Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Politique au Mali : De retour de Koutiala le Parti SADI fait le point du 5ème Congrès

mercredi 3 avril 2019

De retour de son 5ème Congrès Ordinaire qui s’est tenu du 23 au 25 mars 2019 à Koutiala, le Parti Sadi sous la houlette de son Président Dr Oumar Mariko, a organisé le 2 avril 2019, une Conférence de presse. C’était au siège national du parti à Djelibougou.

« Plus de 1243 délégués provenant des sections de l’intérieur du pays et des antennes extérieures (Etats-Unis, France, Italie, Niger, Côte-d’Ivoire, Mauritanie, Sénégal, Burkina-Faso) ont pris part aux travaux », a indiqué Dr Oumar Mariko, Président du Parti SADI. Pour la circonstance, il était accompagné par certains membres du nouveau bureau politique national sorti du congrès de Koutiala, notamment Mohamed Ag Akeratane, le tout nouveau secrétaire général du Parti SADI.

Dr Oumar Mariko a ajouté qu’en plus des 1243 délégués, le parti a été honoré par la présence du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT) du Sénégal, représenté au plus haut niveau par les camarades Samba Sy, Secrétaire général, Ministre du Travail et Ibrahima SENE, Secrétaire Politique. « Plusieurs autres partis amis ont tenu à travers des lettres et motions de félicitations, à saluer la tenue de ce 6ème congrès », a indiqué Dr Oumar Mariko. Avant de citer : le Parti de Gauche allemand Die Linke, le Pôle de Renaissance Communiste de France (PCRF), le Parti Communiste Français (PCF) et le Parti de Gauche iranien.

Selon Dr Oumar Mariko, au plan interne, de nombreux partis maliens étaient aux côtés du Parti Sadi à Koutiala. Ce sont : le PIDS, le PARENA, l’ADP/Maliba et d’autres qui se sont faits représentés par leurs responsables locaux (l’UDD, le MPR, le MIRIA…).

En ce qui concerne le Congrès, Dr Mariko dira que les travaux ont porté sur : la présentation du rapport général d’activités du Bureau politique sortant, les propositions d’amendement des Statuts et règlements Intérieur, les questions sécuritaires dans les régions de Mopti et de Ségou, les affrontements intra et intercommunautaires qui continuent à faire des victimes et risquent de mettre en péril l’unité nationale, et enfin, la suspension de la participation des Députés aux activités de l’Assemblée Nationale.

Il dira que ces différents points ont été l’objet de débats approfondis, qui ont permis aux délégués d’adopter le rapport général d’activités et de faire des modifications importantes dans les Statuts et règlements Intérieurs afin de les adapter à la marche du Parti.

En ce qui concerne la suspension des travaux des députés du Parti SADI à l’Assemblée Nationale, le Congrès par un vote a décidé qu’ils reprennent dans les plus brefs délais leur participation aux travaux à l’hémicycle. Et, ce sont 825 sur 856 qui ont décidé dans un vote que les députés du parti SADI restent à l’Assemblée nationale. Seulement 8 délégués ont décidé de voter non et 22 se sont abstenus.

Il faut dire que le 5ème Congrès du parti SADI a été une belle occasion pour le parti d’adapter plusieurs importantes résolutions sur les milices, la paix et la sécurité. Et conformément à démarche internationaliste et panafricaine, le Congrès a apporté son soutien politique et moral au camarade Mohamed Touré, Secrétaire Général du Parti Démocratique de Guinée (PDG-RDA) et membre de l’Union pour la Révolution démocratique.

Dans le cadre de la mise en place du bureau politique national, des débats, souvent très houleux, ont conduit à prolonger le congrès d’un jour. Et, le 25 mars 2019, le PARTI SADI est parvenu à se doter d’un nouveau bureau politique national composé comme suit :

• Président : Oumar Mariko
• Secrétaire général : Mohamed AG Akératane
• Secrétaire administratif : Nouhoum Keita
• Secrétaire politique : Babarou Bocoum
• 1e secrétaire à la communication : Amadou Araba Doumbia
• 2e secrétaire à la communication : André Sangaré
• 1e secrétaire charge des élections et des élus : Massa Sogoba
• 2e secrétaire charge des élections et des élus : Amadou Nako Mariko
• 1e secrétaire charge des Luttes sociales : Me Mariam Diawara
• 2e secrétaire charge des luttes sociales : Daouda Zoumana Kane
• 1e secrétaire charge à l’organisation : Dora Diarra
• 2e secrétaire charge à l’organisation : Moussa Traoré
• Secrétaire charge à l’éducation : Mme Adiarratou Konaté
• 1e secrétaire charge des mines et de l’industrie : Dr Aly Diallo
• 2e secrétaire charge des mines et de l’industrie : Modibo Sissoko
• Secrétaire charge de la culture et de la recherche scientifique : Balla Konaré
• 1e secrétaire charge aux relations extérieures : Yehiya AG Mohamed Aly
• 2e secrétaire charge aux relations extérieures : Mohamed Diarra

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de