Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Projet d’eau potable de Kabala : 60 milliards de FCFA attendu pour compléter le financement de la seconde Phase

mercredi 31 mai 2017

La première phase d’investissement a été bouclée grâce aux apports des bailleurs de fonds. Le Mali compte encore sur leurs contributions pour la mobilisation du complément de financement de la seconde et dernière phase qui s’élève à 155.685.402.905 FCFA. C’est dans cette dynamique que s’est tenue une table ronde avec les bailleurs de fonds autour de la Phase II du Projet d’alimentation en eau potable de la ville de Bamako à partir de Kabala.

La cérémonie d’ouverture était co-présidée par les ministres du Commerce, Abdel Kader Konaté, et de l’Energie et de l’Eau, Malick Alhousseni. Pour la circonstance, ils étaient entourés de Pascal Collange, Directeur de l’Agence Française du Développement et chef de file des Partenaires techniques et financiers (PTF), et Ali Diallo, directeur général par intérim de la Société malienne du patrimoine de l’eau potable (SOMAPEP). C’était le mardi 30 mai 2017 à l’Hôtel Azalai Salam.

L’objectif de cette rencontre était de faire le point sur l’état d’avancement de la première phase et d’examiner la situation de financement de la seconde phase, en vue de la boucler.

Le projet d’alimentation en eau potable de Bamako à partir de Kabala vise à assurer l’approvisionnement correct et durable en eau potable de la ville de Bamako et ses environs. Il consiste en la réalisation, en deux phases successives, de deux stations de traitement d’eau potable, d’une capacité nominale de 144.000 m3. Sa réalisation est prévue pour une durée de cinq ans. La première phase de 2014-2018 et la seconde phase de 2019 à 2020.

En effet, la première phase de l’investissement a été bouclée grâce aux bailleurs de fonds. Le Mali compte encore sur leurs apports pour la mobilisation du complément de financement de la seconde et dernière phase. C’est dans cette logique que s’est tenue une Table ronde des bailleurs de fonds. Ainsi, il a été annoncé, pour la fin de ces travaux une contribution supplémentaire de 60 milliards de FCFA pour le bouclage du financement de la seconde phase estimée à un coût global de 155. 685.402.905 FCFA.

Abdoul Karim Konaté, ministre du commerce et non moins porte-parole du gouvernement, a estimé que le financement du projet de Kabala participe de l’exemplarité de la coopération entre le Mali et ses Partenaires Techniques et Financiers. « Les deux premières phases du projet sont financées à hauteur de 173 582 062 440 de FCFA. Sur ce montant, il a été mobilisé 39 388 430 708 FCFA, soit un taux de décaissement de 22,82% à la date du 30 mai 2017 contre un taux d’exécution physique de 50% (100% des études et 30% des travaux) pour un délai consommé de 60%. », a-t-il expliqué.

« 60 milliards de FCFA supplémentaire pour le bouclage du financement de la seconde phase estimée à un coût global de 155,685 milliards de FCFA »

Selon Ali Diallo la Banque européenne d’investissement a annoncé la mise à disposition de 32,7 milliards de FCFA. Aussi, il a ajouté que la BOAD a également annoncé 5 milliards de FCFA. A cela, s’ajoute le Fonds koweitien qui promet d’accorder un financement de 18 milliards de FCFA. « Ce qui fait un total de près de 55 milliards de FCFA en cours de négociation. Les financements confirmés s’élèvent à 40,428 milliards de FCFA », a-t-il confié à l’issue de la rencontre.

« Il reste alors la mobilisation d’un financement complémentaire de 60 milliards de FCFA qui est l’un des enjeux de la présente Table ronde », a révélé Abdoul Karim Konaté.

Ensuite, le Ministre Konaté a ajouté que le bouclage de ce financement consistera à élargir le site de production à 144 000 m3 d’eau potable par jour, la production à Djikoroni Para de 50 000 m3 d’eau/jour, l’extension du réseau de distribution sur 1230 km, la création de 38 000 branchements promotionnels et de 1000 bornes fontaines supplémentaires.

Pascal Collange, Chef de file des PTF, a indiqué que cette table ronde était tout à fait utile et a apprécié l’état d’avancement des travaux. Avant d’inviter les autres bailleurs de fonds à faire le bouclage du financement de ces deux premières phases de ce projet une priorité.

Moussa Mallé SISSOKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !