Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Situation sécuritaire du Mali : Le PARENA s’inquiète de l’inadéquation de la réponse du Gouvernement

jeudi 18 mai 2017

« Au total, entre le 1er janvier et le 14 mai 2017, au moins 309 personnes, dont des étrangers, ont perdu la vie au cours de 70 incidents armés. Près de la moitié des incidents et des morts sont survenus au centre du pays », indique le PARENA de Tiébilé Dramé dans un communiqué publié le 17 mai 2017, sur la situation sécuritaire du Mali. Lisez !

COMMUNIQUÉ PARENA SITUATION SÉCURITAIRE

Le Parti pour la renaissance nationale est alarmé par la détérioration de la situation sécuritaire, deux ans après la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale.

Cette situation est caractérisée, ces derniers temps, par la multiplication des attaques contre les membres des forces armées et de sécurité du Mali (Almoustarat, Dogofiri, Rharous, Boulikessi, Fafa, Gao etc…). Les populations civiles maliennes au nord comme au centre ont aussi payé un trop lourd tribut à l’instabilité (Diawaribougou-Ké-Macina, Monimpé-Marka, Banikoro-Niono etc…). Les forces internationales ont, de leur côté, enregistré des morts et des blessés.

Au total, entre le 1er janvier et le 14 mai 2017, au moins 309 personnes, dont des étrangers, ont perdu la vie au cours de 70 incidents armés. Près de la moitié des incidents et des morts sont survenus au centre du pays.

Le PARENA est tout aussi inquiet de l’inadéquation de la réponse du Gouvernement face à la recrudescence des attaques et à la dégradation de la sécurité.

En effet, dans son plan pour combattre l’insécurité au centre du pays, le Gouvernement fait des aveux choquants et révoltants :

• « La moitié des brigades de gendarmerie de la région de Ségou ne sont pas véhiculés. « Trois brigades (de la région de Mopti) sont sans véhicule » !

• « Tous les pelotons de garde de Mopti disposent chacun d’un véhicule 4X4 sauf Ténenkou dont l’engin a été calciné lors d’une attaque en 2016″ !

Ces aveux terrifiants sont contenus dans le plan gouvernemental de sécurisation intégrée des régions du centre » (PSIRC).

Et pourtant, bon an, mal an, malgré ses difficultés, le peuple malien consent de gros sacrifices pour ses forces armées et de sécurité.

Ainsi en 2015, le budget consacré à la défense et à la sécurité était de 281 milliards de FCFA.

En 2016, l’Assemblée Nationale a voté 277, 2 milliards pour les FAMAS.

Cette année, le budget alloué à la défense et à la sécurité du pays est de 320 milliards 800 millions.

Et pourtant une dizaine de brigades de gendarmerie du centre, en proie à l’instabilité, n’ont pas un seul véhicule…Et l’unique 4X4 du peloton de garde de Ténenkou, calciné en 2016 n’a pas été remplacé immédiatement.

Des manquements de ce genre sont légion. Des hommes de troupe en mission sur le terrain dorment à même le sol, sans couchettes appropriées à la merci des serpents et des scorpions.

Le PARENA constate l’incapacité du Gouvernement à mettre un terme à l’insécurité et exige le renforcement des capacités opérationnelles des FAMAS, pour que le peuple ne pleure plus semaine après semaine, la mort de ses enfants en uniforme.

Bamako, le 17 mai 2017
Le Comité Directeur du PARENA

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !