Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Accès à l’école primaire, par la stratégie de scolarisation accélérée : Plan International et ses partenaires veulent ramener 181 114 enfants à l’école au Mali, au Niger et au Burkina Faso

lundi 7 novembre 2016

Le 7 novembre 2016 a eu lieu dans la salle de conférence de l’hôtel Onomo, l’atelier pays de lancement et de la planification du projet d’accès à l’école primaire, par la stratégie de scolarisation accélérée/Passerelle en Afrique de l’Ouest. Organisé sous le parrainage du consortium Plan International et la Fondation Strømme. La cérémonie d’ouverture de cet important atelier, était présidée par le secrétaire général du ministère de l’Education nationale, Dr Moumine Traoré. C’était également en présence du Directeur national de Plan International Mali par intérim, Mamadou Ibrahima Bah, la représentante de Plan International Canada, les Directeurs et Chefs des services centraux et décentralises du ministère ainsi que les responsables des O.N.G partenaires.

Pour atteindre les objectifs de l’Education pour tous (EPT), les Etats et les partenaires au développement s’emploient à développer des initiatives et mesures alternatives pour que le droit à l’éducation soit une réalité dans les villes comme dans les campagnes. C’est cet élan qui a conduit Plan International et Fondation Strømme (Mali, Burkina Faso et Niger), en partenariat avec les ministères de l’Education nationale, à solliciter la Fondation « EducateAbove All » (EAC.) pour la mise sur pied du projet d’accès à l’école primaire, par la stratégie de scolarisation accélérée/Passerelle en Afrique de l’Ouest.

Dans le cadre de cette initiative, durant cinq jours de travaux (du lundi 7 au vendredi 11 novembre 2016), les participants passeront en revue les documents clés du projet Pass+ pour une compréhension commune de ses objectifs, ses axes et stratégies d’intervention et de suivi, gage d’une appropriation exhaustive du projet.

D’entrée de jeu, le secrétaire général du ministère de l’Education nationale, Dr Moumine Traoré, a adressé, au nom du gouvernement du Mali, du département de l’Education nationale, ses sincères remerciements pour la pris en compte du Mali. « Nous avons donné notre caution, en son temps à cet important projet afin de donner l’assurance à l’E.A.C. qu’il est parfaitement en conformité avec les orientations et les priorités du gouvernement et qu’il est effectivement pertinent dans le cadre de notre politique globale de prise en charge des enfants hors école », a-t-il affirmé. Selon le Secrétaire général du Ministère de l’éducation nationale, le gouvernement s’est investi dans le renforcement de la SSA/P dans le pays, avec le financement de 480 centres depuis le début de sa mise en œuvre en 2004.

Dr Moumine Traoré a souligné que ce projet, doit faire revenir dans le système éducatif du Mali, du Burkina Faso et du Niger, 181 114 enfants hors école, au terme de 4 années de mise en œuvre. A ses dires, en ce qui concerne le Mali, ce projet permettra l’accès au premier cycle du fondamental de 71 859 enfants dont 50% de filles.

Pour le directeur national de Plan International Mali par intérim, Mamadou Ibrahima Bah, le projet Pass+ cible pour les 4 années au Mali, 71 589 enfants de la tranche d’âge 6 à 14 ans à travers ses deux grands axes d’interventions à savoir les centres SSA/P qui concernent les enfants de 8-12 ans et l’inscription directe qui porte sur les enfants de 6 à 7 ans et le retour à l’école des enfants de 13 à 14 ans ayant abandonné l’école il y a moins d’un an.

Le projet d’accès à l’école primaire par la stratégie de scolarisation Accélérée/Passerelle est financé par la Fondation Educate A Child à hauteur de 43 638 819 de dollars américain. Un programme de la Fondation EAC basé au Qatar. Ce programme est une initiative mondiale fondée en 2012 par son Altesse Sheikna Moza Bint Nasser du Qatar. Le projet Pass+ va contribuer à accroitre l’accès à l’éducation en utilisant la Stratégie de Scolarisation accélérée, intégrant l’inclusion et le genre. Ce programme d’apprentissage accéléré dure 9 mois.

La durée du programme est prévue jusqu’en septembre 2020. Ainsi, le ministre a exhorté aux participants à faire un bon accueil à ce projet et à le mettre en œuvre, chacun en ce qui le concerne, avec beaucoup de détermination. Pour sa part, le département de l’éducation nationale s’engage à assurer l’accompagnement technique et la facilitation pour la réussite de la mise en œuvre du Pass+ au Mali à la hauteur des attentes de tous les acteurs.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en