Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Sursis du Projet de révision de la constitution : Liesse populaire de plateforme « Anté A Bâna, Touche pas à ma constitution ! »

lundi 21 août 2017

La rencontre du Président IBK dans la nuit du vendredi 18 août 2017 au Palais de Koulouba avec une délégation de plateforme « Anté A Bâna, Touche pas à ma constitution ! » a abouti à une adresse à la nation sur les antennes de l’ORTM annonçant le sursis à la révision constitutionnelle, la Plateforme a tenu un meeting le samedi 19 août 2017 à l’esplanade de la Bourse de Travail en lieu et place de la Marche initialement prévue. Cette manifestation a permis aux partisans du « Non » d’exprimer sa joie quant à la décision du chef de l’état de suspendre ce projet.

L’Honorable Amadou Thiam, 1er Vice-président de la Plateforme, a apprécié la décision du Président de la République qui, selon lui, est salutaire pour préserver l’essentiel au moment où il a senti que le climat social se détériorait entre les maliens.

« Il faut maintenant réfléchir sur les défis futurs à savoir : la mauvaise gouvernance, l’insécurité etc. Je crois que la victoire revient au peuple malien qui a su montrer qu’il sera toujours là en exerçant le rôle de sentinelle. C’est une mission démocratique la Plateforme a mené et le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a su compris et a entendu son peuple. Et cela a été bien pour la Cohésion sociale », a-t-il déclaré.

« Tant que le projet reste, nous aussi nous demeurons en état… »

Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath dira que le sursis n’est pas un retrait. Ce qui justifie le maintien de la plateforme.

« Notre objectif est le retrait du projet, tant qu’il demeure en état, nous aussi demeurerons en tant que Plateforme encore vigilante et constamment animée et reformée. Nous allons œuvrer pour une alternance au niveau de l’état. Une alternance qui puisse aboutir à une fabrication d’un nouveau type de malien qui connaît ses droits et animé de la volonté d’accomplir ses devoirs. Aussi, une alternance qui donnera naissance à une nouvelle classe politique soucieuse de la quiétude sociale et animée de la démocratie », a-t-il indiqué.

Avant de saluer la médiation des leaders religieux et coutumiers. « Ce dialogue noué par l’intervention de ceux-ci ont porté fruit. Car c’est ce qui nous a valu la rencontre avec la présidence. Et ce qui nous a réconforté était de voir que le Président IBK a cessé d’être le Président d’un parti, mais a agit en Président de la République. Tout ce qui est de nature a semé ou a encouragé la division, ne doit pas être encouragé par un Président. La divergence n’est qu’une question de détails, mais au fond chaque partie aspire à l’unité du pays, à la cohésion sociale et à la sécurité. Donc, il n’ ya pas de raison qu’on ne s’asseye pas pour parler de changement », a souligné Ras Bath.

Tiebilé Dramé, Président de la Parena, a estimé qu’il ne serait pas raisonnable que le Président de la République déterre ce projet car on ne peut pas faire de ruse avec un peuple qui est debout.

« Notre pays a besoin d’être rassemblé car nous avons d’énormes défis à relever au Nord, au Centre et au Sud. C’est à travers l’union et la fraternité que nous y parviendront. Les maliens qui avaient donné l’impression de dormir, se sont réveillés et demandent à ceux qui les dirigent de respecter leur volonté. Donc, aujourd’hui nous célébrons une victoire sur l’arrogance d’état, sur le mépris et sur l’autisme d’état. Donc, je considère ce projet comme un projet enterré. Il ne serait pas raisonnable que le Président de la république déterre ce projet car on ne peut pas faire de ruse avec un peuple qui est debout et sa vigilance sera de rigueur », a-t-il argumenté.

Soumaila Cissé, Chef de fil de l’Opposition a indiqué que plus rien ne doit être comme au paravent.

« Nos militaires tombent quasiment tous les jours, le drapeau n’est même pas mis en berne pas même un hommage digne de ce nom en leur honneur. Plus rien ne doit être comme au paravent. Chacun doit jouer son rôle. Je remercie le peuple malien et la Plateforme qui a fait preuve de citoyenneté et de bravoure durant 2 mois lors de ses activités sans faire des incidents. Nous les partis politiques seront derrière vous, nous allons vous suivre et vous soutenir toujours car nous avons le même combat », a-t-il lancé

Moussa Mallé SISSOKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en