• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Election présidentielle au Mali : l’Appel au calme du Consortium Panafricain des Observateurs Electoraux de la Société Civile Africaine et de la Diaspora en Europe

    « Cette proclamation provisoire qui provient après une centralisation et consolidation des résultats en toute transparence devant les représentants des candidats et aussi en présence d’observateurs nationaux et internationaux, notre Consortium se félicite que

    Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

    « La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli,

    Second tour de la présidentielle au Mali : Que dit la Mission d’observation électorale de la société civile africaine ?

    "Nonobstant quelques insuffisances, La mission d’observation électorale de la société civile africaine (LA MOESCA) s’accorde pour affirmer que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 12 aout 2018 en République du Mali s’est déroulé dans un climat apaisé,

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Présidentielle au Mali : Cheick Harouna Sankaré invite tous les maliens à refuser des manifestations qui peuvent conduire notre pays au chaos

    mercredi 8 août 2018 , par Assane Koné

    « Nous avons déjà assez de problèmes au nord comme au centre du pays qui demeurent d’ailleurs une préoccupation majeure. Pour cela le MH 2018 exhorte tous les candidats et sympathisants de candidats à mettre en avant l’intérêt supérieur de la nation. Nous invitons la communauté internationale, les leaders religieux et coutumiers à s’impliquer d’avantage dans la recherche d’un climat apaisé pour éviter le chaos avant qu’il ne soit trop tard. Nous invitons tous les maliens à refuser des manifestations qui peuvent conduire notre pays au chaos ». Ce sont là les grandes lignes des propos tenus par Cheick Harouna Sankaré, candidat malheureux à l’élection présidentielle.

    Harouna Sankaré, candidat à l’élection présidentielle 2018, président du mouvement « Harouna 2018 », a animé le mardi 7 août 2018 au QG de sa campagne une conférence de presse. Cette rencontre avec les hommes et les femmes de média était axée sur le déroulement du 1er tour de l’élection du 29 juillet 2018, en vue de donner sa vision et de dénoncer certains actes.

    Il est à noter que le mouvement « Harouna 2018 », est une organisation à vocation politique, constituée des partisans, sympathisants et alliés de Cheick Harouna Sankaré ayant nourrit l’ambition de porter son père fondateur à la magistrature suprême.

    A l’entame de ses propos, le candidat Harouna Sankaré a rappelé que notre pays a abrité, le 29 juillet 2018 le premier tour de l’élection présidentielle qui, malgré les conditions sécuritaires relativement difficiles au nord et au centre du pays, a pu réaliser un taux de participation de 43,06%. Avant d’indiquer que vingt quatre candidats dont une femme ont participé au scrutin du 29 juillet 2018.

    Aux dires du candidat Sankaré, le mouvement « Harouna 2018 » (MH 2018), félicite et remercie la population malienne pour sa participation active au scrutin dans un climat de paix et de sécurité. Également, le MH 2018 a félicité le gouvernement pour le déroulement du scrutin dans un climat apaisé malgré le contexte difficile.

    Le mouvement a remercié tous les organes en charge de l’organisation des élections, notamment le ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation (MATD), la commission électorale nationale indépendante (CENI) et la délégation générale aux élections (DGE) pour les efforts déployés.

    Le mouvement a constaté une discordance au sein de la classe politique suite à la publication par le ministère de l’administration territoriale des résultats provisoires de l’élection présidentielle en entendant leur confirmation par la Cour Constitutionnelle.

    « Nous avons déjà assez de problèmes au nord comme au centre du pays qui demeurent d’ailleurs une préoccupation majeure », a-t-il rappelé. Pour cela le MH 2018 a exhorté tous les candidats et sympathisants à mettre en avant l’intérêt supérieur de la nation. Le mouvement a invité la communauté internationale, les leaders religieux et coutumiers à s’impliquer d’avantage dans la recherche d’un climat apaisé pour éviter le chaos avant qu’il ne soit trop tard. Aussi le mouvement a exhorté le gouvernement à œuvrer d’avantage dans la poursuite des efforts pour l’organisation d’un éventuel second tour le 12 août 2018, dans la transparence garantissant la crédibilité et la consolidation de notre jeune démocratie.

    Le candidat Harouna Sankaré a réaffirmé toujours sa disponibilité et son engagement à soutenir toutes initiatives dans la recherche de la paix, de la justice et du vivre ensemble qui est et restera son attachement au Mali pour la prospérité.

    « Nous sommes très satisfaits des voix que les citoyens maliens ont donnés. Car, c’est ce qu’ils ont choisi pour nous. Et nous respectons ce choix. Nous sommes dans un pays de démocratie. Nous avons demandé le suffrage de nos compatriotes sur toute l’étendue du territoire où le mouvement Harouna 2018 était représenté », a-t-il déclaré.

    « Nous sommes rentrés dans cette danse, il y a deux mois. Dans la campagne présidentielle, nous nous sommes rendus uniquement dans trois régions du Mali : Kayes, Ségou et Mopti. Parce que nous n’avons pas les moyens comme les autres candidats. Si cela était le cas, on allait avoir un résultat qui nous permettra d’aller au second tour », s’est-t-il félicité.

    Le candidat Sankaré, dans son intervention a dénoncé que, au lieu d’accuser le gouvernement, qu’il faut accuser les électeurs maliens. Car, selon lui ils ont voté pour les candidats les plus riches. A savoir : IBK, Soumaila Cissé et Aliou Diallo. Aussi il a dénoncé qu’il y a des candidats qui ont contesté qu’ils ne reconnaissent pas certains juges de la Cour Constitutionnelle, qu’ils ne reconnaissent pas les résultats qui ont été donnés. « Nous attendons la Cour Constitutionnelle pour voir les candidats qui seront au second tour, le 12 août 2018 avant de donner notre soutien », a-t-il indiqué.

    Concernant les requêtes, le candidat Harouna Sangaré a clairement dit qu’il n’a pas fait de requête. Car s’il devait le faire que cela sera contre les électeurs maliens. Pour lui, ils ont voté pour les candidats les plus riches. En précisant que chacun à sa façon de voir les choses. Il a ajouté que tous ceux qui ont voté pour les candidats ont leur raison. « Au Mali pour être candidat il faut avoir beaucoup d’argent. Pendant la campagne il faut donner uniquement le frais de carburant aux gens pour avoir beaucoup de voix », a-t-il regretté.

    Pour conclure son intervention, il a invité tous les maliens à refuser des manifestations qui peuvent conduire notre pays au chaos.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce