• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Présidentielle du 29 juillet 2018 : Dr Oumar Mariko, candidat du parti SADI

    dimanche 27 mai 2018 , par Assane Koné

    A l’issue de son 6ème Comité central, tenue le 26 Mai 2018, au Centre de formation catholique de Niamana, le Parti Solidarité Africaine pour la démocratie et l’Indépendance (SADI), a porté son choix sur Dr Oumar Mariko, pour défendre ses couleurs lors de l’élection présidentielle du 29 juillet 2018.

    Environ 500 délégués du parti SADI, venus de toutes les régions du Mali, sauf Kidal, Gao et Tombouctou, ont décidé à l’issue du 6ème Comité Central du parti SADI de faire de Dr Oumar Mariko, leur candidat à l’élection présidentielle du 29 Juillet 2018.
    Même absents de Bamako, donc de la salle, en raison de la situation du pays dans sa partie septentrionale, les délégués des coordinations régionales de Kidal, Gao et Tombouctou, par message ont opté pour la candidature de Dr Oumar Mariko.

    Le 6ème Comité Central du parti SADI avait inscrit plusieurs points à son ordre du jour. Ce sont : La question de la participation du parti SADI à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018 au regard du contexte politique et sécuritaire, le choix du candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet, la question des alliances et les propositions d’amendements au projet de règlement intérieur du Comité Central.

    A l’issue des travaux, les délégués ont adopté le règlement intérieur du parti SADI et ont décidé que le parti aille à l’élection du président de république avec une candidature interne.

    Après qu’il ait été choisi par ses camarades, Dr Oumar Mariko dans un discours, d’abord dans la langue nationale Bamanakan, puis en français, a clairement indiqué que le parti SADI, en décidant de doter son Comité central d’un règlement intérieur, veut donner un signal fort à tous ceux qui pensent qu’on peut faire une démocratie sans partis politiques. « Nous sommes convaincus que l’instrument parti politique est incontournable dans la gestion du pays », a-t-il déclaré. Comme pour dénoncer la floraison des clubs des amis dans la sphère publique malienne. Et, quand on sait qu’aucun club d’amis ne saurait ou ne pourrait remplacer un parti politique, l’on peut se poser la question quand à la motivation des hommes politiques qui suscitent de tels clubs d’amis, afin qu’ils puissent les utiliser comme des strapontins.

    Risque élevé à organiser l’élection présidentielle le 29 juillet 2018

    Dr Oumar Mariko a aussi dit à qui veut l’entendre que le parti SADI est d’obédience socialiste, avec 5 députés, 282 conseillers municipaux, 15 Mairies et plus de 20 nouvelles adhésions de conseillers municipaux. « Le parti est reconnu sur le plan national et international, avec une ambition très marquée pour la gauche », a-t-il indiqué.

    En ce qui concerne l’épineuse question de l’organisation de l’élection du président de la République le 29 juillet 2018, au regard du contexte politique et sécuritaire du pays, Dr Oumar Mariko dira que le Parti SADI, bien que n’ayant aucune responsabilité dans l’organisation d’élection réussie ou non au Mali, est cependant soucieux du devenir du Mali. « Dans un tel contexte, nous avons le devoir d’attirer l’attention des autorités sur les risques incalculables à organiser des élections dans un tel contexte », a déclaré Dr Oumar Mariko. Avant de rappeler que son groupe parlementaire a voté contre l’adoption de la nouvelle loi électorale à moins de 6 mois avant les élections. Convaincu qu’il y a là manifestement une violation d’une recommandation de la CEDEAO, le Président du SADI se propose de saisir la Cour de justice de la CEDEAO, pour que le droit soit dit. « Nous avons même proposé une prorogation du mandat du Président de la République pour éviter au Mali une nuit des longs couteaux », a indiqué Dr Oumar Mariko. Avant d’ajouter que si cette idée prospérait dans la classe politique, toutes les dispositions devront être prises pour qu’IBK ne soit plus candidat, à la fin de cette transition.

    « Nous ne sommes pas dans une logique de lève toi pour que je m’y installe. Mais, nous battons pour que le système politique qui gouverne l’économie du pays change pour que les maliens puissent goûter au bonheur », a déclaré Dr Oumar Mariko. Avant de préciser que le parti SADI n’est pas dans un combat contre un homme, mais pour le changement d’un système de gouvernance.

    Dr Oumar Mariko est très septique quand à la capacité du Gouvernement à organiser des élections transparentes et apaisées de nature à mettre le Mali à l’abri d’une crise postélectorale. « Pendant 7 ans, voir même dix ans, un Gouvernement qui a été incapable de donner des cartes Nina à tous les maliens, se proposent de mettre à leur disposition des cartes d’électeurs en un mois. Je doute que le Gouvernement puisse le faire », a-t-il fait remarquer.

    « Le parti a porté son choix sur ma modeste personne d’être son porte étendard lors de l’élection présidentielle du 29 juillet 2018. Mais, j’invite tous les camarades à s’impliquer d’avantage pour la grandeur de notre parti », a déclaré Dr Oumar Mariko.

    En attendant la cérémonie qui va l’investir comme candidat du parti SADI, Dr Oumar Mariko a levé le voile sur les grandes lignes des grandes actions qu’il compte conduire à la tête du Mali.

    Le Président du parti SADI a dit à qui veut l’entendre qu’il est temps et grand temps, que le Mali songe à la constitution d’un système de défenses de son territoire. « Nous allons construire une véritable armée nationale au service de la défense du territoire », a-t-il indiqué. Avant de dire que cette armée aidera à montrer la porte de sortir à Barkhane et à montrer la fenêtre à la MINUSMA.

    Selon les textes du parti SADI, le Comité Central est le second organe de décision après le Congrès. Il a pour mission d’assurer le suivi de l’application des décisions du Congrès et prend les décisions concernant les orientations du parti entre deux Congrès.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce