• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Prétendu soutien de Kéniéba au Président de la République : Le député Boubacar Sissoko voulait-il tromper IBK ?

    mercredi 18 avril 2018 , par Assane Koné

    C’est avec amertume que les populations du Tambaoura ont appris que l’honorable Boubacar Sissoko a conduit à Koulouba une délégation qui serait venue de Kéniéba pour dire au président IBK que les populations de sa localité ont opté pour le soutenir lors de l’échéance présidentielle du 29 juillet 2018. C’était samedi le 31 mars 2018.

    Comme tout le Mali l’a compris, cette délégation s’est auto- mandatée, certainement pour se faire des fortunes au nom de Kéniéba. En tout cas, les membres de cette délégation avec leur député se sont grillés à Kéniéba en voulant faire croire à IBK que cette localité est derrière lui.

    En vérité, il n’en est rien. Cela nous rappelle, hélas !, la fourberie de la section UDPM de Kéniéba auprès de Moussa Traoré et aux dépens des paisibles populations de la localité. Cette fourberie visait à distiller dans toute la contrée et donc au Mali que l’Union démocratique du Peuple malien (UDPM) faisait le bonheur des populations de Tambaoura. Allez savoir ce que ses représentants valaient. Cet opportunisme malveillant a servi la cause de ceux qui suçaient déjà le sang de ces paisibles citoyens.

    Si l’histoire n’est pas une répétition mécanique, l’honorable Boubacar Sissoko du RPM a transmis à IBK sa volonté à lui de soutenir un homme qui a toujours ignoré le Tambaoura et ses problèmes. Quel intérêt pouvait-il tirer de cet acte qui déshonore ses concitoyens ?

    Certainement, c’est pour avoir des liasses d’argent, mais pas pour dire en toute vérité que Kéniéba est derrière IBK puisqu’il n’a pas été mandaté par cette localité. A aucun moment, il n’a été question dans cette ville d’un quelconque soutien au président IBK pour un deuxième mandat (le premier ayant été caractérisé par un fiasco total).

    Par cet acte, Kéniéba s’est vu insulter et indigner par le député Boubacar Sissoko qui a voulu embarquer ses populations dans le bateau présidentiel qui pourtant enregistre chaque jour des défections en masse. Preuve de l’échec cuisant du président à servir les intérêts supérieurs du peuple malien.

    Mais Sissoko n’a certainement pas voulu seulement se faire des sous, il a aussi trompé IBK en lui faisant croire qu’il y a des gens derrière lui à Kéniéba. Pourtant, aux yeux des paisibles populations de Tambaoura, le président Keïta a simplement déçu le peule malien.

    Le député aurait dû plutôt porter à la connaissance de son mentor président qu’il a déjà entièrement et totalement dilapidé son capital de confiance à Kéniéba. De ce côté, les dés sont déjà pipés.

    Aujourd’hui, plus que jamais, Kéniéba veut le changement pour lequel notre peuple a sacrifié bien de ses femmes et de ses enfants, en 1991. L’honorable doit assumer qu’il n’a pas parlé au nom des populations de Kéniéba, mais à son propre nom. Son acte désavoue davantage le président IBK.

    En démocratie, c’est un impératif catégorique de partir du peuple et de retourner au peuple si l’on est vraiment à son service.

    Fodé KEITA
    L’Inter de Bamako

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce