Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Programme gouvernance locale redevable : Des résultats encourageants constatés par la 3ème réunion du comité consultatif

jeudi 6 décembre 2018

Le jeudi 6 décembre 2018, s’est déroulée au Conseil national du patronat du Mali (CNPM) la 3ème réunion du comité consultatif national (CCN) du programme gouvernance locale redevable (PGLR). L’ouverture des travaux a été présidée par Seydou Diabaté, conseiller technique au ministère de la jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne. Ce programme de 6 ans a été financé par Royaume des Pays Bas à hauteur de 16, 77 millions d’Euro.

La réunion avait pour objectif de présenter le suivi des recommandations de 2017, de résumer les résultats de 2018, de recueillir des suggestions et recommandations pour 2019 et 2020 et de mettre la culture et la jeunesse au centre des préoccupations, pour une sortie de crise à travers des sketchs et une conférence-débat animée. Elle a enregistré la présence d’une trentaine de représentants du comité et du programme, dont le directeur national de la SNV-Mali, l’ambassade du Royaume des Pays-Bas, les agences d’exécution SNV, ICCO, OXFAM, les représentants des jeunes leaders des 4 régions d’intervention du programme (Gao, Ménaka, Ségou et Tombouctou).

JEAN De Martha Ouedraogo, directeur national de la SNV-Mali, a déclaré que le programme est mise en œuvre par un consortium composé de ICCO, OXFAM et la SNV. Selon lui, la force de travail est démultipliée et enrichie par l’expertise et les expériences de 14 partenaires locaux de mise en œuvre (PMO) qui accompagnent 3960 jeunes leaders dont 50% de femmes, représentants plus de 200 associations de base de la jeunesse, pour la réalisation des plans d’actions communaux des jeunes leaders et l’atteinte des résultats recherchés et cela dans 180 communes.

Le directeur national de la SNV a estimé que l’objectif global du programme est la contribution au développement des services sociaux de base par l’amélioration de la gestion des affaires publiques locales, à travers la mise en marche d’un mouvement pérenne (une culture) de jeunes citoyens et citoyennes actifs et engagés dans la gouvernance.

A travers la tenue de cette réunion, « nous nous engageons à faire encore un pas en avant, pour offrir des possibilités de développement et d’épanouissement pour garantir un développement harmonieux et paisible aux hommes et aux femmes dans les régions concernées », a-t-il rassuré.

A l’en croire la jeunesse, à travers le programme, contribue aux objectifs de plusieurs ministères, en particulier le ministère de la jeunesse et du ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation. Selon lui, elle y parvient par son intéressement et sa proactivité dans la gestion des affaires communales dont des actions illustratives sont la diffusion par les radios locales de 11 modules de sensibilisation et guide d’action sur les droits et devoirs, la citoyenneté, la décentralisation, la contribution et la participation à la tenue sur 71 débats publics sur les budgets communaux et à plus de 560 restitutions publiques des organismes de gestion des services publics (OGSP) dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’accès à l’eau potable.

Le PGLAR contribue également aux objectifs des ministères de la culture, des sports, de la cohésion sociale. En favorisant la dynamisation et la rentabilisation de 36% des maisons des jeunes et la gestion non violente de plus de 800 conflits liés aux ressources naturelles et au foncier. Il a ajouté que le programme a aussi permis le financement de 16 autres petits projets en gouvernance à effets multiplicateurs sur le programme de base. Il a également implanté un système d’information de transparence (SIT) qui permet aux communes de communiquer par internet avec leurs populations. Selon lui ce système est doté d’un concours qui a permis de remettre 3 prix de 30 millions de FCFA aux 3 communes jugées les plus transparentes selon ses critères en 2017.

Le conseiller technique au ministère de la jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne, a estimé que cette session permettra de consolider les acquis des années précédentes afin de jeter un regard sur l’avenir. Pour cela, il a espéré que les conclusions et les recommandations qui en résulteront seront utilisées à bon escient.

Ould Aminatou Kanté, point focale Ménaka, porte-parole des jeunes leaders a déclaré que PGLR est un programme pour les jeunes et par les jeunes. Selon elle, ce programme vise à façonner les leaders de demain pour promouvoir la bonne gouvernance locale. Elle a témoigné que d’énormes défis ont été réalisés et beaucoup d’actes ont été posés, mais d’autres restent à relever comme étendre le programme sur l’ensemble des communes du Mali afin que beaucoup de jeunes en bénéficie.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques