Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Répression de la marche du FSD et la COFOP : Le Parti de Modibo Sidibé condamne la violation du droit constitutionnel

samedi 17 novembre 2018

« Le parti FARE condamne fermement la violation de ce droit constitutionnel, fruit des sacrifices de nos martyrs du 26 mars 1991 et exige du gouvernement le respect scrupuleux des libertés publiques, des valeurs démocratiques et républicaines », indique le communiqué signé le 17 novembre 2018. Lisez !

COMMUNIQUE DU PARTI FARE-AN KA WULI

Le vendredi 16 novembre 2018 dans l’après-midi, une manifestation organisée par le Front de Sauvegarde de la Démocratie (FSD) et la Coalition des Forces Patriotiques (COFOP) a été sévèrement réprimée par les forces de l’ordre. La manifestation avait été interdite en raison de l’instabilité du pays et l’insécurité à Bamako, selon les autorités.

Le parti FARE rappelle que malgré l’état d’urgence, de nombreuses manifestations publiques ont eu lieu dans la capitale, sans susciter ni une interdiction, ni une répression quelconque.
Le parti FARE rappelle que le droit de manifester pacifiquement est une disposition constitutionnelle dont le respect s’impose à tous.

Par conséquent, le parti FARE condamne fermement la violation de ce droit constitutionnel, fruit des sacrifices de nos martyrs du 26 mars 1991 et exige du gouvernement le respect scrupuleux des libertés publiques, des valeurs démocratiques et républicaines.

Fait à Bamako, le 17 novembre 2018

Le Secrétariat Exécutif National

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.