| |

3ème édition du SIAMA : L’artisanat malien affiche sa volonté de contribuer à la sortie de crise

mardi 28 décembre 2021

Du 23 décembre 2021 au 2 janvier 2022, le Parc des expositions de Bamako sera le pôle d’attraction de la capitale malienne. Sous l’égide du Ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, l’Assemblée Permanente des Chambres de Métiers du Mali (APCMM), en partenariat avec les Organisations Professionnelles d’Artisans (OPA), y organise la 3ème édition du SIAMA. Le 23 décembre 2021, Choguel Kokala Maïga, Premier Ministre, a présidé la cérémonie de la coupure du ruban symbolique.

Placée sous le thème « Artisanat et sortie de crises, notre contribution », cette 3ème édition est parrainée par Youssouf Bathily, Président de la CCIM. A la cérémonie d’ouverture, le Président de la CCIM a indiqué que le thème est plus que d’actualité. « Il est d’une réelle acuité au vu du contexte sécuritaire et sanitaire qui a lourdement impacté sur les activités économiques, en touchant tous les secteurs d’activités et surtout celui de l’artisanat qui occupe 40% de la population active et contribue pour des milliards FCFA à l’économie nationale », a-t-il déclaré. Et, face à cette problématique, il a attiré l’attention des plus hautes Autorités sur les difficultés que le secteur de l’artisanat a connues au cours de cette période de crise qui dure depuis 2012.

Youssouf Bathily a félicité le Président de l’APCMM, Mamadou Minkoro TRAORE, pour la bonne organisation du Salon. Selon lui, d’année en année, il mobilise de plus en plus d’exposants, d’acheteurs, de visiteurs et d’invités de marque. Ce fut aussi une belle occasion pour lui de féliciter les artisans qui ont pris une part active à la célébration, en octobre dernier, du « Mois du Consommer local », organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali. « Le ‘’ Mois du Consommer local’’ est, en effet, une décision prise par les ministres en charge du Commerce de l’espace UEMOA, le 25 octobre 2019 à Ouagadougou, en vue de stimuler une transformation structurelle des économies de l’espace communautaire », a-t-il indiqué. Avant de déclarer que plus qu’une simple question de mode, le « Mois du Consommer local » a pour but de permettre aux entreprises locales d’accroitre leurs performances, entre autres. Il n’a pas manqué de signaler la similitude entre les objectifs visés par le SIAMA et le « Mois du Consommer local ».

Partant de l’avantage comparatif de notre pays en tant que premier producteur du coton dans notre espace communautaire, Youssouf Bathily a exhorté les Autorités de la transition à accompagner les initiatives d’investissements dans le domaine de la transformation de notre coton et de l’ensemble de nos produits locaux.

Quelle contribution pour une sortie de crise ?

« Le thème central de cette édition intitulé ‘’ Artisanat et sortie de crises, notre contribution’’, est évocateur à plus d’un titre », a déclaré Mamadou Minkoro Traoré, Président de l’APCMM. Il a rappelé que notre pays fait face depuis plusieurs années à une crise multimensionnelle exacerbée par la crise sanitaire liée à la pandémie du COVID-19. Dans un tel contexte, il a indiqué qu’il était du devoir de toutes les couches socioprofessionnelles de jouer leur partition pour sortir notre pays des crises auxquelles il est confronté.

Il a indiqué que lors des ateliers thématiques qui seront organisés en marge des expositions, les panelistes de haut niveau vont donner une réponse à la question de savoir « quelle est la contribution du secteur de l’Artisanat dans la sortie de crises au Mali ? ». Mais, en attendant, il a indiqué que l’une des solutions durables aux crises que connaît notre pays, demeure la création de richesses et d’emplois pour occuper et stabiliser les éventuels candidats à des aventures donnant naissance à nos problèmes.

Dans un tel contexte, il dira que le secteur de l’artisanat, en plus des emplois et des ressources qu’il génère, est un puissant levier d’apprentissage pour des milliers de jeunes et de femmes non scolarisés ou déscolarisés. « Il est également un facteur de fixation des candidats à l’immigration clandestine », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que l’artisanat est surtout un marqueur culturel intarissable qui permet de maintenir la riche diversité culturelle de notre pays à travers les produits artisanaux adossés à l’histoire et à la culture malienne.

Pour cela, il dira que l’objectif du SIAMA est de créer un cadre de promotion des produits artisanaux maliens, stimuler la créativité et l’innovation chez les artisans, promouvoir l’émergence de jeunes talents, encourager la consommation de nos produits artisanaux.

Il a ensuite salué l’intérêt des artisans et artisanes des pays de la sous-région pour le SIAMA. Ce sont : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Conakry, le Niger, le Togo, le Tchad et le Sénégal ; ainsi que du Maroc.

Il a ensuite indiqué que les stands d’exposition présentent les produits de 8 branches d’activités artisanales. « Le SIAMA 2021 dispose de 7 pavillons, 360 stands climatisés, 84 stands bâtis et plus de 100 stands aménagés », a-t-il déclaré. Avant de dire merci à Youssouf Bathily, Président de la CCIM, qui a bien voulu parrainer cette 3ème édition du SIAMA.

Saluer le savoir-faire exceptionnel des artisans maliens

« Nous sommes ici pour révéler … la créativité, les talents artisanaux, et soutenir la transmission des savoirs et savoir-faire maliens », a déclaré Andogoly Guindo, Ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme.

Après avoir indiqué que depuis plusieurs années, notre pays traverse des épreuves particulièrement dures pour le secteur de l’artisanat, du fait de la double crise sécuritaire et sanitaire, le Ministre a déclaré que dans un tel contexte, chaque évènement organisé est une victoire sur la crise, une victoire sur la vie. Selon lui, la tenue de cette 3ème édition du SIAMA marque en même temps le retour de l’espoir pour ces millions d’artisans qui n’ont que trop souffert des dures conditions imposées par la crise sanitaire mondiale.

« Malgré la crise, nous voici donc à la 3ème édition, grâce à la collaboration, j’allais dire une complicité positive du Ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme avec l’Assemblée Permanente des Chambre de Métiers du Mali (APCMM) et les organisations professionnelles de l’artisanat qui ont réussi le pari de l’organisation de ce présent Salon », a-t-il déclaré.

Avant d’ajouter que le SIAMA traduit la volonté du Président de la Transition, de répondre à une aspiration profonde de notre peuple : faire de l’artisanat malien un moteur de croissance, de développement, de création d’emplois et de richesses. Il a rappelé que l’artisanat occupe plus de 42% de la population active et contribue significativement au PIB.

Après avoir exprimé sa foi et sa fierté en l’artisanat malien, le Ministre Andogoly Guindo a déclaré que les artisans maliens ont un savoir-faire exceptionnel. « À travers leurs œuvres, ils transportent le Mali dans toute sa diversité, dans les limites du monde et font la gloire du pays », a-t-il déclaré.

Le ministre a estimé que le SIAMA est une vitrine qui permet aux artisans de notre pays de montrer leur savoir-faire, avec le souci permanent de préserver l’authenticité des produits. « Le SIAMA c’est également la renaissance de ce riche patrimoine artisanal malien solidement bâti sur des fondations de notre identité culturelle », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que le SIAMA est un facteur d’intégration des peuples, de fraternisation et de cohésion sociale.

Le Ministre a salué Youssouf BATHILY, Président de la Chambre de Commerce et d’Industries du Mali, qui a bien voulu, sans hésitation, accepté le parrainage de cette édition et qui a mis gracieusement le site à disposition.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav