Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Restriction de circulation au Mali : De quoi se mêle la Coordination des Mouvements de l’Azawad ?

mardi 6 février 2018

Après avoir imposé une guerre inutile au Mali et à son peuple, qu’il soit du sud ou du nord, loin de dénoncer ses propres turpitudes, la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), toute honte bue, dans un communiqué de presse, a tendance à se soulever contre une décision de l’Etat major des Armées du Mali. Comment comprendre que des individus qui chantent dans un désespoir total leur volonté de diviser le Mali en s’octroyant un état fantoche, qui restera chimérique par la volonté de dieu, se dressent contre une décision pris par le Mali pour des maliens ? A moins que la CMA, malgré tout ce qu’elle dit, se considère toujours comme malien et qu’il n’y a aucune sincérité dans leur volonté de s’offrir un état non viable. Lisez l’incohérence des faiseurs de malheurs au nord du Mali !

COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L’AZAWAD (CMA)
COMMUNIQUÉ N°003/2018/ CC-CD-CMA

La Coordination des Mouvements de l’Azawad attire l’attention des autorités nationales et de la communauté internationale sur le sort des populations vivant dans le centre du pays notamment dans la région de Mopti et les cercles de Niafunké (région de Tombouctou) et Niono (région de Ségou).

En effet, les populations de cette zone sont visées depuis le premier février 2018 par une restriction de leur liberté de mouvement imposée par une décision de l’Etat major général des armées du Mali, qui interdit à compter de cette date, toute circulation à moto et pickup sans limitation de délais.

En plus d’ouvrir la voie à des amalgames dangereux en désignant tout contrevenant comme « cible militaire », Cette décision, impose un embargo économique à des populations civiles déjà éprouvées par plusieurs années de crise.

La CMA rappelle que dans ces zones où il n’existe aucune route aménagée, les seuls moyens de transport et d’approvisionnement en vivres, venant de l’office du Niger (région de Ségou) et la Mauritanie, sont ceux visés par cette mesure d’interdiction.

La Coordination des Mouvements de l’Azawad, qui s’interroge sur la pertinence et la légalité de cette mesure, invite le gouvernement du Mali à rétablir et à garantir la liberté de circulation des populations civiles et de leurs biens dans les dites zones.

La CMA appelle les organisations de droits de l’homme, y compris la division droits de l’homme de la Minusma, à concentrer leurs efforts sur cette zone pour prévenir toute violation de droits humains.

Kidal ,le 06 Février 2018.
Pour la CMA
Almou Ag Mohamed

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de