Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Reforme du secteur de la sécurité : La collaboration entre Journalistes et forces de l’ordre au menu des débats

vendredi 6 novembre 2020

Du 2 au 3 novembre 2020, une trentaine de journalistes et Professionnels de Média ont participé à une formation, organisée par le réseau médias de la réforme du secteur de la sécurité (Médias RSS) en partenariat avec le Centre de la Sécurité de Genève (DCAF). Elle visait à renforcer la capacité des Hommes de média, sur la Gouvernance et la Réforme du Secteur de la Sécurité, la collaboration entre les journalistes et les forces de l’ordre et pour une bonne maitrise des questions de réforme du secteur de la sécurité.

Ces deux jours de formation, financée par le Royaume des Pays-Bas, ont été couplées avec le lancement officiel du réseau média RSS, dont la présidence est assurée par Coumba Bah. Et, ont permis aux journalistes de se familiariser aux questions liées à la sécurité.

Selon le Colonel-major Diarran Koné, de la DIRPA, après analyse et réflexion, il est apparu nécessaire, avec bien évidement l’assentiment de DCAF, d’adapter la reformulation : « journalisme et force de l’ordre : quelle collaboration ? Quels conseils et principes à respecter face aux acteurs de la GSS ».

La nuance peut valoir son pesant

Selon le Colonel-major Diarran Koné, il y a lieu de préciser que l’état des lieux proposé est loin d’être exhaustif. Il constate juste l’état de la relation entre force de l’ordre et journaliste dans l’environnement de la manifestation de fait démocratique et des droits de l’homme. Notamment, les manifestations à caractère social, politique, syndical, religieux, culturel, sportif.

Caractéristique de la force de l’ordre

Le Colonel-major Diarran Koné dira qu’il faut interroger leur nature et leur mode opératoire. Pour lui, la force de l’ordre se caractérise par son respect de la procédure dont l’observation se veut un impératif. Toute diffusion doit en tenir compte. L’instruction (traitement) des faits relève alors du secret professionnel.

« Nous rappelons la sémantique de loi qui s’applique, donc de contrainte légale, convenue et convenable », a-t-il déclaré.

En principe une intervention musclée des forces de sécurité fait toujours suite à un dérapage, donc à une violation d’un pacte, une convention.

La force de l‘ordre se conçoit donc une vigile, une sentinelle, bref un garde-fou contre les violations et autres atteintes à la citoyenneté et à l’ordre public. C’est d’ailleurs, pourquoi lorsque les journalistes, mêmes invités, et les organisateurs d’une rencontre sont en bataille rangée, les forces de l’ordre les considèrent tous comme des contrevenants au motif de trouble à l’ordre public.

Caractéristique du journaliste

Selon le Colonel, de l’autre côté, la compréhension du journalisme apparait également importante. Il dira que le journaliste est pressé, libre et indépendant. En plus, il croit jouer à la transparence et fonctionne à l’immédiateté.

« Au nom du droit à l’information, de la liberté de mouvement, de l’indépendance des médias, le journaliste s’imagine « tous droits ». Quitte à vouloir bousculer ou titiller la force de l’ordre dans sa procédure et dans son secret. Cela explique leur conflit », a-t-il indiqué.

Le Colonel Diarran a fait savoir que, né au besoin de liberté, le journaliste a tendance à comprendre ses pouvoirs comme illimités. Si la mission et la fonction du journaliste consiste à donner, à voir tous les faits et gestes importants pour la communauté, il va s’en dire que cela emmène ou peut amener le journaliste à se retrouver face à la problématique de la limite au regard du droit à l’information, du droit et du devoir d’informer, mais surtout du droit à son image, de ses droits et prérogatives envers et face aux autres catégories socioprofessionnelles.

Question de perception

Dans son intervention, il précise que la véritable des difficultés réside dans la perception du rôle et de la fonction de chaque partie.

D’après lui, au nom de l’information du public, le journaliste cherche toutes sortes d’images et de vidéo d’illustrations de ces informations. Singulièrement les images d’agents en uniforme entrain de bastonner un manifestant ou un reporter ou encore entrain d’embarquer manu militari un suspect appréhendé. Il dira qu’elles contribuent en la sincérité (barbarie, violation des droits de l’homme, répression, violence etc.) en la matière, rarement des images des forces de sécurité font défaut. Là peut s’expliquer toute la méfiance des agents de sécurité vis-à-vis des journalistes.

Une autre source de malentendu est que les agents des forces de sécurité semblent comprendre que les journalistes veulent se substituer à la justice dans leurs prises de positions dans la livraison des faits. Elles ne peuvent de ce fait accepter des images ou vidéos compromettantes à leur égard.

En somme, il propose que chaque corporation veuille garder et défendre la maitrise des faits. Cette concurrence fonctionnelle pour être aplanie nécessite que les journalistes et les agents de sécurités soient sensibilisés vice versa aux difficultés des uns et des autres, de comprendre l’environnement de travail par des sessions.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav