| |

SEYDOU COULIBALY, CANDIDAT A LA PRESIDENSIELLE : Les erreurs à ne pas commettre

lundi 19 avril 2021

Pour ne pas prêcher dans le désert, Seydou Mamadou Coulibaly, probable candidat à la présidentielle de mars 2022, patron du Groupe Cira-Mali ne doit pas commettre des erreurs.

Seydou Mamadou Coulibaly, SMC pour ses fans, est le PDG du Groupe Cira-Mali. Des rumeurs et de nombreuses voix faisant foi, font croire à sa probable candidature à l’élection présidentielle prochaine. Il est en tout cas, l’une des personnalités influentes du secteur privé du Mali.

En vue de porter sa candidature, un grand mouvement et des associations dénommées : « Le Pacte citoyen ‘’Benkan’’, l’engagement des Maliens, l’Union sacrée pour le Mali », entre autres, a vu le jour début mars 2021. Présidé par le PDG de Cira himself, le mouvement est constitué de plusieurs personnalités du pays issues des différents secteurs publics et privés. Le mouvement « se veut rassembleur d’abord autour des défis de la Nation ».

Selon certains proches du richissime homme d’affaires, c’est bien le mouvement « Benkan » qui sera le porte étendard du PDG de Cira à la prochaine élection de 2022.

Pour y parvenir et gagner l’élection, son entourage entend fédérer toutes les compétences d’horizons divers. « …Seule l’union de tous les Maliens et de toutes les Maliennes, de partis politiques, patriotes sans ancrage partisan, peut changer le cours de notre histoire », a affirmé SMC, lors du lancement de son mouvement.

Mais cette volonté de rassembler n’est pas concrétiser sur le terrain. Pour plusieurs observateurs, la manière dont son entourage s’y prend, n’est ni plus ni moins que de « l’isoler », voire le prendre en otage. L’idéal, selon certains, serait que quelques mois après la mise en place du mouvement Benkan, qu’on parvienne à identifier les grands partis politiques alliés.

Certaines opinions estiment que son équipe doit changer dans sa méthode, sortir de ce carcan de copinage avec des amis politiciens qui sont en train de diviser leurs propres formations au profit du mouvement Benkan.

Selon nos informations, des cadres du RPM, de l’Adéma, de l’Urd sont dans cette dynamique.

S’il remporte la victoire dans les urnes, SMC devrait s’inspirer de l’exemple d’ATT (paix à son âme) qui, 2002 et 2007, déjà très populaire au sein de la population, avait conforté sa position en réunissant autour de lui une plateforme de partis politiques dont le chef de file était l’Adéma et le Miria. Malgré les griefs que l’on peut faire à l’endroit des partis politiques et à leurs animateurs, ces derniers demeurent des acteurs incontournables du jeu politique. La stratégie de SMC doit intégrer cet état de fait.

Mohamed Keita
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav