Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Report des élections législatives au Mali : Le parti yelema s’oppose

lundi 29 octobre 2018

Dans un Communiqué de presse, à la date du 16 octobre 2018, le parti yelema a indiqué que « le Gouvernement vient d’engager le processus de report des élections législatives, à travers une initiative portée par l’Assemblée nationale auprès de la Cour constitutionnelle qui y a répondu favorablement par son avis 2018 – 02/CCM du 12 octobre 2018 ».

En ce qui concerne cette décision du gouvernement, le Parti yelema a « informé l’opinion nationale et internationale que cette action vise à donner un cadre légal à une action politique destinée à couvrir un vide institutionnel ». Selon le parti de Moussa Mara « cela a d’ailleurs été rappelé par la réponse de la Cour constitutionnelle à sa précédente saisine par le Premier ministre en affirmant clairement qu’il n’existe aucune possibilité constitutionnelle de reporter les élections législatives et de proroger par voie de conséquence le mandat des députés ».

Dans son communiqué, « le Parti YELEMA a réitèré sa position maintes fois exprimées du maintien à la date constitutionnelle des élections législatives et est opposé par principe au report de cette consultation ».

Le Partir de Moussa Mara, a ensuite rappelé que « Le Gouvernement a la responsabilité d’organiser des élections permettant de respecter la Constitution et les Lois comme il l’a fait à l’occasion du scrutin présidentiel ». Mieux, il a estimé qu’ « aussi pertinents que peuvent être les arguments pour un report des législatives, cette situation constitue un échec pour le Gouvernement et conduit à un vide qui ne saurait être couvert par un quelconque acte juridique ou judiciaire ».

Pour cela, le Parti YELEMA a « invité le Gouvernement, sous l’autorité du Chef de l’Etat, à prendre acte de la situation, en faire une lecture appropriée et engager sans délais les démarches politiques appropriées permettant de traiter la situation sous cet angle afin d’éviter à notre pays une énième crise politique ».

Pour finir, le parti YELEMA a « rappelé que la situation actuelle du Mali nécessite un dialogue politique inclusif permettant d’aboutir à des solutions consensuelles qui conduiront, dans un délai raisonnable, à la réinstauration d’un cadre institutionnel approprié par des élections législatives crédibles et apaisées et auxquelles toutes les composantes politiques du pays participeront ».

Kadi Diarra, Stagiaire

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de