Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Siège des APM à Kalaban-coura : Les partisans du soutien à IBK hués jeudi dernier

mercredi 21 mars 2018

Depuis la signature de la convention de soutien à IBK pour sa réélection en 2018 par une partie des Associations pour le Mali (APM), la division semble plus que jamais inévitable même si les responsables remettent toujours la question à l’arbitrage d’une assemblée générale dont la date exacte n’est pas connue. Jeudi dernier, le clash né de cette division a franchi un nouveau palier avec l’expulsion des partisans du renouvellement d’un soutien à IBK conspués par les fidèles au patron des APM, Me Mohamed Ali BATHILY, qui scandaient « Vive BATHILY, à bas les traites » au siège de l’Association à Kalaban-coura.

L’ambiance était électrique dans l’après-midi de ce jeudi 15 mars 2018 au siège de l’Association à Kalaban-coura. Pour cause : Les partisans d’un soutien sans condition au président de la république, IBK, fondateur des APM, à la recherche d’un second mandant et ceux de Me Mohamed Ali BATHILY, qui n’est plus en odeur de sainteté avec IBK dont il a été membre de son gouvernement pendant 4 ans, ont failli en venir aux mains lors d’une réunion extraordinaire du bureau.

En effet, après avoir représenté les APM, contre l’avis d’une grande majorité des membres du bureau, lors de la cérémonie de la signature de la convention de soutien à IBK, le dissident, Sékou KONE, dans une tentative de partager sa vision avec les autres camarades avait convié, jeudi dernier, une réunion extraordinaire du bureau nationale des APM en l’absence de Me BATHILY.

Mais, cette initiative s’est avérée infructueuse, voire périlleuse, pour Sékou KONE et ses soutiens contraints de quitter les lieux, hués qu’ils étaient, par les partisans Me BATHIILY, visiblement majoritaires et plus déterminés.

Malgré une escorte de « Gros-bras » dont bénéficiait Sékou KONE, les partisans de BATHILY ne se sont pas laissés intimidés et ont à leur tour fait venir une unité de badauds prête à en découdre avec les éléments de Sékou KONE.
Malgré plusieurs tentatives, aucun sujet n’a pu être abordé à cause de l’opposition des partisans de Me BATHLY qui ont remis en cause la qualité de l’initiateur de la rencontre.

Devant l’échec, et la montée de l’adrénaline, la bataille rangée a été évitée de justesse quand Sékou et ses soutiens ont quitté à temps les lieux, hués et accusés de traites par les partisans du patron des APM qui ont scandé « Vive Bathily, à bas les traites ».

Une fois en sécurité loin du siège, M. KONE s’est confié à la presse que l’objectif de la rencontre était de trouver un terrain d’entente entre les deux camps et de donner les informations sur les nouvelles orientations. Il a indiqué que l’initiative de la rencontre vient d’une partie du bureau qui lui a confié la responsabilité d’informer les autres. « Nous avons informé le président, le ministre Mohamed Ali BATHILY, par téléphone. Il n’était pas à Bamako. Il y a beaucoup de mauvaises rumeurs qui circulent au sujet des APM en ville et qui donnent les APM divisées sur le soutien à apporter au président IBK. Cette réunion visait à tirer les choses au clair. Il s’agissait d’informer les militants sur notre nouvel engagement à soutenir IBK pour un second mandat et mettre en place les stratégies pour l’atteinte de cet objectif. Mais, on a constaté que cela n’était pas de l’avis de tout le monde. Mais ça ne veut pas dire que les APM vont s’éclater, c’est juste une passe difficile que nous traversons. Il est temps d’être solidaire, de se mobiliser pour la patrie. Face aux différents malentendus, on a donc décidé de reporter la réunion afin de permettre aux uns et autres de comprendre le contexte, de les rappeler les objectifs des APM, en ce qui concernent le soutien à IBK. Donc, nous allons convoquer dans les prochains jours une assemblée générale pour aplanir les divergences », a-t-il expliqué.

Mais, visiblement son point de vue est loin d’être partagé par les partisans de Me BATHILY qui l’accusent de vouloir vendre les APM pour ses intérêts personnels.

Selon Malick BALLO, président de la coordination locale des jeunes APM de Kati, Sékou est en train de prendre l’organisation en otage. « Il veut vendre les APM, nous mettre dos-à-dos, mais nous restons mobiliser. On ne va pas se laisser faire. En aucune manière, on ne peut pas accuser BATHILY de trahir les APM. Toutes les décisions doivent être prises en assemblée générale, conformément aux textes de l’Association. Quelques individus ne peuvent pas aller engager l’Association dans quoi que ce soit sans en informer l’Assemblée générale », a-t-il déclaré.

Selon ce détracteur, Sékou KONE n’a même pas la qualité pour convoquer une assemblée générale au nom des APM. Contrairement à ce qu’il prétend être. Malick BALLO a affirmé que Sékou KONE n’est même pas le président de la jeunesse qui est plutôt Sidy BAGAYOKO. Il a ajouté que Sékou KONE est en réalité un membre de la commission environnement dont lui il est le président.

« Les APM n’ont jamais dit qu’elles ne soutiennent pas IBK, mais on a demandé que la décision soit laisser au soin de l’Assemblée générale », a-t-il dit. Il a invité les dissidents à revenir à de meilleurs sentiments.

Selon Ibrahim MAREGA, l’un des coordinateurs des APM, Sékou KONE dans cette affaire n’est qu’un menu fretin et que les vrais coupables vont se découvrir au fil des événements. « Nous ne sommes pas pour X ou Y, nous sommes pour le Mali », a-t-il dit.

De son côté, Boubacar COULIBALY, dit ‘’Boua’’, membre de la coordination locale de Kati, il était nécessaire de se réunir pour prendre une décision commune. Si les APM ont été créée pour soutenir IBK, notre interlocuteur estime que le président a lui-même n’a pas été reconnaissant avec l’Association. Car, accuse-t-il, les actions menées par les APM après les élections n’ont pas été appréciées à leur juste valeur par le président ; notamment la lutte contre la spéculation foncière.

En définitive il ressort de nos investigations que c’est les membres du cabinet ministériel de l’ancien ministre Mohamed Ali BATHILY, président des APM qui sont accusés de trahir le mouvement.

Par Zié Ouattara

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en