Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Présidentielle de juillet 2018 : Les APM disent non à un soutien à IBK et sollicitent la candidature de Me BATHILY

mercredi 11 avril 2018

Les Associations pour le Mali (APM) ont organisé samedi 31 mars 2018 une Assemblée générale extraordinaires des coordinateurs des APM à son siège à Kalaban-Coura, route de Sabalibougou. L’objectif de cette rencontre, selon ses initiateurs, était de promouvoir le rassemblement de l’ensemble des APM. En effet, dans cette période préélectorale, le vent de la division semble souffler, ces derniers temps, du côté de Kalaban-coura où des dissidents contestent désormais la légitimité du patron des APM, Me Mohamed Ali BATHILY, et apportent leur soutien à la candidature du président de la République Ibrahim Boubacar KEÏTA, pour un second mandat.

C’est pourquoi, l’Assemblée générale du samedi était très attendue pour définir les orientations futures de l’Association. Il s’agissait notamment pour les participants à cette assemblée générale de trancher sur la question d’un éventuel soutien ou non à la candidature du président de la république, Ibrahim Boubacar KEÏTA, candidat probable à sa propre succession en juillet 2018.

Les partisans de Me BATHILY, ont donc fait une démonstration de force à Kalaban-coura où le siège de l’organisation qui abritait les travaux de cette assemblée générale, a refusé du monde.

De ces travaux, il ressort que les APM, dans leur majorité, ont décidé de ne plus soutenir IBK pour son second mandat. Au terme des travaux, une commission a été mise en place pour définir les orientations futures de l’Association dont les conclusions seront communiquées aux militants et sympathisants dans un meilleur délai. Aussi, la candidature du patron a été vivement sollicitée par la présidente des femmes, Mme Soumaré Massaran DEMBELE ; le président du Mouvement des jeunes, Sidy BAGAYOKO ; ainsi que des ressortissants de la diaspora qui ont invité clairement Me Mohamed Ali BATHILY à demander le suffrage des Maliens en juillet prochain.

Sans rejeter l’appel, Me BATHILY se donne le temps de réfléchir. « Vous savez, une candidature à la présidence n’est pas quelques chose qu’on improvise. Il faut avoir du respect pour le pays, du respect pour les autres. Une candidature, c’est à la fois une décision personnelle et collective. Qu’on me demande d’être candidat, ne signifie pas que je le suis. Ça ne signifie pas non plus que je ne le suis pas. Vous savez, on a pris l’habitude dans notre pays, de croire que si un président est en place, automatiquement, les autres doivent avoir peur de revendiquer leur droit à être candidat. Si on a travaillé avec lui, on doit avoir peur, non ! Il est candidat en tant que simple citoyen qui n’a ni plus de droit et moins de droit que moi aussi en tant que simple citoyen. Donc, si je dois me présenter, je me préparerai, et si je dois l’annoncer, je vais l’annoncer. Mais pour l’instant, nous sommes-là, où dans le cadre de notre association, déterminer qu’elle est la voie que nous allons suivre », a-t-il déclaré.

A l’ouverture des travaux, il a indiqué que cette assemblée générale était prévue, il y a plus de 2 mois, pour évaluer le parcours, permettre aux militants de s’exprimer sur ce parcours.

Il a rappelé qu’en 2013, les Associations pour le Mali (APM) ont été créées. Et cette association a souverainement décidé d’apporter son soutien à Ibrahim Boubacar KEÏTA, lors des élections de l’époque.

Aujourd’hui, a-t-il fait savoir, Ibrahim Boubacar KEÏTA va bientôt demander le renouvellement de son mandat. « Puisque que lui-même n’échappe pas à cette contrainte de redemander la confiance du peuple, il va de soi que nous même, on n’échappe pas à la contrainte de voir si nous allons le soutenir ou pas. Nous n’avions rien décidé, et nous avons dit qu’il faut une assemblée générale dans le respect de nos membres, pour que la question soit posée et qu’il décide souverainement. Je crois que c’est normal », a-t-il dit. Avant d’ajouter : « Notre association, c’est pour le Mali. Ce n’est pas une association pour Ibrahim Boubacar KEÏTA. Ibrahim Boubacar KEÏTA demande au Mali, ou va le demander, le renouvellement de la confiance du peuple malien. Nous aussi, nous allons demander à nos militants le renouvellement du soutien ou pas à Ibrahim Boubacar KEÏTA. C’est tout ».

Pour ce faire, a-t-il expliqué, le bureau a appelé tous les coordinateurs pour prendre l’avis de la majorité. « Pour nous, ça se tient dans ce cadre-là et dans cet esprit », a-t-il conclu.

Répondant à ses détracteurs, il a fait savoir que les auteurs de cette déclaration n’ont ni qualité ni autorisation de parler ou d’engager les APM. « Hier, on m’a même saisi par voie d’huissier pour me dire que je suis suspendu. Ces personnes-là, moi je les ai conviés à venir à cette réunion, pour qu’ils viennent s’exprimer ici au lieu d’aller faire des assemblées, rien que devant des caméras. C’est des militants, en venant ici, leur parole aurait pu être écoutée, discutée ou approuvée. Mais non, vous les voyez ailleurs que devant les caméras ? On les a connus ici, ces des militants, pourquoi ils ne viennent pas à cette assemblée générale ? », s’est-il interrogé.

Par Zié OUATTARA

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques