Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Zimbabwe : alors que la situation reste floue, Robert Mugabe apparaît en public

vendredi 17 novembre 2017

Au Zimbabwe, nouveau coup de théâtre ce vendredi matin. Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l’armée, mercredi. Il s’est rendu à une cérémonie de remise de diplômes universitaires à Harare. Et alors qu’on le croyait en résidence surveillée, il est apparu libre.

C’est une véritable surprise. Le chef de l’Etat Robert Mugabe s’est rendu, ce matin, à une réception organisée par l’université Zimbabwe Open à Harare. Il le fait chaque année, pour remettre un diplôme de fin d’étude aux étudiants qui terminent leur cycle. Et ce matin, personne ne s’attendait à ce qu’il soit présent. Il était vêtu d’une robe universitaire jaune, d’une toge bleue et d’une coiffe assortie. Cela ressemble à un véritable coup de communication.

En effet, avec cette visite, Robert Mugabe montre qu’il est libre qu’il est toujours le chef de l’Etat et qu’il est toujours aux manettes. Côté militaires, qui affirment depuis le début que ce n’est pas un coup d’Etat, le message est clair. « Vous voyez le chef de l’Etat est libre, nous n’avons pas suspendu la Constitution. Nous sommes en discussion, en négociation ».

Négociations difficiles

Des négociations qui n’ont pas encore abouti. On sait que le président a rencontré les responsables de l’armée, jeudi après-midi, ainsi que les deux envoyés spéciaux de l’Afrique du Sud et un médiateur ; Il ne s’agit pas de n’importe qui puisque ce prêtre est le confident de Robert Mugabe depuis 20 ans.

Il est très difficile de savoir ce qui est ce qui est ressorti de la négociation. Visiblement, il y a des blocages et c’est pour cela qu’il n’y a pas d’annonce. Les militaires exigent la démission de Robert Mubage et qu’il laisse sa place à son ex-vice-président Emmerson Munangagwa. Mais Mugabe s’accrocherait et ne voudrait pas partir du moins pas tout de suite.

Les sources les plus fiables parlent d’un accord, mais ce qui bloquerait ce serait le calendrier. Difficile de s’entendre sur la date du départ de Robert Mugabe : immédiatement, après le congrès de la Zanu-PF, le parti au pouvoir le mois prochain, ou encore après les élections présidentielles l’année prochaine. Tout cela reste encore très incertain.

Et si Mugabe refuse de démissionner. Ce sera un véritable problème, car les militaires poussent pour avoir une transition constitutionnelle avec un ex-vice-président restauré dans ses fonctions et qui succèderait à Mugabe. Une transition acceptable pour tout le monde, y compris l’Union africaine, la SADC. Mais si Mugabe refuse, cela va devenir difficile pour l’armée de rester dans cette situation et de prétendre qu’il ne s’agit pas d’un coup d’Etat.

Enfin, dans le même temps, le chef des anciens combattants de la guerre d’indépendance a exhorté le président Robert Mugabe à quitter le pouvoir et appelé la population à manifester samedi à Harare pour soutenir l’armée.

Par RFI Publié le 17-11-2017 Modifié le 17-11-2017 à 15:08

http://www.rfi.fr/afrique/20171117-...? ref=fb_i}

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques