Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Révision constitutionnelle : Le CNID demande au Président d’inviter l’Assemblée nationale à revoir sa copie

lundi 19 juin 2017

Dans une déclaration datée du 17 juin 2017, le Comité directeur du CNID – FYT, « INVITE RESPECTUEUSEMENT MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE A DEMANDER À L’ASSEMBLÉE NATIONALE UNE DEUXIÈME LECTURE DU PROJET DE LOI PORTANT RÉVISION DE LA CONSTITUTION DU 25 février 1992 ». Lisez !

- Soucieux de la préservation du climat social dans un contexte particulièrement difficile pour notre pays ;

- Convaincu que le projet de loi portant révision de la Constitution du 25 février 1992 comporte des avancées considérables pour l’approfondissement de la démocratie au Mali ;

- Constatant aussi que certaines autres dispositions sont fortement contestées par une partie de la classe politique et de la société civile ;

- Rappelant que l’un des objectifs majeurs recherchés par la révision constitutionnelle est de permettre la mise en œuvre de mesures favorisant la paix et la réconciliation entre les Maliens ;

- Constatant cependant que la révision ouvre de nouveaux points de fracture qui risquent de s’approfondir et d’approfondir les clivages entre Maliens au moment où la quête de l’unité nationale est une impérieuse nécessité ;

- Constatant en outre qu’une erreur matérielle porte sur la formule du serment que doit prononcer le Président de la République avant sa prise de fonction ;

- Estimant qu’une telle erreur doit être corrigés par l’Assemblée nationale a travers une deuxième lecture de la loi ;

- Convaincu que cette relecture pourrait offrir l’opportunité de débats plus approfondis, plus inclusifs avec des concessions mutuelles sur les principaux points de divergence ;

- Convaincu qu’un texte consensuel pourrait sortir de tels échanges et que ceux qui refuseraient les concessions indispensables s’auto-marginaliseraient ;

- Estimant enfin que le temps n’est pas à se compter mais plutôt à se rassembler ;

- INVITE RESPECTUEUSEMENT MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE A DEMANDER À L’ASSEMBLÉE NATIONALE UNE DEUXIÈME LECTURE DU PROJET DE LOI PORTANT RÉVISION DE LA CONSTITUTION DU 25 février 1992.

- INVITE LES MALIENNES ET MALIENS, LA SOCIÉTÉ CIVILE ET LA CLASSE POLITIQUE, DANS CETTE HYPOTYPOSE, À RECHERCHER ET TROUVER UN COMPROMIS DYNAMIQUE DANS L’INTÉRÊT SUPÉRIEUR DE NOTRE PAYS.

Fait à Bamako le 17 JUIN 2017
Le Comité Directeur

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en