Version imprimable de cet article Version imprimable | |

ZOUMANA MORY COULIBALY A LA JOURNEE MARITIME ET PORTUAIRE DE DAKAR : « Entre le Mali et le Port Autonome de Dakar, c’est un chiffre d’affaire de 2000 milliards F CFA »

lundi 4 février 2019

Zoumana Mory, Coulibaly, ministre des Transports a présidé, le vendredi 25 janvier 2019, le dîner débat des journées maritimes et portuaires de Dakar. Du 23 au 27 janvier 2019, ces journées ont été placées sous le haut patronage de Macky Sall, Président de la République du Sénégal, et sous le parrainage de Oumar Gueye, ministre de la Pêche et de l’Economie maritime. Après la rencontre, Zoumana Mory Coulibaly nous a accordé une interview sur l’importance de ces journées pour son département.

Notre Nation.com : Ces journées représentent quoi pour le Mali ?

Zoumana Mory Coulibaly : Le Port Autonome de Dakar est la première porte d’entrée du Mali. En moins de 10 ans, le port du Sénégal est passé de 30 à 70 % de l’ensemble du trafic à destination du Mali. Cela est dû aux différentes facilités qui nous ont été accordées. Mieux, grâce à la vision de l’actuel Chef d’Etat Sénégalais, Maky Sall qui, à l’époque était le Premier ministre, a fluidifié le trajet Dakar-Bamako en enlevant toutes les entraves au mouvement normal des routiers maliens. Il y avait plus de 40 postes de contrôles, et aujourd’hui, après son passage, il y a moins d’une dizaine de postes de contrôle qui ont été maintenus. En termes de sécurité, nos opérateurs savent aussi que les avantages qui leur sont accordés par le port autonome de Dakar ne sont pas les mêmes qu’ailleurs.

Parlez nous des relations Mali-Sénégal en termes de trafic ?

Nous sommes le premier client du port Autonome de Dakar. Entre le Mali et le Sénégal, il y a 2000 milliards F CFA qui tournent en chiffre d’affaire. Nous achetons 350 milliards d’hydrocarbures en provenance du Sénégal. Et, nous avons plus de 1500 milliards de marchandises qui passent par le Sénégal. Donc nous sommes très importants pour ce pays. Nos relations dépassent les relations de travail. Car nous sommes comme des frères. Pour ce qui concerne la sécurité, je demande aux opérateurs de continuer à faire passer leurs marchandises par ce réseau, parce qu’il continu à être correcte.

Au-delà de ça, ils nous ont donné 27 hectares pour parquer nos véhicules. Tous ces terrains sont considérés comme une partie du territoire malien. Ces dispositions qui ont été prises par le gouvernement sénégalais montrent qu’il y a entre nous de bonnes relations. Malgré tout, ce qui assure notre sécurité c’est la destination privilégié.

Bintou Coulibaly
(envoyé spécial)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.