l’unité nationale, restaurer la cohésion sociale et rétablir la paix et la sécurité dans le pays au seul profit de l’ensemble des populations maliennes.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques