| |

DELIVRANCE DES ACTES D’ETAT CIVIL : La Coalition PCQVP organise la lutte contre la corruption

lundi 22 février 2021

« Contribuer au respect des textes régissant l’accès à l’information aux documents administratifs par les usagers des services publics au Mali », est l’objectif que vient de s’assigner un Consortium composé de PCQVP, AJCAD et Femmes et TIC. Grâce à un financement d’OXFAM Mali, ce consortium a décidé de prendre le taureau par les cornes pour que cesse la corruption dans la délivrance des actes d’état civil.

A cet effet, le Consortium composé de Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP), l’Association des Jeunes pour la Citoyenneté Active et la Démocratie (AJCAD) et de Femmes et TIC, a initié, avec le soutien financier de OXFAM Mali, deux ateliers à l’Hôtel Millénium de Bamako.

Le premier atelier, organisé du 15 au 16 février 2021, visait « le Renforcement des capacités des Organisations de la société civile malienne sur les enjeux et les défis de l’accès à l’information aux documents administratifs au Mali ». Et, le deuxième atelier qui a eu lieu du 17 au 18 février 2021, a porté sur le thème : « Echange et Renfoncement mutuel des capacités avec les services publics sur les enjeux de l’accès à l’information aux documents administratifs au Mali ».

Dans le contexte des mesures de respect de la distanciation sociale liée à la pandémie à Covid-19, chaque atelier a été conçu pour recevoir 25 participants, avec la conviction qu’ils pourront échanger sur les enjeux et les défis de l’accès à l’information aux documents administratifs au Mali et formuler des recommandations ; échanger sur les textes règlementaires régissant l’accès à l’information aux documents administratifs au Mali et déceler les éventuelles insuffisances ; réfléchir sur la nécessité et la conduite à suivre par le Consortium et son partenaire pouvant aboutir à l’adoption d’une loi d’accès à l’information au Mali.

Plus rien ne sera comme avant dans la délivrance des actes d’état civil

Tel semble être l’engagement du Consortium composé de PCQVP, AJCAD et Femmes et TIC. « A la sortie de la transition que le Mali est entrain de vivre actuellement, nous voulons que la corruption cesse dans le domaine de la délivrance des actes d’Etat civile et autres documents administratifs qui renforcent la citoyenneté des maliens », a déclaré Nouhoun Diakité, Coordinateur de PCQVP.

Carte d’identité nationale, Carte NINA, Passeport, Acte de naissance, Acte de Mariage, Certificat de Résidence..., ce sont-là des actes d’état civil qui sont de plus en plus inaccessibles aux citoyens maliens. Il ne se passe pas de jour que l’on attende des complaintes de nos concitoyens sur les difficultés qu’ils rencontrent à obtenir des actes auxquels ils ont droit du fait de leur citoyenneté malienne. De façon concrète, l’on est arrivé à la conclusion que les informations concernant la délivrance de ces actes d’état civil sont méconnues du grand public. Et, du coup l’on a le sentiment que ces difficultés sont entretenues pour pouvoir soutirer de l’argent aux citoyens qui souhaitent se faire délivrer ces documents administratifs. Si non comment comprendre que depuis quelques années, le nombre des citoyens qui sont confrontés aux difficultés d’accès aux documents administratifs, est de plus en plus croissant ?

Partant du constat que le droit d’accès à l’information aux documents administratifs est constitutionnel. Et, surtout qu’il contribue à la transparence dans la délivrance de ces documents, le Consortium composé de Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP), l’AJCAD et de Femmes et TIC, a décidé de sensibiliser sur les enjeux et les défis de l’accès à l’information aux documents administratifs au Mali.

« Les prix et les conditions d’accès de ces documents ne sont pas connues de tous, car ne sont généralement pas affichés dans les locaux des services en charge de la délivrance de ces documents », a estimé Abdoul Wahab Diakité, Président de la Coalition Publiez Ce Que Vous Payez. Selon lui, cette situation est à la base des tracasseries multiformes, l’inaccessibilité des citoyens aux documents, la corruption et la concussion.

« Le Consortium composé de Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP), l’AJCAD et de Femmes et TIC, convaincu des difficultés que rencontrent les usagers des services publics par rapport à l’accès aux documents et à l’information aux documents administratifs au Mali, et conscient de son rôle de premier plan dans la dénonciation des attitudes pouvant nuire au droit légitime des citoyens maliens d’entrer en possession des actes nécessaires à leur vie de citoyen, a décidé d’organiser un atelier de Renforcement des capacités de la société civile malienne sur les enjeux et les défis de l’accès à l’information aux documents administratifs, afin de relever les défis liés à la transparence de l’obtention de ces documents au Mali », a-t-il déclaré.

Avant d’ajouter que cette activité entre dans le cadre de l’exécution du projet mouvement citoyen « Actions à impact rapide sur la lutte contre la corruption », avec l’appui technique et financier d’OXFAM AU MALI.

Selon Abdoul Wahab Diakité, l’objectif général de ces ateliers est de « contribuer à l’instauration d’un climat apaisé de collaboration entre l’administration publique et les usagers des services publics au Mali autour de la problématique de l’accès à l’information aux documents administratifs ».

Le premier atelier a regroupé des participants membres d’OSC maliennes : ASCOMA, FDS, AMDH, CAFO, RMJLCP, DEMESO, SECO-ONG, CAD-Mali, RJAD, GUAMINA, RDL, ASfa21, FEMIMA, AJVE, Association des Jeunes pour la Citoyenneté Active et la Démocratie et Femmes & TIC. Et, les participants du deuxième atelier appartiennent à la Direction générale de la police, la Direction régionale de la police, du Ministère de la sécurité intérieure et de la protection civile, du Ministère de l’administration et des collectivités territoriales, de la Direction générale des collectivité, du Haut conseil des collectivité, de l’Association des municipalités du Mali, des Communes urbaines de Bamako, de la Mairie du District de Bamako, de la direction nationale de l’Etat Civil, du Bureau du vérificateur général…

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav