Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Révision constitutionnelle : L’ADEMA entre deux chaises ?

samedi 1er juillet 2017

Décidément l’ADEMA n’a pas encore compris pourquoi il a perdu le pouvoir central au Mali. Difficilement l’ADEMA pourra reconquérir le suffrage des maliens avec ses prises de positions souvent très ambiguës, et à l’allure de quelqu’un qui veut s’asseoir entre deux chaises. Même dans le débat sur la révision constitutionnelle, « l’Abeille devenue frelon », selon Feu le Professeur Mamadou Lamine Traoré, n’arrive pas à prendre une position claire. Et, ne pourra malheureusement, jamais la prendre. Lisez notre analyse !

Est-ce que la ruche de Bamako-Courra n’a pas perdu toute capacité de produire du miel, tant les abeilles ont fait le choix de devenir des frelons ? Si non comment comprendre que dans un débat aussi capitale pour l’avenir du Mali, que l’ADEMA n’arrive pas à prendre une position tranchée.

Le parti dirigé par le Professeur Tiémoko Sangaré a décidé de souffler le chaud et le froid. Pour parler comme nos voisins de la Côte d’Ivoire, les jours pairs, l’ADEMA est pour le « NON » et les jours impairs, les frelons sont pour le « OUI ».

La décision de la réunion du Comité exécutif de l’ADEMA-PASJ du 30 juin 2017, est, on ne peut être plus clair. Elle traduit toute l’ambivalence de la ruche de Bamako-Coura.

Comment comprendre cette décision du CE ADEMA : « Il a décidé de soutenir la loi de révision constitutionnelle votée par l’Assemblée nationale en sa plénière du 2 juin 2017. Toutefois, il se fera le devoir d’apporter ses propositions d’amélioration au texte en vue d’une seconde lecture par l’Assemblée nationale ».

En effet, on soutient, se tait et on vote « OUI ». On a plus rien a proposé, parce que la question n’est pas à l’ordre du jour.

Tout compte fait, à analyser ces deux phrases de près, l’on est en droit de constater que l’ADEMA est d’accord que la loi de révision constitutionnelle a des insuffisances, parce que les Abeilles souhaitent une seconde lecture au cours de laquelle, elles vont apporter des propositions d’amélioration.

Mais, où étaient l’ADEMA et ses propositions, pendant le long processus d’adoption de la loi de révision constitutionnelle par le Gouvernement lors d’un Conseil des ministres et son long séjour à l’Assemblée nationale, avant le vote du 2 juin 2017 ?

En d’autres termes, ce n’est pas seulement le 30 juin 2017 que l’ADEMA a pris connaissance du texte, donc des insuffisances, jusqu’à vouloir y apporter des propositions d’amélioration.

Est-ce à dire que les propositions de l’ADEMA ont été faites au moment des écoutes au niveau de la Commission lois et n’ont pas été prises en compte ? Mais si tel était le cas pourquoi l’ADEMA ne s’est pas simplement assumé en votant contre le projet de révision constitutionnelle le 2 juin 2017 ?

Tout porte à croire que l’ADEMA est resté dans un soutien aveugle et à voter le projet de loi de la révision constitutionnelle le 2 juin 2017 par loyauté au Président IBK, comme lui-même l’avait fait avec le projet de loi de la révision constitutionnelle à l’époque du Général Amadou Toumani Touré.

Sinon pourquoi déclarer « soutenir la loi de révision constitutionnelle votée par l’Assemblée nationale en sa plénière du 2 juin 2017 » et manifester par la même occasion sa volonté de vouloir y « apporter ses propositions d’amélioration au texte en vue d’une seconde lecture par l’Assemblée nationale », au moment où cela n’est pas à l’ordre du jour.

De deux choses l’une. Soit l’ADEMA est dans les secrets d’IBK ou joue le charlatan qui lit dans l’eau le futur du pays, soit l’ADEMA est simplement inconséquente. Pour la simple raison, les Abeilles s’engagent à apporter des propositions d’amélioration à un texte qu’elles soutiennent.

Dans tous les cas, en invitant « le Gouvernement à réunir les conditions optimales pour que le vote du référendum se tienne sur l’ensemble du territoire national », l’ADEMA se découvre d’avantage.

Nous pouvons soupçonner l’ADEMA de faire la réflexion suivante : « Pourquoi, se mettre à dos le Président IBK, lorsque l’initiative de sa révision de la constitution de 1992, à l’état actuel, est vouée à l’échec ? ».

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en