Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Souveraineté du Mali : Le Mouvement démocratique populaire convie les maliens à un grand rassemblement

vendredi 3 janvier 2020

Le 10 Janvier 2020, le Mouvement démocratique populaire, composé de plusieurs partis politiques et associations de la société civile malienne, se propose d’entamer le processus de la libération du Mali du joug français. A cet effet, il convie le peuple malien à une grande manifestation le vendredi 10 janvier 2020, à la Bourse du travail, après la prière.

« Nous invitons les maliennes et maliens à une véritable prise de conscience pour se mobiliser comme un seul homme pour rendre à notre pays sa véritable souveraineté. A cet effet, nous invitons les maliens de Kidal à Kayes à se mobiliser le vendredi 10 janvier 2020, pour dire non à la politique française au Mali ». La déclaration a été faite par Dr Oumar Mariko, Président du Parti SADI et non moins député à l’Assemblée nationale, élu à Kolondiéba. C’était le vendredi 3 janvier 2020, à la Maison de la Presse, au cours d’une conférence de presse organisée par le Mouvement Démocratique populaire.

Pour la circonstance, Dr Oumar Mariko avait à ses côtés Mamadou Binton Coulibaly, représentant de la Diaspora Malienne en lutte, Djibril Diallo du Mouvement Foulard Rouge, et Adama Ben Diarra du Collectif Yèrè-Wolo debout sur les remparts.

Après avoir indiqué que les maliennes et maliens à l’extérieur du pays, sont aussi engagés pour la défense de la patrie que les maliennes et maliens vivant à l’intérieur du pays, Mamadou Binton Coulibaly a invité la population à une mobilisation générale le 10 janvier 2020, afin d’annoncer les couleurs d’un nouveau Mali.

Il a indiqué que pendant de longues années, loin du pays, ils ont contribué financièrement en soutenant certains qui s’étaient positionnés comme défenseurs du Mali, mais qu’ils se sont rendus que la défense de la patrie n’était pas leur objectif premier. « Désormais, nous serons sur le terrain aux côtés des vrais combattants pour que la démocratie malienne soit une réalité pour toutes les filles et fils de ce pays et que la souveraineté de notre pays soit garantie » a-t-il déclaré.

Pour sa part, Djibril Diallo dira que le pays vit une crise existentielle. Selon lui, l’existence du Mali est aujourd’hui plus que jamais menacée. « Le MDP, regroupant les dignes filles et fils du Mali, s’engage à aider notre pays à sortir du gouffre où certains de ses fils et filles veulent l’enfoncer », a-t-il déclaré. Avant d’inviter les maliennes et maliens à se mobiliser le 10 janvier 2020, devant la Bourse du travail pour faire entendre la voix du peuple malien qui n’aspire qu’à la paix et au développement. Il a même présenté la date du 10 janvier 2020, comme le jour du « non » retentissant du Président Sékou Touré de la Guinée au Président français, le Général De Gaulle. Selon lui, le 10 janvier 2020 sera un nouveau départ pour le Mali souverain. « Et, nous invitons les maliennes et maliens à ce rassemblement historique qui déterminera de la souveraineté de notre pays », a-t-il indiqué.

« La démocratie qui ne prend pas en compte les aspirations les plus profondes du peuple malien, n’est une démocratie pour les maliennes et maliens », a déclaré Dr Oumar Mariko. Avant de rappeler que ce sont au moins 208 personnes qui sont mortes sous les balles des militaires de Moussa Traoré pour que le Mali accède à cette démocratie qui a été dévoyée.

Il a précisé que la mobilisation du 10 janvier 2020, n’est pas organisée contre les français ou la France, mais contre la politique que certains français mènent au Mali contre les intérêts de notre peuple et de notre pays. A titre d’exemple, il est revenu sur l’invitation discourtoise que le Président français vient d’adresser à ses paires des pays du G5 Sahel. « En guise de clarification, le Président français veut que nos Chefs d’Etat aillent clarifier leurs positions, en le rassurant que l’armée française est dans le Sahel sur leur invitation. Il veut aussi, que les Présidents africains fassent taire les contestations qui fusent de partout quant à la gestion que fait la France de la crise sécuritaire dans nos pays », a-t-il déclaré. Mais, qu’à cela ne tienne, Dr Oumar Mariko n’a pas caché sa volonté de voir l’armée française plier bagage du Sahel, et notamment du Mali. Par ce qu’il est convaincu que « si la France quittait le Mali, les maliens pourront se parler entre eux et trouver une solution à la crise ». En tout cas Dr Mariko est convaincu que le Mali ne se portera pas plus mal après le départ de la France, même si le Président français s’est mis dans la logique de préparer un déluge après le retrait de ses soldats.

Dr Mariko pense qu’il est temps que le Mali se libère du joug français en mettant fin à l’Accord de défense, à l’accord monétaire et à l’accord d’Alger. « Le 10 janvier 2020, nous convions les maliennes et maliens à une mobilisation générale. Il faut que le monde entier sache que le Mali est débout pour sa souveraineté », a-t-il conclu.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.