• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Samba Bathily et Mohamed Cissé : Un duel à distance

    samedi 2 décembre 2017 , par Assane Koné

    Samba Bathily, fondateur et Président Directeur Général (PDG) de Solektra Internationale, fondateur d’Africa Développement Solutions (ADS), co-fondateur et directeur financier d’Akon Lighting Africa, a organisé une conférence de presse le dimanche 26 novembre 2017, à l’hôtel Radisson blu, suite aux propos, selon lui « erronés » véhiculés à l’encontre de son défunt père et sa famille par Ras Bath.

    « Je suis là pour faire une déclaration qui consiste a donné mon avis. Depuis quelques jours des attaques, des articles de presse et des informations erronées sont diffusés dans la presse. On est même allé à transformer le nom de ma mère. C’est un opérateur économique qui se cache derrière la plume de certains journalistes. C’est pour cela, je souhaiterai un débat contradictoire entre moi et l’opérateur économique en question », a déclaré Samba Bathily lors de la conférence de presse.

    Il a clairement lancé une invitation à Mohamed Cissé, PDG de « Cissé Technologies » qui utilise aujourd’hui la presse et Ras Bath à un débat le 6 décembre 2017 à Bamako, dans un endroit de leur convenance pour que les maliens puissent savoir la vérité sur l’opération d’un truquage.

    De quoi s’agit-il ?

    Selon les explications de Samba Bathily, Cissé a perdu son marché de carte d’identité qui a été annulé. Mais « je pense qu’il cherche des boucs émissaires et s’attaque à l’attribution de la carte NINA qu’on nous a attribué. Et cette attribution ne date pas d’aujourd’hui ».

    Le contexte c’est quoi : « en 2013, nos partenaires et moi, nous avions participé à l’appel d’offre pour la confection des cartes électorales et on était deuxième. Maintenant en 2015, la société qui avait gagnée le marché de 2013, a été invitée à fournir des cartes NINA. Cette société n’a pas voulu fournir les cartes parce qu’elle avait des impayés avec l’Etat. C’est ainsi, le DAF à l’époque a appelé mes partenaires en France qui était deuxième dans l’appel d’offre en posant la question, est ce que vous pouvez nous faire une offre avec les prix que vous aviez fournir en 2013 ? », a-t-il rappelé le PDG de Solektra.

    Aux dires de Samba, c’est ainsi qu’ils ont eu les prix. On a donné une première partie, souligne Samba Bathily, à l’époque c’était un marché de cent et quelques millions. Pour lui, il n’y a pas eu de bruit. Et ce moment, il n’y avait pas une affaire de candidature. On a livré une fois, une deuxième fois. Selon Samba, ils ont livré les cartes une à deux fois. Il dira aussi que ce marché dont il s’agit, c’est une troisième fois. Il s’agit des cartes biométriques pour les élections communales contrairement à ce qu’on avait dit à la presse que c’est des élections présidentielles. Il dira que ça n’a rien avoir avec les élections présidentielles. Il a ajouté également que les livraisons ont été faites dans un délai de 30 jours, comme convenu.

    Il a informé que sa société Afritek qui détient des cartes NINA travaille avec la société Obertur qui est le numéro 1 mondial. Aujourd’hui, selon lui, il y a beaucoup de gens qui veulent faire des affaires, mais on ne devient pas un homme d’affaire du jour au lendemain.

    « Cissé dont on parle, selon Samba Bathily, a eu le marché de la CANAM qui s’est mal terminé. Moi, on m’a donné le marché des passeports, et j’ai investi. Nous, nous avons apporté de l’argent. Lui, il a pris l’argent de l’Etat, il n’a pas pu exécuter. On a gagné ce marché suite à un appel d’offre et aujourd’hui vous savez, tous les maliens on des passeports sans grandes difficultés.

    Plus loin, il dira que l’opération a été préfinancée. A ses dires, la CENI qui est composée des partis de l’opposition comme du pouvoir, a été invitée à aller à Paris pour participer à la livraison du dit marché. Mais comme les premiers marchés des cartes n’étaient pas nombreux. On a dit cette fois ci, il s’agit de 1 500 000 de cartes.

    Lamine Kané

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce