Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Présidentielle 2018 : Housseini Amion Guindo investi devant 450 délégués

dimanche 27 mai 2018

Housseini Amion Guindo a été désigné comme le candidat à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018 du parti de la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM). Cette décision a été prise lors de la 3ème conférence nationale du parti, tenu le samedi 26 mai 2018 au Pavillon des sports du stade Modibo Keita. Il a été aussi question de faire le bilan du parti pendant les 10 dernières années. La Codem s’engage à jouer sa partition dans la construction d’une paix durable au Mali.

C’est devant les 450 délégués venues des quatre coins du pays et de l’extérieur que le président du parti CODEM, Housseini Amion Guindo s’est adressé aux militants et sympathisants lors de cette 3ème conférence nationale.

Dans son discours d’intervention, Housseini Amion Guindo, ancien ministre de l’Education nationale a souligné que cette conférence nationale a pour objectif de dégager la position du parti face à l’élection présidentielle de juillet 2018. « Elle sera sanctionnée par une décision qui sera déterminante pour l’avenir de la Codem. Aussi, ses assises seront l’occasion de faire le bilan des 10 années de notre existence », a-t-il indiqué.

A l’issu des échanges entre les délégués des régions et celui du district de Bamako, la 3ème conférence nationale a adopté une décision acceptée par tous. Elle a désigné Housseini Amion Guindo, comme candidat du parti à l’élection présidentielle 2018.

« Avec, cette candidature vous m’avez invité à continuer à apporter notre contribution à l’avènement d’un Mali nouveau. En tant que président du parti, je ne peux que me soumettre en cette décision à l’unanimité des sections présentes. Je prendrais toute les dispositions pour la mise en œuvre effective de cette décision souveraine avec vos soutiens à travers le Mali, les villages et les villes », a declaré Housseini Amion Guindo.

En ce qui concerne sa démission au sein du gouvernement, M. Guindo a mis fin à toutes les rumeurs et aux fausses allégations. Ainsi, il a saisi cette occasion pour rassurer les uns et les autres que son départ ne traduit nullement un quelconque malentendu entre avec le Président de la République Ibrahim Boubacar Keita, et, encore moins avec le Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maiga.

Plusieurs personnalités à travers leur parti, ont témoigné leur amitié envers la Codem. Selon Ousseini Amion Guindo, la Codem jouera sa partition dans la construction d’une paix durable au Mali à travers la sensibilisation et les propositions de sortie de crise à toutes les occasions.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en