• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Election présidentielle au Mali : l’Appel au calme du Consortium Panafricain des Observateurs Electoraux de la Société Civile Africaine et de la Diaspora en Europe

    « Cette proclamation provisoire qui provient après une centralisation et consolidation des résultats en toute transparence devant les représentants des candidats et aussi en présence d’observateurs nationaux et internationaux, notre Consortium se félicite que

    Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

    « La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli,

    Second tour de la présidentielle au Mali : Que dit la Mission d’observation électorale de la société civile africaine ?

    "Nonobstant quelques insuffisances, La mission d’observation électorale de la société civile africaine (LA MOESCA) s’accorde pour affirmer que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 12 aout 2018 en République du Mali s’est déroulé dans un climat apaisé,

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Présidentielle 2018 : Le choix de l’Adema-PASJ attendu avec impatience

    lundi 12 février 2018 , par Assane Koné

    A moins de six (6) mois de l’élection présidentielle de 2018, les militants Adema-PASJ à tous les niveaux et, au-delà̀, beaucoup de maliens s’interrogent sur le choix qui sera celui de l’Adema-PASJ.

    Cette question, qui taraude beaucoup d’esprits est, depuis un certain temps, abordée avec méthode, clairvoyance et sérénité par la Direction nationale du Parti, selon le Pr. Tiemoko Sangaré, lors de la traditionnelle présentation de vœux du parti à la presse. C’était le 27 janvier dernier, au siège du parti à Bamako-Coura.

    L’Adema, de par sa présence dans les Gouvernements successifs du Président IBK, est et reste membre de la majorité́ présidentielle. A ce titre, il a été intimement associé à toutes les grandes décisions engageant la vie de la nation.

    Cet accompagnement est resté constant malgré les épreuves. C’est pourquoi, le parti doit assumer avec honneur, et en toute dignité́, sa part de responsabilité́ du bilan du mandat quinquennal qui tend vers sa fin. Il lui sera difficile de présenter un autre visage à cette veille d’élections. Il est vrai que les militants sont devenus de plus en plus exigeants, en raison de leur jeunesse, des défis importants auxquels fait face le pays. Dans la perspective de cette présidentielle de 2018, l’heure est arrivée pour l’Adema-PASJ de faire le bilan du quinquennat, de tirer les leçons de sa présence dans la majorité́, sinon de son compagnonnage.

    Un compagnonnage décidé́ en toute souveraineté́ et en toute responsabilité́ en 2013, en début de mandat du Président IBK. Ce compagnonnage doit être lucidement analysé afin de permettre au parti d’envisager son avenir, en tant que parti politique, soucieux du bien-être des maliens et de la forte attente de ses innombrables militants.

    C’est pourquoi, les responsables du parti, à tous les niveaux doivent être à l’écoute de la base sans la manipuler, ni tricher avec elle : une écoute active qui leur permettra de porter les valeurs et les aspirations de cette base de plus en plus jeune, dynamique, enthousiaste et engagée pour le parti.

    En tant que direction nationale, chacun des membres de cette instance se doit de garder à l’esprit son rôle dans le renforcement ou l’affaiblissement du parti. En tant que direction nationale du parti, nous nous devons d’avoir toutes les cartes en main, afin de pouvoir analyser froidement toute la situation pour orienter l’action politique, en toute connaissance de cause, sans agenda personnel, sans calcul politicien, ni passion, avec comme seul objectif, le confort de notre action commune au service exclusif de notre Pays.

    Cet exercice s’impose à tous et dans cet exercice, il ne s’agit pas pour l’Adema-PASJ d’ignorer les difficultés que traverse le pays, les insuffisances de la gouvernance, les insatisfactions ou les frustrations de ses militants. Au contraire, le parti se doit de relever avec lucidité́ chacune des difficultés, chacune des insuffisances, chacune des insatisfactions et frustrations et de s’assumer en toute responsabilité.

    En cette veille de mandat où légitimement les populations s’interrogent sur le bilan du quinquennat, les militants Adema doivent aussi pouvoir apprécier, sereinement, toutes les réalisations engrangées au profit des populations, l’apport de ses ministres en mission dans le gouvernement et de ses cadres dans l’administration ; et saluer la résilience de l’économie nationale face à une situation de crise multidimensionnelle.

    Yaya Sangaré
    https://www.facebook.com/yaya.sanga...

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce