Version imprimable de cet article Version imprimable | |

API-MALI : Le climat se dégrade

mardi 16 octobre 2018

Plus rien ne va entre les travailleurs de l’Agence pour la promotion des investissements (API-Mali) et le Directeur général, Moussa Ismaïla Touré. Une cessation de travail est y même envisagée à partir de cette semaine.

Nous rapportions dans ces mêmes colonnes, il y a quelques jours, que le Directeur général de l’API est sur un fauteuil éjectable. L’histoire nous donne raison. Moussa Touré, puisse que c’est de lui qu’il s’agit, ne fait plus que de la figuration à la tête de la structure. Les différents syndicats de travailleurs réclament désormais sa tête. Et pour cause, l’homme ne respecte ni les employés ni la hiérarchie.
C’est ainsi qu’il s’est engagé dans une série de réformes au sein de la boîte. Ces réformes sont assorties de décisions hasardeuses et des reclassements basés sur le népotisme, le clientélisme et le favoritisme. Mieux, Moussa Touré mettrait tout en œuvre pour diviser les travailleurs en mettant en place un système de clanisme. Tous ceux qui ne sont pas du même bord que lui sont sanctionnés ou relevés de leurs postes.

Comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, il se comporte en terrain conquis.

Les syndicats, à l’époque, avaient saisi le Conseil d’administration, le ministère de tutelle et les faîtières, comme l’Untm et la Cstm, pour dénoncer l’attitude du directeur général. Malgré les instructions du secrétaire général du département de la Promotion des Investissements au Directeur général de surseoir à sa décision de modifier la grille salariale et d’introduire un système de reclassement, ce dernier en a fait à sa tête.

Ainsi, les travailleurs refusent d’assister à la violation de leurs droits. Ils décident de se faire entendre. Dans un premier temps, ils envisagent deux jours de grève à partir de cette semaine. D’autres actions plus radicales sont attendues dans les semaines à venir.

Il nous revient de sources proches de l’API que l’attitude du DG agace mêmes ses supérieurs qui sont décidés à le relever. Son successeur sera connu dans les jours à venir, plusieurs CV circulant déjà dans les couloirs du département. Ce n’est donc plus qu’une question de jours ou de semaines.

A suivre.

Jean JACQUES
Azalaï Express

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en