Version imprimable de cet article Version imprimable | |

REBELLION A LA CENI : Le partage du magot divise les membres

mardi 16 octobre 2018

Une chienlit règne désormais à la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Les membres sont très remontés contre le président Amadou BA et le questeur. Ils leur reprochent d’avoir détourné les fonds.

Plus rien ne va entre les membres de la Ceni et leur président. Amadou BA, puise que c’est de lui qu’il s’agit, est dans le viseur de ses collègues qui demandent sa destitution. En effet, des sources proches du dossier rapportent qu’Amadou BA et le questeur ont fait main basse sur les fonds de l’institution.

Le duo stratégique aurait outrepassé les injonctions du ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, dans les procédures de passation de marché. Ce dernier les aurait instruits de ne pas dépasser les 300 millions de francs CFA dans l’achat de matériels roulants. Mais, le président et son questeur seraient allés jusqu’à 500 millions. Pire, une imprimante a été achetée à 16 millions de nos francs, entre autres, surfacturations et manquements au respect de la procédure budgétaire.
Nos sources rapportent que les membres sont d’autant plus remontés que le président, pour une douleur à l’omoplate, s’est payé les services de l’une des cliniques les plus chères de France. Il y serait encore.

Le second, questeur de la structure, aurait rasé sa maison sise au quartier 300 logements pour en reconstruire un palace digne d’un prince saoudien. Pendant ce temps, les autres membres ne bénéficient presque de rien.

Ainsi, ajoute notre source, une réunion extraordinaire a été convoquée le vendredi dernier pour demander la destitution du président et du questeur. A l’approche des élections législatives, une instabilité à la tête de la Ceni n’est pas de nature à favoriser la bonne tenue du scrutin.

Le Vérificateur général doit jeter un coup d’œil dans ce qui se trame dans cette structure. L’indiscipline budgétaire y semble érigée en mode de gestion. Il faut craindre des grands déballages dans les jours à venir, car les membres sont très remontés.

A suivre.

Hamadoun KARA
Azalaï Express

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en